La Chine, une diaspora importante, peu connue et stigmatisée pendant la crise du Covid-19

Dans cette 12ème ChroCo Vies, le FORIM présente en exclusivité une interview croisée de Grace Ly, écrivaine, autrice-réalisatrice, et animatrice de podcasts et Sacha Ling Jung, fondateur de l'association «Jeunes Chinois de France» autour des impacts de la crise sanitaire sur la communauté chinoise de France.

Le premier cas de Covid19 a été signalé dans la ville de Wuhan (la capitale de la province du Hubei) date du 17 novembre 2019 en Chine. Le 22 janvier, le gouvernement chinois place sous quarantaine trois villes de la province de Hubei: Wuhan, Huanggang et Ezhou. D'autres villes comme Shanghai et Pékin sont également concernées.

chine

Les autorités chinoises interdisent tout trafic aérien, ferroviaire, routier et fluvial à destination et en provenance de ces trois agglomérations, à l'intérieur desquelles les transports publics (autobus, métro) sont également suspendus. Les autorités ordonnent également la fermeture des lieux publics de divertissement à l'instar des salles de cinémas, des salles de spectacle ou encore des cybercafés. Le port du masque est rendu obligatoire. Le confinement est relativement strict et contrôlé. Aussi, deux hôpitaux de campagne sont construits de 25 000 m2 et pouvant accueillir jusqu'à mille patients et l’autre pour mille six cents patients. Alors que l’épidémie s’était fortement ralenti, une deuxième vague est annoncée en juin, touchant plus spécifiquement la ville de Pékin. La ville se reconfine après une augmentation de cas dans la ville, dû à une contamination dans un marché de gros.

La Chine est le pays le plus peuplé au monde, avec 1,4 milliard de personnes. C’est aussi le pays qui connait l’une des plus grande diaspora de la planète. Les Chinois d’outre-mer ont débuté leur émigration à la fin du 16ème siècle. Elle s’est intensifiée dans la deuxième partie du 19ème siècle et poursuivie jusque à l’époque contemporaine. Les Chinois d’outre-mer sont aujourd’hui présents sur tous les continents (Zhipeng Li, 2017[1]).

La communauté chinoise en France s’est formée par vagues successives de migrants venus à différentes époques et pour des raisons diverses. Elle est estimée à environ entre 600 000 à 700 000 personnes, soit la plus importante d'Europe. Elle est particulièrement concentrée en Ile de France et à Paris dans le 13ème arrondissement, plus souvent appelé le « quartier chinois ».

La crise de la Covid, en plus de malmener la santé des personnes, a été révélatrice d’une peur de l’Autre. Celui et celle, qui dans notre inconscient, a fait entrer l’épidémie en France est devenu indésirable. Pendant cette crise, la communauté chinoise a connu diverses formes de stigmatisations et de discriminations à son encontre, assimilant les Chinois.e.s de France directement au virus. Sur les réseaux sociaux, s’est développé le #Jenesuispasunvirus pour lutter contre cette stigmatisation. Deux personnalités de la société civile chinoise de France ont accepté de répondre à nos questions et nous apprennent d’une communauté, que nous ne connaissons que très peu. Nous les en remercions.

[1] Voir la thèse de Zhipeng Li « La diaspora Wenzhou en France et ses relations avec la Chine » : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01819716/document

Interview croisée

gracely

Grâce Ly est écrivaine, autrice-réalisatrice, et animatrice de podcasts. Elle est née en France de parents chinois, installée en région parisienne depuis l’âge de 6 ans. Elle lance le blog La Petite Banane en 2011, puis crée une websérie Ça reste entre nous diffusée en 2017 et 2018. Elle discute particulièrement des questions d’identité, de racisme de culture.

