Français du Monde
Comprendre Débattre Agir
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

4 Éditions

Billet de blog 26 déc. 2016

Français du Monde
Comprendre Débattre Agir
Abonné·e de Mediapart

Pour un groupe des français du Monde à l’Assemblée

L’Assemblée Nationale comptait lors de la précédente législature 22 députés d’outremer. Elle en compte aujourd'hui 5 de plus, auxquels s'ajoute les 11 députés des « français à l’étranger ».

Français du Monde
Comprendre Débattre Agir
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’une des premières actions de ces députés devraient être de faire changer cette appellation anticonstitutionnelle de « français de l’étranger ». Etranges étrangers en effet ! On ne cesse pas d’être français dès que l’on passe une frontière. Et pour ces français au moins l’étranger a cessé d’être étrange; pour certains il est même devenu familier. Alors s’il faut absolument les qualifier, qu’il leur soit au moins donné de rejoindre leurs compatriotes de Bora-Bora et de Kourou pour devenir tout simplement des français d’outremer.  L'Assemblée nationale compte donc 38 députés d’outremer.

Ces presque 4 millions de français possèdent par le simple fait de leur résidence une meilleure représentation de la position de la France dans notre village planétaire. Ils sont donc un atout pour la France au moins en termes de rayonnement culturel et de commerce extérieur.

Pour autant seront-ils représentés à l’Assemblée Nationale ? Il est à craindre que non. Car une fois élus, leurs représentants respectifs retrouveront leur chapelles partisanes et voteront comme un seul homme (ou femme, parité oblige) ce que leurs chefs de groupes politiques respectifs leur ordonneront de voter. La seule liberté de vote dont ils disposeront sera celle que ce même chef de groupe voudra bien leur octroyer dans sa grande mansuétude.

Is that necessarily so ? Est-ce une fatalité ? Un député est-il fatalement le représentant de son parti auprès du peuple français ? Ne devrait-il pas être le représentant du peuple français d’abord auprès de ce même parti  mais ensuite et surtout auprès du gouvernement ?

Ces questions appellent des réponses. L’une d’entre elles serait que ces députés, représentants des français d’outremer, s’élèvent au dessus des querelles partisanes qui minent la vie politique française. Ils pourraient ainsi former un groupe des français d’outremer à l’Assemblée. Avec 38 députés, il serait le premier groupe indépendant en dehors des deux grandes formations politiques du pays. Ce groupe aurait plus de poids et d’influence sur le travail des différentes commissions; son président siègerait à la Conférence des Présidents. Et surtout son temps de parole serait largement accru. En comparaison, quel temps de parole, quelle influence un député noyé au milieu de ses collègues du même parti pourrait-il avoir ?

L’évidence de cette proposition est telle qu’il ne s’agit plus aujourd’hui que de volonté d’agir efficacement pour les citoyens dont on prétend représenter les intérêts. Et comme toujours en politique, il s’agit aussi de courage.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte