5 raisons qui font d’Idriss Déby le Chef d’État le mieux armé pour contre Boko Haram

iddris

1. Il a fait de l’armée tchadienne une force de premier ordre.
En multipliant les contacts avec des armées amies, le président Idriss Déby a ajouté à la combativité traditionnelle des militaires tchadiens des qualités tactiques et opérationnelles poussées, en particulier sur les manœuvres de grande ampleur dans le désert. L’illustration la plus forte de cette puissance militaire a été le rôle décisif joué par le contingent tchadien dans la libération du Nord-Mali en 2013. En étroite coordination avec l’armée française, avec le fils du président Mahamat Déby Itno à sa tête, le corps expéditionnaire tchadien a remporté des batailles décisives dans l’Adrar des Ifogahs. Son action a permis la reconquête de cette chaîne de montagnes du Nord-Est du Mali des mains de centaines de combattants jihadistes qui en avaient fait leur bastion.

2. Idriss Déby Itno a su construire une véritable politique étrangère au niveau régional.
Quand bien souvent dans la région celle-ci se limitait à soutenir tel et tel groupe rebelle dans le territoire du voisin, il a créé et consolidé des liens très forts avec tous ses voisins, immédiats ou non : résolution définitive du conflit avec le Soudan, intégration commerciale avec le Cameroun, parrainage de négociations avec les Touaregs au Mali, parmi beaucoup d’autres réussites.

3. Il a noué d’excellentes relations au-delà du Sahel.
Idriss Déby est sorti des sentiers battus pour trouver des appuis forts. La France est bien entendu un allié de premier ordre, d’autant que Paris a été très impressionné militairement et politiquement par le rôle du Tchad dans la résolution de la crise malienne. Mais Idriss Déby a su aller beaucoup plus loin, comme le montre la relation de confiance qu’il est en train de construire avec les États-Unis, culminant avec l’envoi de son fils Abdelkérim Idriss à la prestigieuse académie militaire de Westpoint.

4. Au-delà des bonnes relations bilatérales, Idriss Déby Itno œuvre pour l’intégration régionale.
Il joue un rôle central au sein de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC), n’hésitant pas à démontrer par l’exemple des bienfaits d’une mesure en cours de discussion en l’appliquant avant qu’elle n’entre en vigueur, comme ce fut le cas avec le projet de libre-circulation, en voie de mise en œuvre au sein de la CEMAC et déjà en vigueur entre le Tchad et le Cameroun. Plus récemment, une Convention de coopération judiciaire a été signée entre le Tchad, le Niger et le Mali, visant spécifiquement à renforcer la lutte contre Boko Haram et les autres groupes terroristes de la région.

5. Idriss Déby est fondamentalement un homme du dialogue interreligieux.
Président musulman d’un État multiconfessionnel, Idriss Déby a toujours pris des positions très fortes en faveur du vivre ensemble et de l’entente civile. La Journée de la Paix, organisée chaque année à N’Djamena avec tous les représentants des religions pratiquées par les Tchadiens en est un bon exemple. Ceux qui sont tentés par l’aventure du sectarisme, sans même parler des extrémistes, savent qu’ils auront en Idriss Déby un adversaire acharné. À une époque où la différence religieuse ou ethnique est de plus en plus souvent prétexte à conflit, le Tchad d’Idriss Déby montre l’exemple de la tolérance et de la concorde.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.