En septembre 2018, elle crée le podcast bimensuel « Kiffe ta race », avec Rokhaya Diallo. Elle publie, à la même date « Jeune fille modèle » son premier roman chez Fayard. C’est pour elle l’occasion d’évoquer l’exil, les stéréotypes, la double culture, au travers de l’héroïne du livre, Chichi, une jeune asiatique de la seconde génération.

sacha

Sacha Lin Jung est de nationalité française, né à Paris issu d'une famille chinoise originaire de la ville Wenzhou. De formation scientifique, il profite néanmoins de la culture entrepreneuriale familiale pour se lancer dans de multiples activités commerciales en France et en Chine. Confronté tout au long de sa vie à des contrastes conflictuels, a germé en lui un besoin d'équilibre intérieur et d'harmonie extérieure. Il est le fondateur d’une association (« Jeunes Chinois de France ») afin de réunir des français d'origine chinoise dans le but de traiter des problématiques ainsi que des potentialités non exploitées relatives aux jeunes français asiatiques. C'est pour lui presque devenu une mission de vie. Lors de la crise sanitaire, il a été l’invité de nombreux plateaux de télévision pour apporter son éclairage en tant que membre actif de la société civile sur le débat du racisme anti-asiatique.

 

Propos recueillis par Chadia Arab, Jacques Ould Aoudia, et Benoit Mayaux

 

FORIM : Comment la communauté chinoise se structure-t-elle en France ? Pourriez-vous décrire cette diaspora peu connue ?

Sacha : La première chose à distinguer avant de commencer à parler de la «communauté chinoise» est que la «communauté chinoise» est devenu un amalgame de l'imaginaire collectif qui regroupe des communautés hétérogènes. Dans cette imaginaire collectif, les populations asiatiques font malgré elles aussi partie de cette communauté chinoise. Le seul point commun qui fait vraiment consensus au sein des populations asiatiques est la discrimination au faciès. C'est pourquoi dans la lutte contre les discriminations, nous parlons presque exclusivement de communauté asiatique au lieu de chinoise. Ceci étant posé, on peut distinguer deux courants migratoires qui ont déterminé la composition de la communauté dite chinoise en France: La plus connue est essentiellement basée dans le13eme arrondissement de Paris et a démarré à la fin des années 60, composée de populations asiatiques d'anciennes colonies françaises en Indochine (Vietnam, Cambodge, Laos principalement) qu'on appelle communément les «Boat people». Ces ressortissants de nationalité diverses ont souvent des origines chinoises, l'amalgame de qualifier tous les asiatiques de «chinois» n'est pas causée par la seule méconnaissance, le fait sociologique atteste parfois d'un réel amalgame culturel. L'autre courant migratoire moins connue, est pourtant plus ancien et plus important en terme démographique, représentant près de la moitié de la population chinoise en France est originaire de Chine continentale et son installation en France remonte à la Première Guerre Mondiale. À cette époque, la France et l'Angleterre passent un accord avec le gouvernement chinois de l'époque pour recruter 140 000 travailleurs chinois dont certains, quelques milliers vont finir par s'installer définitivement en France, et notamment à Paris près de la gare de Lyon et dans le 3eme arrondissement de Paris dès 1919. Beaucoup de ces Chinois sont originaires de la région de Wenzhou (ancienne concession étrangère). Cet ilot chinois en plein cœur de Paris restera marginal jusqu'à la fin des années 60 où la Révolution Culturelle en Chine engendre une fuite des Chinois vers de plus verts pâturages. C'est donc en concomitance avec les fameux «boat people», que se développe une migration plus discrète de Chinois de la région de Wenzhou qui, contrairement aux «boat people», n'ont jamais eu de contacts culturels avec la France. Ces deux courants d'immigration représentent la très grande majorité de la population chinoise en France. En marge, on compte bien entendu une présence d'étudiants chinois et une population en provenance de la région du Dongbei au nord-est de la Chine arrivée dans les années 90.n Chaque groupe a ses spécificités culturelles distinctes, ne parlent pas les mêmes langues et dialectes, se développe indépendamment dans des secteurs économiques très différents et possède son propre réseau communautaire et associatif.

En complément de ce tableau non exhaustif, il faut parler d'une population assimilée à chinoise mais qui ne rentrent pas dans les statistiques, celle des français d'origine asiatique issu des différentes courants d'immigrations que l'on voit émerger dans des actions de lutte contre les discriminations ou pour une meilleure représentativité politique. Cette conscience citoyenne est encore très récente et il n'existe aucune étude sur cette population de nationalité française qui commence à s'affirmer de différentes manières.

Grâce : Il serait plus juste de parler des communautés chinoises en France, parce qu’il y a de nombreuses migrations et de nombreux parcours. La Chine est évidemment un grand pays, 17 fois la France. Et donc les immigrations successives ne se ressemblent pas. Il y a par exemple, une immigration de Chine qui date des évènements Tian’anmen[1] de 1989, qui est très politique. Il y a aussi des étudiants chinois qui restent en France et qui s‘installent, il y a des migrations clandestines, des territoires du Dongbei au Nord de la Chine, une immigration qui vient de Wenzhou avec qui la France a tissé beaucoup de liens. Il y a aussi les Chinois qui sont issus des diasporas indochinoises, d’Ex-Indochine française, donc du Cambodge, du Laos et du Viet Nam et qui sont souvent confondus avec ces populations sous le nom de boat people par exemple.

Source : page Facebook Association des Jeunes Chinois Source : page Facebook Association des Jeunes Chinois

Source : page Facebook Association des Jeunes Chinois de France

FORIM : L'épidémie de la Covid19 a débuté en Chine, quels impacts cette crise sanitaire a-t-elle eu en France? Et particulièrement sur la communauté chinoise de France? (racisme? Discriminations ? Autres ?, etc.)

Sacha : Pour les personnes sensibles au contexte de protectionnisme européen et de guerre économique entre les USA et la Chine, le fait que l'épidémie de coronavirus ait débuté en Chine a tout de suite été pris très au sérieux sur le plan sanitaire mais encore plus sur le plan des discriminations. C'est ainsi que les défilés traditionnels du nouvel an chinois en France ont été annulés afin d'éviter tout risque d'exposer les plus jeunes participants à d'éventuels débordements racistes auxquels nous assistions déjà sur les réseaux sociaux et dans la vraie vie. Sur le plan économique, dès le mois de janvier 2020, les commerces de bouche tenus par des asiatiques ont subi une baisse de fréquentation. Le secteur très important du tourisme s'est totalement arrêté. Sur les réseaux sociaux, les propos racistes à l'encontre de la communauté asiatique a explosé de plus de 900%. Sur le plan social, cette crise a mis en évidence le manque de préparation de la société française à faire face à une épidémie. Et donc au sentiment d'injustice des populations d'origine asiatique et malgré tout la suspicion qui a pu être exprimée à l'encontre de la gestion de la crise en Chine, subsiste quand même la conscience que l'Asie notamment la Chine est moins sous-développée qu'on aurait pu le penser. Ce qui peut générer un sentiment compensatoire de fierté au milieu de cette débâcle.

Grâce : Depuis le début de la crise sanitaire en Chine, c’est-à-dire à peu près vers le 20 janvier, date du nouvel an chinois en Chine, il y a eu un début de stigmatisation parce qu’on a projeté sur la population chinoise, les asiatiques d’une manière générale, et donc pas que chinoise, les personnes qui sont perçues comme étant asiatiques, aussi Vietnamiens, aussi d’autres groupes qui ne sont spécifiquement chinois mais qui sont perçues comme asiatiques. Donc des stigmatisations, des discriminations, des violences verbales et aussi physiques. L’épidémie du Covid19 a non seulement été une épidémie sanitaire, mais aussi un reflet des tensions sociales et de la montée du racisme anti-asiatique soudain. C’était une montée soudaine et très circonstanciée, et c’est quelque chose qui n’est pas nouveau en France. Il y a toujours eu du racisme anti-asiatique. En dehors de la crise sanitaire, c’était quelque chose de beaucoup plus insidieux, beaucoup plus invisible. On parle souvent de stéréotype qu’on dit positif. On dit souvent la communauté asiatique, chinoise, qu’on trouverait modèle, qui serait discrète et qui travaillerait dur, qui serait composée de « bons immigrés ». C’est souvent l’image qui colle à la peau aux personnes migrantes asiatiques et même des populations françaises aux origines asiatiques. Ce racisme qu’on dit positif, bienveillant mais qui demeure tout de même du racisme, s’est transformé en ostracisation, en violence franche, depuis le début de la crise sanitaire et ça a perduré aujourd’hui encore.

FORIM : Y'a-t-il un racisme particulier par rapport au Chinois et en comparaison aux autres communautés? Y'a-t-il une convergence des luttes? Nous pensons plus spécifiquement aux manifestations contre les violences policières. Est-ce que les Chinois.es de France se sentent concerné.es ? Comment les Chinois s'inscrivent dans ces luttes? Comment palier au racisme anti-chinois?

Sacha : Les noirs, les juifs, les maghrébins et les asiatiques ne souffrent évidemment pas des mêmes suspicions. Le racisme dont souffre les «Chinois» s'articulent sur des clichés effectivement spécifiques. Hormis le racisme ordinaire des clichés positifs ou réducteurs, le racisme anti-chinois se manifeste aussi par le phénomène d'agressions ciblées visant surtout les femmes et les personnes perçues comme les plus vulnérables.

Le racisme anti-chinois est donc présent sous deux formes, l'une est le racisme dit ordinaire et l'autre est un racisme lié à un ressentiment à l'encontre d'une image préconçue de la Chine. Dans les théories du complot, tout le monde peut trouver une raison de haïr «les Chinois», la consommation de viande de chiens, le traitement des musulmans du Xinjiang, la menace pour les démocraties occidentales, toutes ces accusations suffisent à construire un imaginaire collectif ou le «chinois» est l'ennemi. Dans ce contexte de dénonciation des violences policières, les populations chinoises ne se sont que très peu positionnés officiellement même si l'affaire LIU SHAOYAO, père abattu à son domicile à Paris devant ses enfants a été le motif d'un soulèvement contre les violences policières. Le racisme anti-chinois est lié à l'image de la Chine véhiculée dans les grands média occidentaux, la lutte contre ce racisme consisterait avant tout à détricoter les mythes anxiogènes sur la Chine qui masquent les points de convergence de l'histoire de la Chine avec le reste du monde. D'ailleurs je constate que depuis la dernière flambée de racisme anti-chinois, le nombre de militants indépendants appliqués à ce travail titanesque sont de plus en plus nombreux.

Grâce : Je ne pense pas qu’il y ait un racisme particulier contre les chinois, de manière interindividuelle, car c’est difficile de distinguer une personne chinoise d’une autre personne asiatique : je ne suis pas ciblée en tant que cambodgienne ou chinoise, je suis ciblée en tant qu’asiatique, avec un faciès, une forme d’yeux, de cheveux, qu’on associe à tout un continent, ce qui par ailleurs est de l’ordre du fantasme. Il y a en revanche du China bashing, qui vise les ressortissants chinois, et l’image de la Chine dans les médias. Le made in China c’est cheap, la Chine ne respecte pas les droits humains, etc. Certaines sont vérifiées, d’autres non. En tout cas, on remarque un emploi de vocabulaire qui est généralement négatif quand on parle de la Chine, et c’est une forme de racisme. Il se génère au niveau institutionnel, politique, de la recherche, et se diffuse ensuite dans la société française.

Il y a des convergences des luttes : la lutte contre le sexisme touche les femmes asiatiques, qui le subissent quotidiennement. L’antiracisme aussi fait partie de cette convergence. Les violences policières sont une lutte partagée. Les enfants de Liu Shaoyao ont monté un groupe de soutien pour demander justice pour leur père. En tant que franco-chinoise, je me sens concernée par ces faits de société, et cette prise de conscience en France. Ces revendications, ces demandes, ces manifestations pour la justice de Liu Shaoyao s’inscrivent dans un contexte plus large contre les violences systémiques.

Concernant la lutte contre le racisme anti-asiatique, je pense que la réponse pour faire progresser la société française peut être, à mon sens, la même que pour le sexisme ou pour toutes les formes d’oppression. Toutes ces formes d’oppression sont aujourd’hui régulièrement dénoncées et pour lesquelles on cherche à la fois un appui institutionnel et une médiatisation, une prise de conscience, une sensibilisation et un travail éducatif auprès de la population.

Lutter contre le racisme, c’est à la fois dénoncer ceux qui le pratiquent. C’est demander à nos institutions, aux personnes qui nous représentent, d’en faire une priorité dans les politiques publiques, de l’inscrire dans les programmes de l’Education Nationale. Mais aussi c’est rendre responsables ceux qui se rendraient coupables de racisme et qu’il y ait des réparations. C’est une réponse qui est globale. Qui peut se faire pour toute sorte d’oppression.

unnamed-3-1024x1024

Affiche podcast de Grace Ly et Rokhaya Diallo - Kiffe

FORIM : Quels liens entre les Chinois de France et le pays d'origine?

Sacha : J'ai toujours observé que les Chinois de France de même que les Français d'origine chinoise étaient tournés vers la France plutôt que la Chine, peu sont ceux de la deuxième génération à garder des liens effectifs avec la Chine. Mais l'apparition d'une forme de sentiment anti-chinois pousse de plus en plus les Chinois de France à se tourner vers leur pays d'origine et à se réapproprier cette culture qui constitue à la fois un atout sur le plan professionnel mais aussi un éventuel refuge par rapport au spectre d'un échec social en France.

Grâce : En ce qui concerne mon lien avec mon pays d’origine, je suis Chinoise du Cambodge. Donc je suis à la fois Chinoise, et mes parents viennent de Chine. C’est-à-dire qu’il sont nés au Cambodge dans une communauté, une famille chinoise. Ma mère est Cantonaise, mon père est Teochew.

Mon lien avec mon pays d’origine ? Je fais des voyages touristiques. J’ai de la famille qui a pu se réinstaller dans ces territoires [chinois]. Moi, personnellement, je ne travaille pas avec ces territoires. Je ne suis pas activement liée au pays d’origine. Mais j’ai une grande fascination pour sa culture, et pour mon héritage. Je ne pourrai pas, bien sûr, répondre au nom des Chinois de France. Je n’ai pas de mandat pour parler en leur nom.

FORIM : Enfin, comment voyez-vous le "monde de demain"?

Sacha : Pendant le confinement, chacun s'est mis à imaginer «le monde d'après». Je n'ai pas attendu pour œuvrer à un monde de Paix et de compréhension entre les peuples. Mais comment se comprendre séparés par des écrans de smartphones, séparés par la distanciation sociale, la suspicion et les restrictions de voyage?

La crise du Covid-19 a mis en suspens les interactions sociales, le temps d'aujourd'hui est celui de la remise en question de nos sociétés et de la refonte de nos acquis et certitudes. Je vois le monde de demain bien partagé entre ceux qui auront su construire des fondations humaines solides qui leur permettront d'apprendre, de comprendre, de transmettre dans un monde meilleur qu'ils auront eux-mêmes créé et ceux qui s'enliseront dans des problématiques non résolues du passé, incapable de se projeter dans le monde de demain.

Il est difficile de lancer un pronostic sur le monde de demain mais toute crise à deux faces, d'un côté le danger de destruction et de l'autre l'opportunité de se renouveler, d'évoluer, de s'entraider. J'espère que celles et ceux qui liront ces lignes seront convaincus que le monde de demain se construira sur nos prières d'aujourd'hui, puissent-elles rapprocher les gens et consolider la Paix entre les différents peuples.

Grace : Le monde de demain ? En fait, il n’y en a pas ! C’est le monde d’aujourd’hui. On fait aujourd’hui notre monde, chaque jour. Le monde d’aujourd’hui, celui qui se profile, c’est un monde où il n’est plus possible de mépriser les autres. On le voit grâce aux mobilisations, à l’organisation des personnes qui sont les premières concernées par les oppressions comme les femmes, comme ceux qui souffrent de racisme, ceux qui sont victimes des violences policières. Il y a des mobilisations, il y a dans l’espace public des revendications fortes de ces personnes et toute la société pourrait en bénéficier puisque cela ne concerne pas qu’une seule personne.

Le monde d’aujourd’hui se construit tous les jours. Je vois depuis la fin du confinement notamment, une présence sur les réseaux sociaux mais aussi dans la rue de beaucoup de personnes qui demandent à être entendues et être respectées dans leur singularité. Et ces voix ne sont pas forcément entendues, mais j’ai bien l’impression qu’elles ne vont pas cesser de se faire entendre avant d’obtenir de la part des personnes qui nous représentent dans les institutions de gouvernance de la France, d’être considérées et de faire avancer ce qui doit l’être.

 

 

[1] Le 15 avril 1989 débute un mouvement d'étudiants, d'intellectuels et d'ouvriers chinois qui dénoncent la corruption dans la classe politique chinoise et réclament des réformes politiques et démocratiques. Cette contestation, d'abord joyeuse et toujours non violente, se termine par l'intervention de l'armée (Source : France Info).

 

 

 

Chronique rédigée par Chadia Arab, Jacques Ould Aoudia, Benoit Mayaux

Comité de rédaction : Chadia Arab, Benoit Mayaux, Jacques Ould Aoudia, Patrick Rakotomalala

Mise en forme et communication : Randa Chekroun, Pierangela Fontana

Les propos contenus dans la présente publication n’engagent que leurs auteur.e.s 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.