Francesca Pollock
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 août 2014

Francesca Pollock
Abonné·e de Mediapart

À la rencontre de Ferdinand

En mars dernier est sorti le livre pour enfants (et leurs familles) À la rencontre de Ferdinand.C’est un livre qui raconte la vie d’un enfant différent. La vraie vie, devrais-je dire, d’un enfant différent.

Francesca Pollock
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En mars dernier est sorti le livre pour enfants (et leurs familles) À la rencontre de Ferdinand.

C’est un livre qui raconte la vie d’un enfant différent. La vraie vie, devrais-je dire, d’un enfant différent. Pour nous, ce livre est né d’un constat d’échec. Malgré la multiplication des livres pour enfants sur le handicap, le regard ne change pas, les peurs et les ignorances non plus. En faisant une petite « étude de marché » avant l’élaboration de notre livre il nous a semblé que les livres parus ne donnaient aucune chance au regard de changer car ces livres ne racontaient tout simplement pas la vérité. Les sujets (handicapés) étaient souvent présentés sous l’apparence d’animaux ou de personnages héroïques, ce que les handicapés ne sont pas. Les histoires se terminaient toujours bien, l’enfant ou l’animal héroïque était toujours réintégré après avoir été exclu. En lisant ces histoires il nous a semblé que le véritable sujet du handicap n’était pas abordé et que de ce fait ces histoires pouvaient au mieux donner bonne conscience mais rien de plus. Et certainement pas changer le regard des enfants à qui elles étaient pourtant destinés.

Alors, nous nous sommes mis au travail et nous avons commencé à raconter la vie de Ferdinand que nous connaissons bien. Il s’agissait pour nous de le présenter tel qu’il est mais sans pour autant être dans le pathos ou le misérabilisme. Nous voulions témoigner de la joie que nous avons au quotidien à découvrir son monde, sa façon de communiquer (langue des signes) un monde qu’il habite (bien et joyeusement) malgré ses nombreuses déficiences. Nous pensions que si nous arrivions à le rendre sympathique, les enfants lecteurs pourraient s’identifier à lui et donc le découvrir tel qu’en lui-même. Notre volonté était, dès le départ, de nous adresser principalement aux valides car ce sont eux qui ont le pouvoir de changer le monde. Dès le départ, nous voulions que ce livre soit lu dans les familles et dans les classes. Alors nous avons commencé à écrire, et à dessiner. Très vite le personnage s’est imposé. Proche du réel et en même temps différent, un peu sans âge. D’abord nous l’avons fait sépia puis cela nous a paru triste alors nous l’avons fait colorisé.

La structure narrative aussi s’est imposée, juste des présentations, comme une vraie rencontre. C’est ça, en fermant le livre nous voulions que les enfants aient l’impression de connaître Ferdinand et qu’ils puissent dire d’un autre enfant handicapé rencontré dans la rue « Tiens il est comme Ferdinand ». Que Ferdinand devienne un petit référent, cela nous plaisait. Ensuite il a fallu trouver un éditeur. Tous avaient de belles excuses pour ne pas vouloir publier le livre. Soit ils avaient déjà publié un livre sur le sujet, soit le sujet leur paraissait redondant et ennuyeux, soit que ce genre de livre, basé sur un personnage réel n’était pas envisageable en littérature jeunesse. Puis nous avons rencontré un éditeur qui a eu un coup de cœur. Une petite maison d’édition (Édition HD) qui ne fonctionne que sur les coups de cœur. Eux n’avait aucun à priori, ni sur le fond, ni sur la forme. Nous avons rencontrés les commerciaux qui se sont montrés enthousiastes et le livre est parti en impression. Lorsque nous l’avons reçu nous étions émus car c’est comme s’il avait toujours été là. Même Ferdinand était ému que l’on raconte son histoire. La page de la « bêtise » étant sa préférée. Le livre a ensuite fait son entrée dans les associations pour handicapés et il a touché… Et enfin, dans les familles. Les retours que nous avons eu ont été nombreux, magnifiques, touchants, exactement ce que nous espérions. Tel petits jumeaux de deux ans en ont fait leur livre de chevet et demandent qu’on leur lise « Dinand » le soir venu ; tel petit garçon demande qu’on lui lise plusieurs fois le livre puis si Ferdinand aime, comme lui, le chocolat chaud ! L’identification enfant valide/enfant handicapé marche et est opératoire. Des discussions s’amorcent dans les familles avec un support vivant, réaliste, objectif. Le livre fait parler de lui jusque au Canada. Nous avons crée une page Facebook : https://www.facebook.com/alarencontredeFerdinand

La difficulté est apparue lorsque nous avons commencé à approcher le milieu scolaire. Pourtant de fameux pédagogues jugent le livre pertinent… Nous avons proposé d’aller dans les classes, de répondre aux questions, de parler de Ferdinand, de la différence, de la langue des signes… Mais le milieu scolaire semble avoir peur des « affects directs ». Nous y croyons encore.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — International
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Journal — Sports
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier
Journal — Terrorisme
Ces ratés que « Kill Bil » n’a pas voulu voir
Françoise Bilancini, la directrice de la DRPP, a dénoncé devant ses ministres de tutelle puis devant la représentation nationale, les failles de son service quand il était dirigé par son prédécesseur. Mais elle a omis de leur communiquer les ratés commis depuis qu’elle est à sa tête.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan