Idriss Déby appelle à nouveau les partenaires sociaux à la mesure

À l’occasion des vœux adressés par le conseil supérieur des Affaires islamiques, qui marquaient le 21 août dernier, la Tabaski, Idriss Déby a appelé les partenaires sociaux à faire preuve de plus de réalisme dans les négociations en cours.

Le président tchadien les a encouragés à mettre un terme aux grèves dont pâtissent les Tchadiens, leur demandant de « prendre conscience des effets induits de la crise sociale». Hôpitaux, écoles et administration fonctionnent en effet par intermittence depuis plusieurs mois, affectant la vie de nombreux Tchadiens au quotidien.

Il est également revenu sur les nombreux efforts consentis ces quinze dernières années sur les salaires des fonctionnaires, dont certains grévistes semblent ne pas avoir pris la mesure tant leurs revendications sont intransigeantes : « Les partenaires sociaux doivent prendre la vraie mesure des efforts que le gouvernement continue à consentir pour améliorer le quotidien des travailleurs. Toute attitude de surenchère comme celle que nous observons depuis quelques mois est contre-productive en matière de dialogue social. » Par ces propos, Idriss Déby entend mettre les partenaires sociaux face à leurs responsabilités.

Le président de l’Union des syndicats du Tchad, Michel Barka, a réagi en réaffirmant l’importance du cadre de dialogue social mis en place par Idriss Déby : «  Avec le gouvernement, nous ne sommes pas des ennemis. Nous sommes des partenaires.» Il a également souligné l’importance de continuer les négociations dans un esprit de consensus : «Nous nous respectons mutuellement et les choses doivent se faire en concertation. »

Michel Barka a rejeté l’actuelle paralysie des négociations sur le gouvernement, estimant qu’il n’accédait pas suffisamment aux demandes des syndicats. C’est là qu’il semble manquer l’essentiel du message d’Idriss Déby : l’unité nationale doit primer sur les intérêts particuliers. Les fonctionnaires qui ont connu des augmentations annuelles énormes depuis 2003 doivent aujourd’hui consentir un effort certes important mais pour le bien de tous les Tchadiens. Reste à voir si l’appel à l’unité d’Idriss Déby trouvera un écho dans l’attitude des syndicats lors de la reprise des négociations.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.