francegl
Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Lien 29 oct. 2020

francegl
Abonné·e de Mediapart

Qu’est ce que la famine et comment y faire face?

francegl
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.unicef.fr/dossier/famine

 Le coronavirus COVID-19 touche pratiquement toutes les régions du monde. Alors que pays après pays, les gens sont confinés et que les économies s'arrêtent, le spectre de la faim se profile à l'horizon. La circulation des aliments, des fermes aux marchés et aux maisons, est perturbée, et les plus pauvres et les plus vulnérables sont menacés. La crise économique et la perturbation de l'approvisionnement alimentaire pourraient faire basculer un demi-milliard de personnes supplémentaires dans la pauvreté, selon les estimations des ONG

Le Programme alimentaire mondial des Nations unies affirme que 135 millions de personnes sont déjà confrontées à une insécurité alimentaire chronique et qu'elles "pourraient être poussées au bord de la famine d'ici la fin de 2020" et créer une "pandémie de faim", voire une famine.

La famine n'est pas seulement un manque de nourriture

En termes techniques, une famine est une situation dans laquelle un ménage sur cinq connaît "un manque extrême de nourriture et d'autres besoins de base”

La famine est un manque de nourriture, et la plupart des gens pensent qu'elle est provoquée par une sécheresse, une guerre ou une épidémie. Et certains croient encore aux théories démythifiées du XIXe siècle selon lesquelles la "surpopulation" serait à l'origine de la famine. Mais les famines sont généralement causées par de multiples facteurs, aggravés par de mauvaises (ou même intentionnellement mauvaises) décisions politiques qui rendent les gens vulnérables. Lorsque personne ne s'attaque à cette vulnérabilité, elle conduit à la famine.

Avant la pandémie COVID-19, nous avons assisté à un déclin spectaculaire des famines au cours des 50 dernières années. Malheureusement, certains cas de conflits ont encore plongé des millions de personnes dans la pauvreté et la faim, ce qui rend les gens encore plus vulnérables au coronavirus. La guerre civile au Sud Soudan et au Yémen a déplacé des familles et coupé l'approvisionnement en nourriture, ainsi que l'accès des populations à l'aide. Les conflits et la longue et grave sécheresse qui sévissent en Somalie et dans d'autres parties de la Corne de l'Afrique ont tué la plupart des récoltes et du bétail, qui constituent les principaux biens de nombreuses familles. La situation dans la Corne est aggravée par le changement climatique et maintenant par une recrudescence des criquets pèlerins dans toute l'Afrique de l'Est.

Si nous attendons qu'une famine soit déclarée pour réagir, il est trop tard

Le conflit au Sud-Soudan a commencé en 2013, il n'est donc pas surprenant que la famine y ait été déclarée dans l'État de l'Unité au début de 2017, et que les habitants de ces régions continuent à lutter pour survivre dans des conditions quasi faméliques.

Ce que fait Life Ong

L'eau propre pour la boisson, la cuisine et le lavage des mains est essentielle dans toute situation d'urgence humanitaire pour éviter les maladies mortelles d'origine hydrique comme le choléra ou les coronavirus. 

Mais tout malaise gastrique causé par de l'eau sale privera les gens de la nutrition qu'ils peuvent tirer de la nourriture qu'ils peuvent trouver. Les enfants de moins de 5 ans sont particulièrement vulnérables. life-ong.org aide à améliorer et à réparer les puits, et à acheminer des camions d'eau dans les zones où il n'y en a pas.

Un assainissement et une hygiène corrects sont essentiels pour prévenir des maladies comme le choléra, le virus Ebola et le COVID-19. Life Ong aide à la construction d'un puits en Afrique et distribue des articles d'hygiène comme du savon pour que les gens puissent se laver les mains.

Lorsque la nourriture est disponible sur les marchés, mais qu'elle peut être rare ou très chère pour certains, Life Ong distribue de l'argent liquide. Life Ong distribue également de la nourriture d'urgence lorsque cela est nécessaire.

Dans les régions où les agriculteurs peuvent planter des cultures, Life Ong aide à fournir des semences, des outils et d'autres aides pour que les gens puissent cultiver leur propre nourriture. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar