La discrimination religieuse dans l'école publique en Angleterre

Beaucoup d'écoles publiques en Angleterre sont confessionnelles. Celles-ci sélectionnent ouvertement leurs élèves sur des critères de pratique religieuse. Plongez avec délices ou effroi dans ce monde où on compte les jours de présence à la messe, on compare les âges auxquels les enfants ont été baptisés pour savoir qui aura le droit de mettre son enfant dans une école.

L'Angleterre et ses bus rouges

On voit toujours le Royaume-Uni comme un pays essentiellement européen, avec quelques différences qui tiennent plus du folklore que des différences fondamentales. On roule à gauche, les rues de la capitale sont sillonnés par des bus rouges à impériale, les Anglais ont une reine gardée par des soldats avec des peluches sur la tête.

En réalité, les différences entre le Royaume-Uni et les autres pays sont beaucoup plus substantielles que cela. Par certains aspects, le Royaume-Uni est resté un pays relativement féodal. La fiscalité et la législation en général sont très favorables aux rentiers et aux propriétaires terriens si on compare le pays aux autres pays du continent, comme la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne ou même la Suisse. Le Royaume-Uni est un pays réellement différent, et ce particularisme explique sans doute pourquoi il s'est toujours senti à la marge de l'Europe et a fini par s'en détacher par le vote du Brexit du 23 juin 2016.

Aujourd'hui, je vous propose de vous plonger dans une des fondements du communautarisme tel qu'il est pratiqué au Royaume-Uni: la ségrégation religieuse à l'école publique. Il ne sera question ici que d'écoles publiques.

Découverte

Vivant à Londres, je veux inscrire un de mes enfants à l'école. Je vais sur le site d'inscription centralisé, de là sur les sites web des écoles publiques du voisinage. Une des plus proches a un nom très dévot qui fait référence à un Saint. Pourquoi pas. Là je regarde les formulaires à remplir, et oh surprise on me demande combien de fois par mois je suis allé à la messe ces deux dernières années. Sérieux?

Je descends plus bas, et je vois un formulaire qui doit être signé et tamponné par le prêtre de la paroisse. Qui certifie que je vais bien au moins une fois par mois à la messe. Oui. Diablement sérieux.

Je connais ma réponse: zéro fois par mois à la messe. Égale zéro chance pour mon enfant d'entrer dans cette école. Idem pour une deuxième et une troisième. J'ai compris que ces écoles publiques sont des écoles confessionnelles, et que je peux me brosser pour y mettre un enfant.

Les écoles confessionnelles

Je me suis lancé dans un petit exercice de "data-journalism" et ai collecté des données sur les écoles publiques ("state schools") dans le grand Londres. Une fraction non négligeable de ces écoles sont dites confessionnelles ("faith schools"). La gestion de ces écoles est faite par arrondissement ("local authority"), comme "Westminster", "Kensington & Chelsea", etc.

Certaines de ces écoles sont laïques ("community schools") et d'autres confessionnelles ("faith schools").

Voici une carte de Londres divisée en arrondissements (cliquer pour voir une version interactive)

Carte de Londres © Fox143 Carte de Londres © Fox143

 

Le code couleur indique la proportion d'écoles publiques confessionnielles. À Westminster ou encore Kensington & Chelsea, la majorité des écoles sont confessionnelles. À Camden, plus de 45% des écoles sont confessionnelles.

Conséquences pour les écoliers et leurs parents

Les parents doivent remplir un formulaire relativement pointilleux dans lequel ils attestent en détail de leur pratique religieuse. Il faut donc répondre typiquement aux questions suivantes consignées dans un formulaire complémentaire (appelé "supplementary form", on appréciera l'euphémisme):

  • Combien de fois par mois les parents vont-ils à la messe (en moyenne sur les deux dernières années)? À quelles célébrations majeures participent-ils (Pâques, Noël, etc.)
  • À quelles activités les parents participent-ils (organisation de la kermesse, chorale, etc.)
  • En particulier pour les écoles catholiques: à quel âge l'enfant a-t-il été baptisé?
  • Éventuellement d'autres questions. Les écoles ne manquent pas d'imagination.

La première fois que je suis tombé sur un tel formulaire (en voici un exemple ici ou encore ici), je suis resté sceptique. En fait le système est très bien rôdé:

  • On demande aux parents en plus du formulaire une attestation du prêtre de la paroisse (priest reference form). Dans cette attestation, le prêtre doit corroborer les déclarations des parents, bref confirmer qu'ils n'ont pas menti. En voici un exemple (voir page 10).
  • Pour pouvoir corroborer les déclarations de présence des parents à la messe, les églises doivent tenir des registres de présence. On va donc à la messe entre autres pour émarger.

Quelques perles

En consultant tous ces sites et ces documents, je n'ai pas pu m'empêcher de relever quelques cas croustillants.

  • L'École catholique Saint-Joseph de Wandsworth (formulaire ici) demande au parents s'ils vont toutes les semaines à la messe. Sinon, ils doivent expliquer pourquoi (ouille).
  • La "London Oratory School", à Hammersmith & Fulham (formulaire ici) demande si l'enfant a bien été baptisé avant l'âge de 6 mois. Si ce n'est pas le cas, les parents doivent expliquer pourquoi.

En général, les écoles demandent aux parents d'aller au moins une fois par mois à la messe, et pour les catholiques d'avoir baptisé leur enfant avant l'âge d'un an.

Que font les Anglais?

Tous les Anglais ne sont pas des ardents défenseurs de ce système, mais comme ils doivent vivre avec, ils s'adaptent.

  • Ils vont à la messe dès qu'ils pensent avoir des enfants. Il faut soumettre un dossier quand l'enfant a deux ans, et avoir été à la messe pendant 2 ans. Donc dès la naissance, il faut y aller.
  • Ceux qui veulent une école catholique font baptiser leurs enfants sans faute avant l'âge de 6 mois, voire un an. Il m'est arrivé plusieurs fois de croiser des parents français à Londres qui étaient tétanisés à l'idée de baptiser leur enfant trop tard.

Est-ce légal?

Ce système fontionne ouvertement et est parfaitement documenté. Il suffit de tirer la pelote à partir du site des admissions à l'école publique à Londres: https://www.eadmissions.org.uk.

Il peut donc supposer qu'il est parfaitement légal. En effet, les textes disent que la discrimination religieuse est strictement interdite au Royaume-Uni, avec une exemption explicite: les écoles confessionnelles sont explicitement autorisées à sélectionner des enfants sur des critères religieux. Pour en savoir plus, on peut voir cette page.

Est-ce bien?

Je ne pense pas, et cet article du Guardian de 2013 montre que je ne suis pas le seul. Néanmoins les données que j'ai collectées en 2016 et 2017 montrent que ce système perdure encore. Il est peu probable que ce genre de système puisse fonctionner dans un autre pays européen.

D'un point de vue strictement comptable, c'est une injustice. Les écoles sont financées par l'impôt. Quand un musulman ou un sikh ou un athée paie ses impôts on ne lui demande pas ses convictions religieuses. Il doit payer. Le jour où il veut mettre ses enfants dans une école du voisinage, il ne pourra pas s'il n'est pas de la bonne religion.

Des articles ont fait des statistiques sur le niveau social des enfants dans les écoles laïques et les écoles confessionnelles (sur la base des demandes d'aide sociale pour payer la cantine). Il ressort clairement que le niveau social est plus élevé dans les écoles confessionnelles que dans les écoles laïques. Voir par exemple un article de "The Independent" sur le sujet.

Pour en savoir plus

J'ai collecté une quantité importante d'informations (plusieurs milliers de fichiers et de documents). Ces données volumineuses sont accessibles de manière lisible et structurée sur le site suivant: http://mesdonneespubliques.fr/4mdp-6a7hg63f/

Dans ce site en français, vous trouverez:

    • Une carte de Londres qui donne avec un code couleur la proportion d'écoles confessionnelles par borough (arrondissement).
      • En cliquant sur un arrondissement vous pourrez voir une carte détaillée des écoles et des confessions associées, voir des statistiques, et des données sur chaque école.
    • Des statistiques par borough.
    • D'autres exemples croustillants ou sidérants suivant votre état d'esprit du moment.
    • Un petit lexique. L'anglais britannique est plein de faux amis (par exemple "public school" désigne une école privée, ça ne s'invente pas).
    • Toutes les données qui ont été collectées (formulaires, etc.). Le mode de collecte pour les plus curieux.
    • Pas plus de pubs que dans mediapart.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.