Eau et changement climatique: les alternatives existent ! N°12

Pour le douzième épisode de notre série sur les alternatives de lutte contre le changement climatique par l'eau, nous vous proposons un tour des luttes contre la bétonisation des terres en France.

nddl-erde-via-flickr

L’artificialisation des terres connait plusieurs causes : étalement urbain, construction de routes et voies de train, de centres commerciaux... Ces phénomènes de bétonisation tendent à être limité tant par une volonté de densifier les villes et limiter l’urbanisation que par la présence de lois visant à préserver les milieux naturels, écosystèmes et notamment les zones humides. Pourtant, malgré une prise de conscience sur le rôle des espaces naturels, de nombreux projets allant à l’encontre des dynamiques alternatives d’aménagement du territoire persistent.

On retrouve parmi eux des noms biens connus : Sivens, Notre Dame des Landes à Nantes, le village Décathlon à Saint-Jean de Braye et plus récemment le projet Europa City dans le triangle de Gonesse.

Si l’ensemble de ces projets sont bien différents et possèdent leur propre passif, tous impliquent une artificialisation des sols et une diminution des zones agricoles et naturelles. Le projet d’Europacity, dans le triangle de Gonesse entrainerait la bétonisation de 80 hectares de terres agricoles, le projet du groupe Oxylane d’un village sportif Décathlon impliquait la destruction 16 hectares de terres agricoles et naturelles dont 9 hectares de zones humides, tandis que le projet d’Aéroport à Notre Dames des Landes aurait impliqué quant à lui la disparition de 1 200 hectares de zones humides.

L’importance de ces terres n’est pourtant pas des moindres. Tandis que la demande de production de produits locaux ne cesse de croitre, les zones humides ont un rôle primordial dans le cycle de l’eau et la gestion des eaux pluviales. Ces projets, par l’artificialisation des sols qui dérègle le cycle de l’eau et donc le climat, entrainent une perte de services écosystémiques. Ces services sont pourtant essentiels aujourd’hui face aux impacts du changement climatique : infiltration de l’eau dans le sol, rechargement des nappes, soutient à l’étiage (période de l'année où le niveau d'un cours d'eau est le plus bas), stockage de carbone, épuration de l’eau et de l’air et bien d’autres.

Les quatre années de lutte contre le village Décathlon du groupe Oxylane ont permis une victoire juridique. La loi sur l’eau et la sauvegarde des zones humides constituent ainsi une barrière aux projets d’artificialisation.

Diverses procédures judiciaires sont en cours contre le Projet Europacity de Auchan. Parallèlement à celui-ci est né le projet Carma soit « Coopération pour une ambition rurale et métropolitaine agricole », souhaitant remplacer le projet initial en remettant au cœur de ce triangle un pôle de production agricole durable.

Ces projets témoignent de la concurrence et des enjeux pesant aujourd’hui sur les espaces naturels mais font également part de la difficulté et du temps nécessaire à contrer des projets destructeurs incompatibles avec la lutte contre le changement climatique. Pourtant, le recul de ces espaces met en péril le fonctionnement du cycle local de l’eau. Son dérèglement entraine des conséquences directes sur le climat mais également sur la capacité de résilience de nos territoires face aux épisodes climatiques extrêmes.

Perrine Bouteloup


Une série sur les alternatives sur l'eau et le climat

Le changement climatique est intrinsèquement lié à l’eau, tant par ses causes que par ses conséquences. Les conséquences, nous les connaissons tous-tes : sécheresses, désertifications, inondations et autres catastrophes climatiques sont toutes liées au surplus ou à l’absence d’eau. Concernant les causes, en revanche, notre gestion des cycles de l’eau est rarement considérée comme un facteur du changement climatique. Pourtant, les activités humaines sont responsables de nombreuses perturbations du cycle de l’eau, participant ainsi au dérèglement climatique aux niveaux local et global. Heureusement, ce processus est réversible. 

C'est pour valoriser les alternatives qui existent que France Libertés et Une seule Planète proposent un parcours numérique. Ce format vous permet de naviguer librement entre 11 étapes construites autour de notions clés: rétablir l’équilibre du cycle de l’eau, les alternatives dans le domaine agricole ou en zone urbaine, les zones humides, la déforestation, l’eau comme levier d’action… De nombreuses ressources, vidéos, podcast, montrent que les solutions existent. En partageant les bonnes pratiques, nous avons voulu montrer que chacun peut agir, à son échelle, et être acteur de la lutte contre le dérèglement climatique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.