Florielvm
Militante politique
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 avr. 2022

« Je ne suis pas légitime »

Il y a quelque chose que j'ai entendu très souvent, depuis que j'ai commencé à faire de la politique, venant de la part de plein de gens qui ont refusé d'être candidats aux élections. Au début ça venait surtout de femmes, mais depuis que je suis au Parti Pirate ça vient de pas mal de monde, pas seulement des femmes, cela tient en quelques mots :  « Je ne suis pas légitime »

Florielvm
Militante politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La légitimité, par définition, signifie avoir un statut établi par la loi, ou conforme à la justice, à l'équité. Aujourd'hui on utilise ce mot pour qualifier une personne qui est à la hauteur d'une tâche. Cela fait 12 ans que je travaille de près ou de loin sur des élections. Avant d'être consultante technique et fonctionnel dans l'informatique, j'étais notamment chargée des élections dans un parti politique. Depuis 2010, je participe plus ou moins activement à toutes les élections, avant en tant que salariée en charge du suivi des candidatures et des stratégies, parfois en tant que candidate, aujourd'hui en tant que simple militante, bénévolement, parfois encore candidate, parfois en soutien des gens qui se présentent au nom du parti politique que j'ai choisi de rejoindre. Et depuis que j'ai commencé à travailler sur ce sujet, il y a 12 ans donc, je n'arrête pas d'entendre cela. 

Des femmes, des hommes aussi bien sûr, mais surtout des femmes me disent ne pas être légitimes pour être candidates. Depuis 12 ans, j'ai bien étudié le sujet, je sais aujourd'hui avec précision quoi répondre à ces personnes humbles qui estiment qu'elles n'ont pas les qualités requises pour être candidates. 

Vous croyez que nos élus actuels sont légitimes pour être élus ? Vous pensez qu'ils se sont posé cette question là avant de se présenter à l'élection ? 

C'est tout à votre honneur de vous dire non légitimes, l'humilité c'est bien, mais à un moment il faut aussi ouvrir les yeux sur la réalité de notre société. Nous sommes dirigés par une énorme quantité de connards (hommes ou femmes, mais je vais rester au masculin), des connards ambitieux qui sont très heureux que vous ne vous considériez pas légitimes pour les remplacer, tant que vous ne lorgnerez pas sur leur siège ils pourront continuer à s'asseoir dessus et vous pourrez continuer à vous asseoir sur toute forme de justice ou d'équité. Je ne vais pas dire qu'ils sont tous pourris, juste que la plupart d'entre eux le sont, la plupart de nos représentants, à tous les niveaux de notre millefeuille électoral mais surtout au plus haut niveau, sont des connards arrogants déconnectés de la réalité, des gens qui ont toujours eu pour seule ambition d'écraser les autres, d'imposer leur volonté aux autres, de régner sur le monde qui les entoure. Même s'ils tentent de s'en convaincre en le répétant ad nauseam, ces gens ne sont pas là pour vous représenter, ou pour défendre vos intérêts, nul autre que vous ne saurait mieux vous représenter ou défendre vos intérêts.

Non, ces gens sont là pour défendre leurs intérêts et ceux des personnes qui vont avoir les moyens de financer leur réélection. 

Avant d'entrer dans le monde politique, quand j'étais encore une jeune femme naïve et ignorante, je considérais les politiciens comme des arrivistes tous pourris, et depuis que je suis entrée dans ce monde là, depuis que je les ai rencontrés, je ne peux que confirmer ce que je pensais. Alors bien sûr, il y a quelques personnes honnêtes dans le lot, il y a des personnes qui sont loyales, qui ne sont pas là pour leurs propres intérêts, qui estiment mener correctement le mandat pour lequel elles ont été élues, mais ces personnes se font vite corrompre par le système dans lequel elles entrent. Pourquoi ? Parce que le système est pourri, tellement pourri qu'il ne peut que corrompre ceux qui y entrent. Lorsque l'on donne trop de pouvoir aux gens sur un temps trop suffisamment long, il finit forcément par leur monter à la tête, les gens se perdent, car le pouvoir attire les regards, il attire l'attention, il transforme les gens au point qu'ils perdent de vue les raisons qui les ont poussés à arriver là où ils sont, au point qu'ils perdent de vue leurs amis, leurs soutiens, leurs proches, leurs idées...

Si vous êtes parfaitement légitime, votre portemonnaie l'est peut-être un peu moins...

Nous avons découvert il y a quelques semaines les déclarations de patrimoine des candidats à l'élection présidentielle, cela a fait bondir certaines personnes. Est-ce que j'ai été surprise ? Non. S'il faut avoir de l'argent pour faire de la politique, il faut savoir qu'à un certain niveau, lorsque vous ne brûlez pas tout en finançant une campagne perdue d'avance, la politique rapporte également pas mal d'argent.

Alors oui, n'importe qui peut se présenter à une élection dans notre pays, en tous cas c'est la petite histoire qu'on veut bien nous faire croire. J'ajouterai que sous réserve d'avoir le soutien financier d'un pays, d'une banque, d'une force politique ou d'un grand nombre de personnes, oui, n'importe qui peut se présenter à une élection en France. Dans d'autres pays, c'est plus facile, on ne vous demandera pas de payer vos propres bulletins de vote, en France on vous l'impose, c'est une forme de droit de passage, cela rend censitaire l'accès à la candidature. Mais une fois que vous avez payé ce droit de passage, quelle que soit votre origine, quelle que soit votre profession, quels que soient vos revenus, vous avez le droit de vous présenter aux élections, et à toutes les élections, dès lors que vous avez la pleine possession de vos droits, vous avez donc de fait toute légitimité à vous présenter au suffrage de vos concitoyens. 

Si votre objectif est de changer le système, si vous estimez que la concentration des pouvoirs entre les mains d'un petit groupe de personnes est dangereuse, si vous pensez qu'il est temps de changer de paradigme, de redistribuer les cartes équitablement, de faire entendre une nouvelle voix, de faire connaitre une nouvelle façon de faire de la politique, davantage centrée autour des idées et moins autour des personnes, si vous pensez qu'il est temps de faire démocratie, si vous pensez être en capacité de lever 1500€ en faisant appel à vos proches pour porter ces idées en juin prochain (et même si vous êtes fauchés finalement, comme la plupart d'entre nous, on y arrivera très bien sans), si vous avez envie de filer un coup de main et si le cœur vous en dit, alors peut-être que vous pourriez envisager de vous lancer dans une campagne électorale, et peut-être que le Parti Pirate sera votre meilleur allié.

Je suis légitime, vous êtes légitimes, nous sommes légitimes, et ensemble, j'y crois, nous allons changer le monde.

https://partipirate.org/candidate

Sources

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2022/03/10/presidentielle-2022-ce-que-revelent-les-declarations-d-interets-et-de-patrimoine-des-candidats_6116984_4355770.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Police
Le bras droit du préfet Lallement visé par une enquête pour violences
Alexis Marsan, haut gradé de la préfecture de police déjà mis en cause pour sa gestion violente du maintien de l’ordre notamment lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, est accusé d’avoir agressé un cycliste alors qu’il circulait sur une moto banalisée mi-mars à Paris. La vidéosurveillance n’a jamais été exploitée, et la plainte orientée vers le mauvais service. Une enquête a été confiée à l’IGPN lundi 4 juillet.  
par Sarah Brethes
Journal
Alertée sur les dérives du lycée Stanislas, Valérie Pécresse refuse de suspendre ses subventions
Le conseil régional d’Île-de-France a rejeté un amendement exigeant la suspension des subventions vers le lycée Stanislas après les révélations de Mediapart sur ses dérives. La gauche régionale saisit le ministère de l’éducation nationale pour qu’une enquête sur l’établissement catholique soit ouverte.
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Europe
Lâché pour un mensonge de trop, Boris Johnson finit par démissionner
À la suite d’un nouveau scandale, le premier ministre britannique a annoncé jeudi sa démission après une cinquantaine de départs dans son gouvernement. Il a tenté de résister jusqu’au bout, mais la pression de son parti a été plus forte.
par François Bougon
Journal
Ces retraités « à bout de nerfs » face aux retards de versement de leur pension
Même quand leur dossier est complet, certains assurés commencent à toucher leur retraite avec des mois de retard, les obligeant à demander le RSA. L’assurance-vieillesse conteste toute situation anormale, mais le Covid et deux transformations récentes pourraient avoir ralenti le système.
par Dan Israel et Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André
Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter