Sur le pont des ambitions

L’Avenir Club Avignonnais affrontera Grenoble le 27 janvier en 8e de finale de la Coupe de France de football féminin. Une première pour ce club du Vaucluse porté sur la formation.

Toujours dans l’ombre des hommes, le football féminin amène un vent de fraîcheur insoupçonné, au grand dam de ses nombreux détracteurs de la vielle école. C’est pourtant des femmes qui seront à la fête en juin prochain dans l’hexagone pour la réception de la 8e édition de la Coupe du Monde féminine de football. En attendant, une autre compétition, la Coupe de France, se joue actuellement. Et le petit poucet de l'épreuve se nomme l'Avenir Club Avignonnais (Vaucluse).

Stade Léon Dulcy, Avignon. © FLORIAN DACHEUX Stade Léon Dulcy, Avignon. © FLORIAN DACHEUX
Depuis les finales régionales de novembre, les protégées de Christophe Catelain, qui évoluent en Régionale 1, passent les étapes avec brio. Après avoir éliminé l'Olympique de Marseille et Croix Savoie Ambilly (ndlr : deux équipes de D2), les voici qualifiées pour les 8e de finale. Elles affronteront Grenoble, autre pensionnaire de Division 2, au Parc des Sports d'Avignon, stade qui a vu briller l'ex Olympique Avignonnais dans les années 70. "La difficulté, c'est la répétition des matchs, commente Christophe Catelain, le coach des seniors. Avant l'OM, on a joué Monaco en championnat, puis il y a eu l'exploit contre Ambilly puis on a perdu à Nice, le premier de notre championnat. Cette répétition des matchs de haut niveau est usante physiquement et mentalement pour les joueuses. Après une préparation physique pendant la trêve, nous sommes actuellement dans une récupération mentale. On fait moins de football, avec peu d'intensité, pour arriver à maintenir tout le monde dans une concentration optimale car on sait très bien que dimanche, si on n'est pas au top niveau, ça peut être une déroute"

160 joueuses licenciées

Niché au cœur du quartier métissé de la Croix des Oiseaux, loin des remparts et du centre historique, le stade Léon Dulcy abrite les séances d'entraînement de l’Avenir Club Avignonnais, né de la fusion entre la MJC Avignon et Avignon Foot 84 en 2010. Chaque jour, des centaines de gamins s'entraînent sur ce synthétique de plus en plus prisé. Les éducateurs y cultivent le beau jeu et l'esprit d'équipe au sein d'un club nourri par les exploits passés de Laurent Paganelli, Younès Belhanda ou encore Cédric Carrasso. Nourri surtout par l'ambition de former des jeunes et d'ouvrir la discipline aux filles. "Cela fait partie du projet éducatif, social et sportif pour lequel nous militons, affirme le président Jean-Christophe Magnaud. Le sport au féminin, c’est un droit à affirmer qui reste encore à conquérir. Ouvrir le football à la pratique féminine, c’est faire évoluer l’image de notre discipline et contredire celle d’un sport corrompu par l’argent, le mercantilisme humain, la violence, l’homophobie et le machisme, dont souffre actuellement le monde du football professionnel".

Passe faire un foot à Dulcy © FLORIAN DACHEUX


Aujourd'hui, le club compte 160 joueuses licenciées, dont 14 suivent les entraînements de la section sportive régionale de Carpentras et une joueuse U18 fait partie du Pole France de Blagnac. De quoi se prendre à rêver que l'une d'entre elles rejoigne un jour les Bleues. A cinq moins du Mondial, les coéquipières de Wendy Renard se sont offertes les tenantes du titre américaines samedi dernier en amical (3-1) au Havre. Sur la pelouse d'un stade Océane à guichets fermés.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.