Eau et changement climatique : les alternatives existent ! N°11

C'est une initiative 100% citoyenne qui est au cœur de notre série sur les alternatives de lutte contre le changement climatique par l'eau cette semaine : le parc éolien de Béganne.

eoliennes-parc-eolien-de-beganne-copie

Le projet initial provient d’un couple de maraîchers souhaitant s’équiper en petites éoliennes d’occasion. Par la lourdeur du projet mais aussi face à l’intérêt généré, de nouveaux adhérents ont rapidement rejoint le mouvement, lui conférant de plus en plus d’ampleur. Ainsi, grâce à une forte implication des bénévoles et des soutiens publics et privés, le projet s’est mis en marche en 2003, à la recherche d’un terrain adéquat.

En 2005, deux sites sont sélectionnés : le premier dans le Morbihan, sur les communes de Béganne, Allaire et Saint Gorgon et le deuxième en Loire Atlantique, sur les communes de Sévérac et Guenrouët. Le développement des projets se met alors en route. Les bénévoles avec l’aide d’un coordinateur, construisent ainsi l’intégralité du projet en allant du dossier technique au montage financier.

Pour répondre aux contraintes, deux sociétés sont créées. En 2007, pour assurer le portage local du développement des projets, l’association crée la SARL Site à Watt. Au total 84 citoyens et le Conseil Général de Loire Atlantique (par le biais de sa société d’Economie Mixte dédiées aux énergies renouvelables) se retrouvent associés à la SARL. Les financements sont ainsi réunis afin de répondre aux coûts de développement des projets. L’année suivante, les deux dossiers de permis de construire sont déposés, chaque parc devant se composer de quatre éoliennes de 2 Mégawatts chacune. Le premier terrain, devant accueillir le parc éolien de Béganne obtient le permis de construire en 2009

En 2010, la SAS Bégawatts est constituée afin de gérer et d’exploiter le futur parc éolien citoyen de Béganne. Par ce biais, environ 1 millier de citoyens de la région sont devenus actionnaires de la société gérant le parc éolien de Béganne. Cette gouvernance permet de donner du poids aux membres fondateurs tout en définissant clairement la place des citoyens dans ce projet. Cette société multi acteurs possède un fonctionnement coopératif donnant une voix à chaque individu.

La place des citoyens et l’implication des acteurs locaux a ainsi permis l’émergence de ce parc éolien. Afin d’assurer une transparence sur les avancées du projet mais également de favoriser la concertation et la consultation, l’association Eoliennes en Pays de Vilaine anime un comité de suivi local depuis 2010.

La construction du parc éolien a débutée en 2013, elle s’est clôturée en 2014 et a permis le lancement de l’exploitation sur une durée minimale de 20ans. Aujourd’hui cette ferme éolienne de 8 mégawatts produit l’équivalent de la consommation électrique de 8 000 foyers. Cette initiative a permis d’enclencher les suivantes, ainsi un deuxième parc a été mis en service début 2016 à Séverac. Un autre à Avessac, toujours en Loire Atlantique, est en cours de construction.

La volonté des initiateurs de la démarche était de développer les sources d’énergies renouvelables citoyennes. Au-delà des réussites de ces projets de parc éoliens citoyens, ces actions dénoncent un mode de vie énergivore et contribue à la sensibilisation de chacun sur la nécessité d’inclure des modes de production d’énergie plus propres et plus sobres tout en limitant notre consommation. Le recours aux énergies renouvelables, par le biais de projets à échelle humaine est fondamental. L’utilisation de l’énergie solaire, éolienne ou encore les biogaz, à la différence des énergies fossiles, permettent de fournir de l’énergie sans bouleverser l’environnement ni affecter le cycle de l’eau.

Perrine Bouteloup


Une série sur les alternatives sur l'eau et le climat

Le changement climatique est intrinsèquement lié à l’eau, tant par ses causes que par ses conséquences. Les conséquences, nous les connaissons tous-tes : sécheresses, désertifications, inondations et autres catastrophes climatiques sont toutes liées au surplus ou à l’absence d’eau. Concernant les causes, en revanche, notre gestion des cycles de l’eau est rarement considérée comme un facteur du changement climatique. Pourtant, les activités humaines sont responsables de nombreuses perturbations du cycle de l’eau, participant ainsi au dérèglement climatique aux niveaux local et global. Heureusement, ce processus est réversible. 

C'est pour valoriser les alternatives qui existent que France Libertés et Une seule Planète proposent un parcours numérique. Ce format vous permet de naviguer librement entre 11 étapes construites autour de notions clés: rétablir l’équilibre du cycle de l’eau, les alternatives dans le domaine agricole ou en zone urbaine, les zones humides, la déforestation, l’eau comme levier d’action… De nombreuses ressources, vidéos, podcast, montrent que les solutions existent. En partageant les bonnes pratiques, nous avons voulu montrer que chacun peut agir, à son échelle, et être acteur de la lutte contre le dérèglement climatique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.