F. Nicolas
Compositeur
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2022

F. Nicolas
Compositeur
Abonné·e de Mediapart

Rassemblement ce samedi à Paris pour soutenir les ouvriers chinois de Foxconn

Samedi 26 novembre 2022, 15h : Rassemblement devant le siège d’Apple 114, avenue des Champs-Élysées (Paris). Soutien internationaliste aux ouvriers chinois de Foxconn soulevés contre le despotisme capitaliste d’usine. S'il est encore trop tôt pour conjecturer sur les effets durables du, soulèvement, ce qui vient de se passer à Zhengzhou indique un changement considérable d’échelle dans cette résistance ouvrière. 

F. Nicolas
Compositeur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Samedi 26 novembre 2022, 15h

Rassemblement devant le siège d’Apple

114, avenue des Champs-Élysées (Paris)

 2

Soutien internationaliste aux ouvriers chinois de Foxconn soulevés contre le despotisme capitaliste d’usine

Ce mercredi, quelques milliers des 200.000 ouvriers chinois produisant l’IPhone 14 dans l’usine Foxconn de Zhengzhou (centre de la Chine) se sont collectivement affrontés aux milices patronales et à la police d’État en déclarant : « A bas Foxconn ! », « Rendez-nous notre salaire ! », « Défendons nos droits ! ».

Depuis le début du XXI° siècle, Foxconn est devenu le nom propre de ce que mondialisation capitaliste veut réellement dire : le déchaînement d’un despotisme d’usine s’exerçant sur des dizaines de millions d’ouvriers, rendus invisibles (aux sociétés occidentales) par leur enfermement dans des usines relocalisées à l’est de l’Europe et du monde.

Désormais, Foxconn devient également le nom propre d’un retour en scène de la figure ouvrière entendue non plus seulement comme victime de l’exploitation capitaliste mais comme puissance de soulèvement et comme ouverture de nouvelles affirmations politiques pour une émancipation collective du travail productif.

Depuis plus d’un an, notre groupe Longues marches a engagé une enquête auprès des ouvriers des usines tchèques de Foxconn (Pardubice et Kutna-Hora).

Nous avons appris auprès d’eux ceci.

1) La domination capitaliste exercée sur le travail ouvrier de production intrique trois dimensions :

  • une exploitation forcenée de la force de travail que l’ouvrier est contraint de louer par contrat salarial : journée de travail étendue à 12 heures consécutives (en Chine, Foxconn s’enorgueillit d’avoir récemment réduit la journée de travail de 16 à 12 heures !), cadences sans cesse accélérées par management informatisé, etc. ;
  • une subordination minutieuse du travail ouvrier : celui-ci est dépossédé de son travail quotidien qui se voit contractuellement décidé, contrôlé et sanctionné par le propriétaire privé de l’usine (en septembre dernier, 2.000 ouvriers de l’usine Foxconn de Taiyuan – nord de la Chine - se sont révoltés contre la dictature d’un petit chef; il a fallu 5.000 policiers pour rétablir la dictature patronale dans cette usine de 80.000 personnes) ;
  • une oppression de l’être humain dont l’intelligence est enfermée dans les frontières de la force de travail que le patron lui a délimitées (les ouvriers chinois de Foxconn déclarent : « nous ne sommes pas les domestiques des machines !»)

2) Aujourd’hui, cette domination se déchaîne d’autant plus qu’aucune perspective politique globale d’alternative au capitalisme n’apparaît plus à l’ordre du jour :

  • le patron multiplie les contrats de travail individualisés pour mieux séparer chaque ouvrier de son voisin ;
  • le patron recourt systématiquement aux primes plutôt qu’aux augmentations de salaires : la prime est individuelle, provisoire, non réglementée et elle se présente comme un cadeau fait à l’ouvrier, non comme un droit inaliénable ;
  • le patron mobilise tous les moyens informatiques (programmés par une armée de chercheurs en intelligence artificielle) pour mieux subordonner le travail de chacun (en le délimitant, le contrôlant et le sanctionnant… par diminution des primes personnalisées).

3) Mais, les ouvriers des usines tchèques nous ont également appris qu’ils résistent, chacun à leurs manières et équipe par équipe :

  • Il leur importe de pouvoir travailler en étant fier de travailler.
  • Il leur importe de pouvoir librement autoorganiser leur travail sans en référer aux chefs.
  • Il leur importe, à l’intérieur de l’équipe, de pouvoir se répartir les tâches à l’encontre de la manière hiérarchiquement prescrite.
  • Il leur importe que l’intelligence de chaque ouvrier reste mobilisée dans son travail et non pas étouffée dans une simple obéissance aux ordres hiérarchiques.

Ce qui vient de se passer à Zhengzhou indique un changement considérable d’échelle dans cette résistance ouvrière. Bien sûr, il est encore trop tôt pour conjecturer sur les effets durables de ce soulèvement. Mais d’ores et déjà les rares mots d’ordre que les réseaux sociaux ont pu nous transmettre de ces émeutes indiquent une convergence avec nos éléments d’enquête en Tchéquie :

  • « Rendez-nous notre salaire !» répond à la décision de Foxconn de supprimer arbitrairement une prime promise en lieu et place d’une augmentation de salaire.
  • « Défendons nos droits !» déclare le refus d’un despotisme d’usine que la signature d’un « libre » contrat de travail ne saurait légitimer.
  • « A bas Foxconn !» suggère l’horizon d’un « À bas la mondialisation capitaliste ! ».

Il nous revient, ici en France, de manifester notre soutien internationaliste à cette légitime révolte ouvrière de masse à l’autre bout du monde !

Le mirage occidental d’une société de consommation (dont l’IPhone dernier cri constitue le totem dérisoire) est en train de se lézarder par retour d’un réel capitaliste fait d’oppression de masse et de guerres interimpérialistes.

La lumière s’infiltre dans les fissures des murs flageolants !

Groupe Longues marches

http://www.longues-marches.fr                        

info@longues-marches.fr

https://twitter.com/LonguesMarches

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André