FLORIAN DACHEUX
Auteur, journaliste et photographe
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 janv. 2022

À Velleron, des habitants vent debout contre le bétonnage d’un site naturel

Voici des mois qu’un collectif d’habitants de Velleron (Vaucluse) organise régulièrement des manifestations pour marquer leur ferme opposition à un vaste projet immobilier. Alors qu’ils croyaient en avoir fini à force de courriers, de prises de parole et d’occupation des lieux, voici que des ouvriers sont sur place. Décryptage autour de ce bras de fer interminable.

FLORIAN DACHEUX
Auteur, journaliste et photographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Je ne fais pas ça pour moi mais cette lutte est noble ». Ces mots sont ceux de Fabien Marsaud alias Grand Corps Malade venu soutenir le Collectif de défense de la Grande Bastide devant la mairie de Velleron (Vaucluse). C’était le 26 octobre dernier, au pied du château de Crillon qui abrite aujourd’hui la mairie et autour duquel le village fortifié s’est développé. Selon le slameur dyonisien, qui possède un nid secondaire depuis trois ans dans cette jolie cité provençale, le projet de lotissement sur le terrain de la Grande Bastide paraît « démesuré » pour une commune de seulement 3000 habitants. Et il est bien loin d’être le seul à le penser, au point que Renaud et Dave, d’autres personnalités du coin, ont rejoint le mouvement. C’est dire l’ampleur que prend l’affaire, ici en plein cœur du parc naturel régional du Mont Ventoux où Velleron est renommé pour la qualité des produits de son marché agricole quotidien.

Le site de la Grande Bastide se situe au coeur du PNR du Mont Ventoux. © CDGB


Dans le viseur ? Un vaste lotissement de 200 logements étalés sur 7 hectares autour de la Grande Bastide, une ancienne ferme nichée sur les hauteurs du village, et ce à l’endroit même d’un site classé en zone naturelle avant la révision du plan local d’urbanisme par la précédente municipalité dirigée par Michel Ponce (LR). Ce vaste terrain a en effet été vendu en 2018 par son propriétaire à un promoteur d’envergure basé à Montpellier. Un terrain connu de tous les Velleronnais pour sa biodiversité et ses chemins propices aux promenades.

De nombreuses incohérences dans l'étude d'impact


Outre les inquiétudes de l'association France Nature Environnement dès mai 2020 quant aux conséquences du projet, de nombreuses incohérences ont déjà été constatées dans l’étude d’impact réalisée par le cabinet Auddice. A commencer par la Direction régionale de l’environnement qui a confirmé en octobre la présence sur le site d’espèces protégées, à savoir des lézards ocellés ou encore l’oiseau rollier d’Europe. Une bonne nouvelle pour les opposants qui s’appuient notamment sur la loi "Climat et Résilience" d’août 2021 où figure la lutte contre la bétonisation des sols. Reste que les autorités se renvoient la balle et le maire de la commune commence sérieusement à perdre patience. « Mon prédécesseur a signé un permis d’aménagement sans tenir compte des conséquences désastreuses et des impacts négatifs que cela entrainerait pour la commune, explique le maire Philippe Armengol, également délégué à la transition écologique au Grand Avignon. C’est pourquoi nous menons un véritable combat contre la menace inéluctable d’une double faillite annoncée : environnementale et économique. » La municipalité en place estime en effet à 7 millions d’euros le montant des travaux que la collectivité serait notamment tenue de réaliser pour mettre en adéquation les infrastructures (école, crèche, voirie, réseaux) capables d’accueillir 500 habitants supplémentaires.

Le projet de lotissement © ENEDIS


Dans un courrier adressé au préfet suivi d’un second à la ministre de la transition écologique, Philippe Armengol dénonce « l'artificialisation d'un site qui aurait dû rester naturel et ne pas être jeté en pâture à des aménageurs qui ont pour seul objectif que de rentabiliser au maximum leur investissement par la vente de lots compris entre 250 et 500m². La municipalité est très attachée à la sauvegarde de ce site. Velleron est une petite commune avec un budget très contraint. L'ampleur de ce projet va bouleverser le développement équilibré et déjà fragile de la commune. »

Un rendez-vous capital en préfecture ce 25 janvier


Malgré cet argumentaire et les nombreuses manifestations de l’automne qui ont réuni habitants, élus des communes voisines et trois parlementaires de toutes tendances politiques, les aménageurs du Domaine de l'Opéra (sociétés Hectare et Angelotti) ont pourtant commencé fin octobre des travaux de terrassement en réalisant des bassins de rétention et une voie d’accès au site qui nécessitent d’ores et déjà d’importants déplacements de terre et le déracinement de nombreux arbres. La faune et la flore sont clairement menacées. Le 3 novembre, Bertrand Gaume, préfet de Vaucluse, leur a pourtant adressé un courrier en leur intimant de se mettre en règle par rapport aux prescriptions du code de l’environnement. Malgré un second courrier, ces derniers ont repris les travaux le 15 décembre. Le propriétaire, de son côté, refuse toujours de s’exprimer.

Les habitants multiplient les manifestations depuis cinq mois. © CDGB
La ZAD a repris du service devant la sourde oreille des aménageurs et du propriétaire. © CDGB


Déterminés à ne pas voir leur village se défigurer, les "colibris noirs" comptent bien stopper les travaux. Alors que certains d’entre eux se relaient chaque matin pour surveiller les véhicules entrants et sortants de La Grande Bastide, des ouvriers et un géomètre ont pénétré sur la propriété lundi 18 janvier, réalisant le piquetage pour le tracé des voiries. Le lendemain matin, une tractopelle commençait ses manœuvres sur l’une des futures dessertes du lotissement. Pour le maire Philippe Armengol, qui ne veut pas « être le maire d’une commune en faillite », c’en est trop. Tout comme les habitants, auteurs d'une nouvelle mobilisation samedi 22 janvier au matin au niveau du rond-point de la Grangette. Le maire, soutenu dans sa démarche par Jacqueline Bouyac, la présidente du PNR du Mont Ventoux, a obtenu un rendez-vous ce mardi 25 janvier en fin d’après-midi avec le préfet du Vaucluse afin d’appuyer les éléments déjà transmis sur un projet qui a récemment été évoqué au Sénat. Ses soutiens ne manqueront pas de se faire entendre sur le parvis de la préfecture d’Avignon tout au long de l’entretien.

(ndlr : rebondissement selon France Bleu Vaucluse mardi 25 janvier au matin : le préfet lance une procédure administrative à l'encontre des aménageurs ; les travaux sont donc suspendus).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart