Armement des Houtis, la filière qatarie

Combattant houti brandissant son RPG Combattant houti brandissant son RPG
Au Yemen, les Houtis poursuivent le blocage imposé au pays, refusant toute solution au conflit créé par l’Iran dont l’influence devient de plus en plus grande. C'est lui qui fournit les armes et procure une assistance technique sur le terrain et un soutien politique avec une propagande axée sur les dégâts humanitaires de la guerre. Pour les armes, les Houtis n’ont aucun souci à se faire, le parrain iranien se charge de tout et invente chaque jour des moyens de plus en plus sophistiqués pour les faire parvenir aux rebelles. Entreprise qui ne réussit pas toujours grace à la vigilance des forces de sécurité. C’est ainsi que ces dernières ont intercepté, dans la région d’Al Mahra trois véhicules de type pick-up appartenant à des ressortissants de la région, chargées d’armes, essentiellement des Kalashnikov et des RPG. L’enquête menée par les services de sécurité à pu déterminer que ces armes venaient du Qatar, pour être ensuite assemblées dans la ville de Salalah, dans le Sultanat d’Oman, et livrées à un certain Ali Al Harizi, un ancien gent de la province. Toute l'opération est coordonnée par par un Qatari d’origine yémenite.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.