Idriss Déby convoque la 14ème Conférence des chefs d’Etat de la CEMAC

Le président tchadien Idriss Déby Itno assure la présidence tournante de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC)

C’est à ce titre qu’il a convié ses homologues à se réunir en sommet à N’Djamena le 24 mars prochain. Cette rencontre doit permettre de faire le point sur les mesures actées lors du dernier sommet extraordinaire de la CEMAC, tenu le 25 octobre 2018, déjà à N’Djamena, dont un certain nombre sont prioritaires dans l’agenda d’Idriss Déby pour le développement et la stabilisation de la région.

En préparation de ce sommet, Idriss Déby a reçu le 21 mars dernier le président de la Commission de la CEMAC, Daniel Ona Ondo. Accompagné de son ministre de l’Economie, de la Planification et du Développement, Issa Doubragne, de son ministre des Finances et du Budget, Allali Mahamat Abakar, et de son directeur de cabinet, le chef de l’Etat tchadien s’est longuement entretenu avec son interlocuteur. Un des principaux thèmes de la réunion a été l’élaboration de l’ordre du jour du prochain sommet. En président attentif, Idriss Déby souhaitait en effet garantir autant que possible que la réunion des chefs d’Etat aboutisse à des résultats concrets sur les sujets prioritaires pour la région.

Etats membres de la CEMAC Etats membres de la CEMAC

Le bilan de la mise en œuvre des mesures décidées lors des précédentes rencontres de la CEMAC a occupé le reste de la réunion. Là encore, Idriss Déby souhaitait voir les progrès effectués en matière de libre circulation dans la zone CEMAC, un sujet qu’il porte depuis des années et qui n’a pas toujours avancé au rythme attendu. « Nous avons rendu compte de l'état d'avancement de la feuille de route du Président.» a déclaré Daniel Ona Ondo au terme de son audience avec Idriss Déby.« Nous lui avons présenté les actions qui sont arrivées à maturité et celles qui sont en cours. Le Tchad a toujours été le lieu des grandes décisions. Hier c'était la libre circulation et sur ce dossier, nous avons aussi fait le point au chef de l'Etat».

Reste à voir si le sommet du 24 mars permettra de continuer d’avancer dans la bonne direction. « Malgré quelques signes encourageants relevés par le Pr. Ondo, la sortie totale de crise n’est pas pour demain» a fait savoir la présidence.« D’où l’urgence commune d’accélérer la mise en œuvre des réformes structurelles, tant souhaitée par tous les pays membres», et en premier lieu par Idriss Déby.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.