BURQA / NIQAB : SOYONS LOGIQUES SOYONS REPUBLICAINS

Depuis quelques jours a été ouvert un débat sur le port de la Burqa / Niqab.

Ceux qui me lisent régulièrement sur mon blog ne seront pas étonnés de lire que je suis contre le port de la Burqa/ Niqab lorsqu’il s’agit de faire des actes officiels (photos d’identité, mariage) ou de représenter la République que se soit dans une collectivité (en tant que fonctionnaire territoriale) dans un ministère (en tant que fonctionnaire) ou dans un hôpital public.

J’ajouterais qu’il en va de même pour n’importe quel signe religieux qu’il s’agisse de la Burqa / Niqab, d’une toge, d’un foulard porté par une religieuse chrétienne, ou de n’importe qu’elle tenue à connotation religieuse.

Ainsi, j’imaginerais très mal le Dalaï Lama, rentrer avec sa tenue bouddhiste dans un lycée public durant les heures de cours.

Ce serait la porte ouverte à toutes les exceptions.

Sikhs, hindouistes, israélites (je vais y revenir), chrétiennes, musulmanes….

 

Pour autant le débat qui est posé aujourd’hui me parait allé beaucoup trop loin.

Doit-on interdire à ces femmes de porter la Burqa / Niqab dans les rues, tel que le suggère la majorité en place ?

Pour moi, la réponse est clairement NON.

Leur interdire cette petite liberté qui leur permet de sortir de chez elles, de voir un mode différent et pour certaines de nouer des contacts avec des associations et mieux encore, petit à petit de sortir de là où elles sont enfermées est quelque chose d’essentiel que nous ne pouvons, nous ne devons pas leur refuser.

Obliger ces femmes à ne pas porter la Burqa / Niqab en public, serait les condamner à rester enfermées chez elles !

De plus si nous prenons une telle décision pour la Burqa / Niqab alors nous devons être logique et prendre une mesure identique pour les tenues des autres religions.

Car si la Burqa / Niqab me choque, je suis aussi très choqué par la tenue et le comportement que doivent adopter les femmes juives orthodoxes.

Les femmes doivent adopter une tenue pudique qui implique de cacher ses cheveux, ses bras et même ses chevilles. Tout contact physique avec un homme autre que son mari est interdit à la femme au point que elle ne doit jamais se trouver seule avec lui

Certes les yeux ne sont pas cachés. Mais lorsque les principes sont appliqués, la femme juive orthodoxe n’a pas de contact avec la société laïque qui l’entoure.

J’ai pu constater cet isolement de la femme juive orthodoxe et je dis bien orthodoxe.

Ayant travaillé dans le quartier juif de Paris pendant 5 ans, j’ai côtoyé tout type de juifs. Ceux dont les femmes étaient libres, ceux dont on ne voyait quasiment jamais les femmes.

Aujourd’hui en Israël les ultras orthodoxes gagnent du terrain.

Les médias ne nous parlent de ces faits dénoncés par les femmes juives en Israël

Extrait « Les deux principales compagnies de bus se sont adaptées et une trentaine de bus pratiquent désormais la ségrégation. Dans des quartiers ultra-orthodoxes, certaines banques imposent des guichets séparés pour les hommes et les femmes »

Conclusion de ce même article : « la profonde parenté qui relie tous les mouvements fondamentalistes, juifs et musulmans surtout, dans leur refus viscéral de la modernité, de la démocratie, de la liberté individuelle et de l’égalité des sexes »

http://penserlibrement.wordpress.com/2009/03/06/la-revolte-des-juives-orthodoxes-en-israel/

Certes nous sommes en France. C’est justement parce que nous sommes en France que le principe d’Egalité doit être appliqué lorsqu’une loi est pensée.

 

La loi peut être permissive, la loi peut être contraignante, mais elle doit toujours respecter la constitution

Art 2 du titre 1 de la Souveraineté de la Constitution

« La France est une République, indivisible, Laïque, démocratique, et sociale. La République assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances ».

Cela les députés et ministres qui ont lancé ce débat, l’ont oublié.

C’est de mon point de vue intolérable !

 

Etre choqué par les formes que prennent l’expression de certaines croyances est une chose, demander l’interdiction de ces expressions sous prétexte de laïcité est encore plus choquant !

Si nous en avions eu la volonté, ce problème aurait été résolu il y a un siècle, en même temps que celui de la laïcité. Si nous en avions eu la volonté ce problème aurait déjà été résolu dans les colonies en même temps que celui de la polygamie Extraits Les femmes et les harems. — Le harem du bey, du général Keir-Ed-Dinn, du général Bakkouch. — Caractère des femmes maures. — La polygamie. — Les femmes arabes. — La prostitution. http://www.archive.org/stream/lactebarbaresq00lubo/lactebarbaresq00lubo_djvu.txt

Mais à l’époque, la situation des femmes dans ce département français ne nous souciait que peu. Nous avions besoin de la collaboration des caïds pour mener notre politique.et les caïds et les cheiks y trouvaient également leur compte.

Ce débat me fait penser, à l’évolution de la loi sur le service militaire.

Devenu obligatoire pour tous il fut réduit de 3 à 2 ans en 1905.

Avant cette date nous trouvons des débats de députés faisant remarquer que certains ouvriers après 3 ans de services reviennent sous la direction d’un indigène. Si Jaurès faisait en 1887, Jean Jaurès écrit : « En même temps qu’il est une grande école patriotique, le régiment est une grande école républicaine. » pour autant il ne dénonce pas le fait que durant leur service, les soldats ne sont pas considérés comme des citoyens puisqu’ils sont sans droit de vote ni droit d’expression et d’association.Alors que dire des soldats « de la coloniale » qui serviront la France entre 1905 et 1960. Ils étaient des moins que rien. Qui cela inquiétait il en 1920 ? Il faut savoir regarder son passé avec objectivité pour mieux aborder l’avenir.

Prendre le temps de regarder son passé est nécessaire afin de ne pas commettre les mêmes fautes dans le présent ou dans l’avenir.

Sinon à chaque fois le peuple est le grand perdant, encore plus les minorités peu représentées au parlement qu’il s’agisse des femmes…ou d’autres.

Tout cela pour vous dire en toute sincérité, que ce débat aurait du être posé depuis très longtemps.

Aujourd’hui il n’a plus lieu d’être puisque la loi et surtout la constitution répondent par avance à la question posée.

Question subsidiaire à MAM elle qui déclarait «Je viens de soumettre au Premier ministre un projet de décret pour interdire le port de la cagoule ou tout autre élément pour se dissimuler dans les manifestations. » rajoutant l’argument massue «Ceux qui manifestent pour leurs idées jamais ne dissimulent leurs visages.» Pensez-vous réellement Madame la Ministre, que les femmes porteuses de la Burqa/Niqab, ou les femmes juives orthodoxes …pourraient manifester pour leur liberté et leur émancipation à visage découvert sans crainte de représailles ?Pour ces femmes, manifester couvertes aura un prix Le décret prévoit une amende de 1500 € pour le manifestant non-identifiable, 3000 € en cas de récidive dans un délai d'un an. Remarques subsidiaires: Lorsque qu’un prince du golfe viendra à Paris faire ses emplettes, allons-nous lui faire remarquer que la polygamie est interdite sur le territoire et si nécessaire que la tenue de ses femmes n’est pas appropriée ? Sachons aussi nous indigner au bon moment

En 2006, Farouk Houssni, ministre égyptien de la culture fut l’objet d’une grande compagne de dénigrement à l’intérieur des cercles islamistes lorsqu’il s’est indigné de l’explosion du nombre d’égyptiennes portant le voile intégrale (le niqab)

http://islamiqua.canalblog.com/tag/femmes%20en%20islam Je n’ai entendu à l’époque ni M Le Ministre de l’Intérieur, ni le Ministre des affaires étrangères réagir en apportant leur soutient à M Farouk Houssni ou en dénonçant le port du voile intégral. Plutôt que de viser une partie de la population, utilisons la loi. Suivons la constitution, Burqa / Niqab ou pas, c’est largement suffisant. La République en sortira grandieTout le reste n’est que verbiage et futilité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.