les psy dans la tourmente

La 4eme vague sera psychiatrique, entend-on ça et là... Le bateau coule, les « psy » sont sur le pont. Arriveront-ils à prendre en charge les naufragés et à aider la population à traverser la tempête ? Rien nʼest moins sûr, surtout si on regarde ce que prépare en catimini le gouvernement concernant la profession de psychologue.


Les psychologues nʼéchappent pas au rouleau compresseur des réformes instaurées par les gouvernements libéraux. La rentabilité de la profession est évaluée avec les memes outils que ceux qui ont servi à fermer des lits dans les hôpitaux, ou à restructurer les fonctions publiques. Sauf que le dilemme auquel est confronté lʼEtat est que les psychiatres sont en voie de disparition, et quʼil ne reste pour gérer les troubles psychologiques que des médecins généralistes et des psychologues libéraux.
A la demande du gouvernement, les parlementaires planchent actuellement sur un projet qui viserait à créer un Ordre des Psychologues, dispositif qui permettrait de réglementer les pratiques des psychologues et de prendre la main sur leurs méthodes et leur organisation. Pourquoi ne pas se réjouir dʼun projet qui pourrait mener vers la protection des usagers ainsi quʼun remboursement des consultations psychologiques en cabinet ? Tout simplement parce que lʼEtat souhaite par ce procédé désigner ce quʼil estime être les « bonnes pratiques », vers plus de « scientificité » de la discipline, plébiscitant les thérapies neuro cognitives au détriment des approches psychanalytiques et psycho-dynamiques. Lʼinquiétude des professionnels est dʼautant plus légitime que le projet est construit dans la précipitation, sans aucune concertation avec les organisations syndicales et professionnelles, faisant fi des réflexions menées sur ce sujet depuis des années.
Petit avant goût de ce qui nous attend demain : les annonces de « cheques
psy » pour les étudiants, et du « forfait 100% psy » pour les enfants, sont les deux dispositifs imaginés par le gouvernement, annoncés dans lʼurgence sans aucune concertation avec les professionnels. Ces dispositifs pourraient paraitre au grand public comme une opportunité réelle. Hélas, leur mise en place nʼest toujours pas effective en Drôme-Ardèche, et les protocoles quʼont dû inventer lʼARS et les universités dans la précipitation sont loin dʼêtre simples. Par ailleurs, le prix des consultations est fixé arbitrairement à 30€, et les 3 premières séances sont accordées sous prescription médicale, renouvelées avec une autre prescription médicale. En somme, le médecin généraliste devient le premier interlocuteur du patient en souffrance psychique, cʼest à lui de juger si oui ou non lʼenfant ou lʼétudiant a besoin dʼun suivi psychologique, et cʼest à lui de fixer le nombre de séance. Il ne manquerait plus que le lobby pharmaceutique sʼen mêle et quʼune prescription médicamenteuse soit jointe à la prescription de psychologue...

Lʼautonomie des psychologues installés en libéral est ici remise en question, et on peut dors et déjà imaginer les dérives dʼun tel système. Que diriez-vous dʼune société où la souffrance psychique est entièrement encadrée par la médecine de ville? Où les remediations cognitives et les évaluations diagnostiques remplacent les accompagnements thérapeutiques classiques? Où le psychologue est un technicien, un « expert » qui travaille sous la tutelle du médecin généraliste? Où la uberisation du soin psychique supplante la prise en charge collective en institution?
Lʼhôpital coûte cher, on le sait. Mais les moyens qui manquent dans les institutions de soin ne sauraient être palliés par les psychologues libéraux, isolés, solitaires, sans de graves conséquences pour les usagers. Le travail dʼéquipe, déjà bien amenuisé par les réunions « zoom » et le télétravail, est indispensable à un accompagnement des enfants et adultes au plus près de leur développement psychique.
La psychiatrie a toujours été un parent pauvre du soin.
Les institutions psychiatriques, CMP, CMPP, apportent les soins nécessaires, gratuits, aux populations marginalisées, précaires, et aux souffrances invisibles dʼune grande partie de la population.
Réformer lʼexercice libéral des psychologues, et rembourser les consultations quʼils dispensent, serviraient certes à désengorger les institutions, mais mèneraient à terme à une précarisation de la profession, soumise à des contraintes de méthodes, dʼorganisation et dʼautonomie. Tout cela auprès de professionnels isolés puisquʼinstallés à leur compte.
Les psychologues forment un corps hétérogène de praticiens autonomes, formés à des approches théoriques diverses et complémentaires. Une profession peu habituée à sʼexprimer sur ses conditions de travail, plus habituée à sʼoccuper des souffrances des autres quʼà se plaindre de ce quʼelle vit.
Pourtant, les organisations syndicales et professionnelles se mobilisent ces derniers jours à lʼunisson pour alerter sur ces projets qui promettent un avenir trouble et incertain pour le monde du soin psychique. Voilà une folie de plus du modèle néolibérale, qui taille dans les libertés des individus. Les psychologues sʼopposent fermement à ce contrôle social. Ils revendiquent leur autonomie et le respect de leurs missions.
Pour aller plus loin :
http://www.appeldesappels.org/
https://psychologues.org/actualites-single/plateforme-tnd-un-dispositif- enfermant-et-reducteur-pour-la-prise-en-charge-des-enfants/
https://ffpp.net/notre-president-aime-les-cheques-psy-mais-pas-les- psychologues/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.