Désobeissance civile

Trop nombreux sont ceux qui ont oubliés le passé , l histoire de l homme , une honte , faut il te le ressasser?

Le monde , une spirale ou les memes erreurs sont réitérées , a force de cotoyer l horreur , nos coeurs sont devenus glaçés.

Nous parlent que de profits , la condition de l homme effacé , mondialisation et concurrence sont leurs uniques phrasés.

Les peuples unilateralement ecrasés , la création menacée , multinationale et croissance ont traçée , leurs routes sur nos libertés.

Ils ont jurés puis meme crachés que rien n entravera la leur , à l heure ou les dictatures sont cachées.

A cause de leurs profits immédiat l avenir est gaché , cette bande d ingrats ont réduits la planète a un grand marché.

La loi des plus riches et beaucoup crèvent avant d etre agé , protestations dites criminelles si tu les as outragés.

Ils mentent lorsqu ils disent que le mal-etre n est que passager , puis s étonnent quand la nature se rebelle comme un peuple enragée.

Ils disent etre transparent alors que de sang leurs mains  sont tachées ,deconseille fortement d avoir des idées trop engagées.

Accéleration de leur plan depuis que des avions ce sont crashés , ils prechent le blasphème et la vraie lumière se fait lynchée.

Tous nés la corde au cou , dans certains pays elle a lachée , parlent de justice alors qu à la racine ils l ont arrachée.

Les plus gros s engraissent sur la tete de ceux qui n ont rien à macher , voilà le monde d aujourd hui , parrait que leur plan a marché.

Nous ventent un progrès technique qui dans le fond a tout saccagé , parlent d évolution quand notre humanité s est fait hachée.

Notre coeur ne bat plus vraiment et notre inconscient est faché , stress , angoisse , cancer , dépréssion , notre compte s est chargé.

Nous ne cherchons pas la cause mais les effets que l ont aimeraient chasser , "philosophie fast-food" pour que nos consciences soient terrassées.

Au nom de la dignité humaine , nous avons dit : "ASSEZ".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.