L'énigme de la fibromyalgie

Douleurs articulaires, fatigue, troubles du sommeil... La fibromyalgie est quasi-inconnue en France, voire dans le monde. Elle concernerait entre 2 et 5% de notre population. Les hommes et femmes atteints de fibromyalgie sont davantage vus comme des fainéants, des simulateurs voire des menteurs. Le point sur cette maladie invisible dont les causes restent en grande partie mystérieuses.

Malgré sa reconnaissance par l'OMS, la fibro reste aujourd'hui très controversée en France. Tout comme le syndrome de fatigue chronique ou la spasmophilie, cette maladie ne bénéficie pas d'éléments biologiques ou radiologiques permettant d'asseoir son authenticité. Mais c'est aussi le cas pour des maladies qui ne sont jamais discutées, comme la migraine. Alors, maladie psychosomatique ou organique ? "L'origine de cette maladie voit s'affronter les tenants du tout psychiatrique aux partisans du tout organique. La vérité est très certainement entre les deux", précise le Dr Muller, chef de service du centre d'évaluation et de traitement de la douleur de l'hôpital Hautepierre à Strasbourg. D'un point de vie physiologique, plusieurs études principalement américaines ont évoqué différentes hypothèses : une anomalie musculaire, des altérations du systéme endocrinien ou hormonal, une infection virale, une anomalie du systéme immunitaire ou encore une hypersensibilité à la douleur. C'est cette dernière qui est considérée aujourd'hui comme la piste la plus sérieuse. Mais la fibromyalgie n'est vraisemblablement pas une maladie psychosomatique. Certaines caractéristiques psychologiques interviennent malgré tout comme les facteurs de déclenchement ou de pérennisation de l'affection. 

" La non reconnaissance conduit à l'isolement " 

La maladie est souvent reliée à un événement initiateur (stress, traumatisme, anesthésie...). Cette trace et l'absence de cause sont alors difficiles à admettre pour le médecinmais également pour les patients dont les examens ne révèlent rien... "Il n'y a pas de traitement adapté proprement dit. L'approche est pluridisciplinaire associant traitements médicamenteux (antidépresseurs, anti-épileptiques...) et traitements non médicamenteux (kiné, balnéo, sophrologie,relaxation, cures thermales, etc...). Avec une bonne prise en charge, on peut ralentir l'évolution et obtenir des périodes de rémission", explique Nadine Randon, la présidente de l'association FibromyalgieSOS. Avant d'ajouter un point essentiel : "La non reconnaissance est difficile à vivre et conduit à l'isolement. La vie sociale est plus que réduite. C'est une maladie reconnue comme un syndrome depuis 2007 par l'Académie de Médecine mais trop de médecins ne croient pas en sa réalité. Et elle est reconnue très rarement comme un handicap. La recherche progresse mais il est vrai que même si la réalité de la fibro ne peut plus être remise en cause, il reste beaucoup de zones d'ombre sur ses origines, sur les dysfonctionnements engendrés et de ce fait il n'y a pas de réel traitement et trop de médecins refusent encore de croire en la fibromyalgie, ne voyant qu'une pathologie d'origine psy. Or cela se passe bien dans le cerveau mais ce n'est pas psy". Une maladie complexe qui s'enferme sur elle-même de par son invisibilité. Au Dr Muller de préciser à nouveau : "Ce n'est pas parce que la plainte a une composante psychogéne que la douleur n'est pas réelle". Le débat, la recherche et la suspicion continuent.


Des chercheurs estiment avoir trouvé la pathologie sous-jacente 
Frank Rice et Philip J.Albrecht ont, avec leurs collègues de la firme integrated Tissue Dynamics LLC ( Intidyn) et du Albany Medical Collège, découvert une "pathologie neurovasculaire périphérique unique" présente de façon consistante dans la peau des fibromyalgiques. Plutôt que d'être située dans le cerveau, comme ont pu le suggérer des études précédentes, la pathologie est caractérisée par une augmentation du nombre de fibres nerveuses sensorielles autour de structures spécialisées de vaisseaux sanguins situés dans les paumes de la main, expliquent les chercheurs. Les sites spécifiques des vaisseaux sanguins de la peau concernés sont de minuscules valves musculaires, qui sont des barriéres artérioles-veinules. L'innervation sensorielle excessive peut expliquer en elle-même pourquoi les personnes fibromyalgiques ont généralement les mains particulièrement sensibles et douloureuses, expliquent les chercheurs... (Source Psychomedia & Pain Medicine - 19 juin 2013)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.