FORIM
Le FORIM est le réseau des diasporas solidaires engagées ici et là-bas
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2021

FORIM
Le FORIM est le réseau des diasporas solidaires engagées ici et là-bas
Abonné·e de Mediapart

L’engagement associatif des migrants et migrantes : un modèle à défendre

A l’occasion de cette Journée Internationale des Migrant·e·s 2021, le FORIM, ses membres, les représentant.e.s des diasporas en France, rappellent que l’engagement associatif des personnes étrangères est à valoriser, protéger et promouvoir.

FORIM
Le FORIM est le réseau des diasporas solidaires engagées ici et là-bas
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En octobre 2021, les associations de migrants ont célébré les 40 ans de la réouverture du droit d’association pour les personnes étrangères, revendiqué de longue date. De 1939 à 1981, l’autorisation préalable du Ministère de l’Intérieur limitait fortement la capacité des personnes migrantes, étrangères et des diasporas de s’organiser et de défendre leurs droits au sein de structures fortes.

Dans une large mesure, la loi du 9 octobre 1981 et les droits que nous avons obtenus sont le point de départ du foisonnement d’associations regroupant des personnes étrangères installées en France. Ces structures ont offert un cadre pour les combats menés depuis les années 1980, sur la régularisation des personnes sans-papiers, l’accès au travail, à la santé, aux droits syndicaux, mais aussi la lutte contre le racisme, le droit de vote aux élections locales, etc. Cette loi a également permis la structuration d’associations de diaspora, sous le terme de « OSIM », Organisations de Solidarité Internationale Issues des Migrations, qui conçoivent leur engagement dans le double-espace, en France au sein de leurs communautés et sur leur territoire, mais aussi en direction de leur pays d’origine. Les OSIM sont actrices de développement et vecteurs de solidarité partout sur la planète.

Depuis 40 ans, les associations de migrants se sont renforcées. Elles ont développé leurs expertises, ont investi des réseaux ou créé de nouveaux. Leur impact sur le terrain, au plus près des besoins et aux côtés d’autres actrices et acteurs de solidarité, s’est notamment révélé pendant la crise sanitaire.

Pour autant, le chemin est loin d’être terminé ! Nous devons poursuivre le travail entamé il y a 40 ans. Nos associations, bénévoles et militantes, ont encore besoin d’accompagnement, de formation, de professionnalisation. Elles ont été particulièrement pénalisées par la remise à plat des emplois aidés et nous attendons de l’Etat et des collectivités locales de réels appuis.

Surtout, cet engagement se voit menacé par la précarisation grandissante des personnes migrantes en France. Dans les préfectures en attente d’un renouvellement de séjour, dans les universités devant l’augmentation drastique des frais de scolarité pour les étudiant.e.s étranger.e.s, aux frontières françaises pourchassés et refoulés : autant de vies et d’énergies perdues pour nos sociétés.

Enfin, nos associations ne seront pas le bouc émissaire d’une lutte contre le « séparatisme », dont les contours flous facilitent les amalgames et pointent du doigt toutes les organisations regroupant des migrant.e.s.

Au contraire,  nous assumons davantage nos identités multiples et notre engagement pour la reconnaissance des contributions positives des migrations aux sociétés. Face aux tendances réactionnaires et aux tentations de repli, les diasporas solidaires continueront de porter fièrement cet héritage, en tant qu’actrices d’ouverture, de droits et de développement.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon