Francis Chastagner
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 déc. 2015

1000 VACHES FIN DE L'ENQUÊTE PUBLIQUE

1000 vaches Fin de l'enquête publique! Une grosse mobilisation, 50000 signatures sur la pétition électronique, 800 sur la pétition papier, 09 cahiers de doléances remplis en mairie de Drucat, le vote d'Abbeville et de sa Communauté de Communes contre l'extension demandée, un rapport d'observations de 160 pages remis par l'association Novissen aux commissaires-enquêteurs, AVIS DEFAVORABLE!

Francis Chastagner
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse

Novissen le jeudi 17décembre 2015

1000 vaches :Novissen  tire les conclusions de l’enquête publique

Novissen, association en lutte depuis 4 ans contre le projet industriel dit des 1000 vaches, a cherché à participer activement et en toute honnêteté à l’enquête publique proposée à la population par Madame la préfète Nicole Klein.

Novissen rend aujourd’hui publiques ses conclusionsdans un dossier de synthèse conséquent, qui ne se veut pas polémique mais cherche à partir des observations faites par les uns et les autres et les conclusions d’experts dans différents domaines à avoir une vision juste et argumentée du dossier.

Ce qui  frappe, c’est d’abord l’immense intérêt de la population pour cette enquête qui a recueilli des milliers et des milliers d’avis. Tout le monde comprend que les enjeux sont importants à tous les niveaux : santé publique, environnement, économie agricole, avenir d’un territoire, condition animale…

L’avis qui sera rendu par les commissaires-enquêteurs, même s’il est facultatif, est selon Novissencapital et leur responsabilité très importante, à la hauteur de la mobilisation très forte constatée sur ce dossier.

Dans un premier temps,Novissen démontre sans ambigüité que le projet d’arrêté concernant l’extension de troupeau demandée par Michel Ramery par regroupement est très mal engagé.La SCEA Côte de la Justice est en pleine illégalité constatée par les services de la préfecture et les quatre  troupeaux qui demandent à être regroupés en juillet 2015 n’existent plus à cette date.Comment dès lors donner un avis favorable à ce regroupement ?Comment peut-on regrouper des « troupeaux fantômes » ? 

Dans un deuxième temps, Novissen apporte la démonstration que l’autorisation d’exploiter du 01/02/2013 qui limite l’exploitation à 500 vaches n’est pas respectée par le promoteur sous de multiples aspects.Comment compléter ce premier arrêté d’autorisation par un second alors que l’exploitant ne respecte pas ses engagements et foule aux pieds lois et réglementations ? 

Dans un troisième temps, Novissen constate que ce projet après plus de 4 années de contestations diverses, est massivement rejeté  par la population qui refuse ce mode de production industrielle et affirme par là même son aspiration à une véritable transition agricole dans le respect de l’agriculteur qui travaille, de l’animal qui produit, du consommateur qui achète, le tout dans un environnement qui ne doit pas compromettre la santé publique ni provoquer le dérèglement climatique.Comment encourager par un avis favorable ce que la population dans sa grande majorité rejette ? 

Dans un quatrième temps, Novissen attire précisément l’attention sur les conséquences très néfastes de ce projet sur l’environnement notamment sur le manque de respect de l’eau, de  l’air et de la terre. Novissen rappelle les graves problèmes et le mépris avéré pour la  condition animale ainsi que l’impact très négatif sur le plan économique pour ce territoire de la Baie de Somme qui risque d’être privé de Parc Naturel Régional. 

Dans  un cinquième temps, Novissen étudie les conclusions decinq experts qui vont toutes dans le même sens : le dossier présenté par le promoteur est approximatif, contradictoire, manque de sérieux , souffre d’une absence d’études absolument alarmante et contrevient largement à la réglementation en vigueur. Pour résumer, c’est un travail véritablement « bâclé » qui n’a d’autre objectif que de régulariser rapidement une situation illégale .Comment émettre un avis favorable sur un tel dossier aussi peu rigoureux et lacunaire ?

La lecture des rapports sur la méthanisation et en particulier sur l'épandage des digestats montre des avis convergents sur les effets délétères de la présence de résidus de médicaments, de pesticides et autres additifs alimentaires qui se retrouvent en majeure partie dans les déjections, sont peu transformés par la biotechnologie et se retrouvent dans les champs lors des épandages. La présence de ces résidus et de leurs métabolites va perturber les microorganismes du sol, faire baisser l'efficacité des traitements et affecter la fertilité et les rendements. C’est un empoisonnement à terme de la terre. 

Les résidus vont aussi migrer avec les eaux de ruissellement vers les cours d'eau et la Baie de Somme ou dans les nappes aquifères et affecter la qualité des eauxdéjà gravement impactée. C’est un véritable problème de santé publique.

Novissen indique aux  Commissaires-enquêteurs les  points qu’ils devront garder à  l’esprit avant de prendre leur décision en leur âme et conscience :

1.   L’illégalité reconnue et persistante de la SCEA Côte de la Justice concernant le nombre de vaches.

2.   La production de documents trompeurs voire faux concernant les autres exploitants.

3.   Le non-respect de la loi et de la réglementation par la SCEA Côte de la Justice.    

4.   Le manque de maîtrise technique du promoteur concernant le respect de l’air, de l’eau, de la terre, de la condition animale.

5.   L'opacité permanente sur le fonctionnement et le suivi de l'exploitation, notamment sur son financement.

6.   Les conséquences économiques désastreuses pour le territoire notamment pour l’emploi avec un Parc Naturel Régional en danger.

7.   Leprojet de méthanisation incohérent et dangereux.

8.   Lerejet massif de la population.

9.   Lesconclusions des experts, toutesnégatives et qui montrent bien une modification substantielle de l'exploitation initiale.

Chacun des points ci-dessus à lui seul mérite selon l’association Novissen de donner un avis DEFAVORABLE au projet de demande d’extension de Michel Ramery.

Tout avis favorable, même avec des réserves, serait clairement pour Novissen et les milliers de personnes qui se sont exprimées lors de cette enquête publique ni plus ni moins qu’un encouragement à la délinquance économique et environnementale au moment où des engagements précis viennent d’être pris par la France à la COP 21.

Les dossiers complets remis aux commissaires enquêteurs sont disponibles à l’adresse suivante : www.novissen.com

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
Le courage des Afghanes face aux talibans : « Manifester est bien plus risqué qu’il y a un an »
Un an après leur retour en Afghanistan, les talibans ont mis au pas et invisibilisé les femmes et, pour elles, manifester est de plus en plus risqué, comme on l’a vu ces derniers jours. Entretien sur ce sujet mais aussi sur la grave crise sociale et économique que traverse le pays, avec Hervé Nicolle, codirecteur du centre sur les migrations Samuel Hall.  
par François Bougon
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi