Le conte du marché boursier

 

Un jour un ami m'a raconté une belle histoire. Je ne sais pas si c’est lui qui l'a inventée ou s’il l'a entendu lui-même de quelqu’un d’autre. Cependant je ne veux pas vous en priver.

Un jour, un homme se présenté dans un village et se dit prêt à acheter des glands à un euro la pièce. Comme il y a beaucoup de chênes dans le village, les villageois se frottent les mains et commencent à les rassembler. Quand l’homme repasse la semaine d’après il acheté des milliers de glands et les paye effectivement un euro la pièce. En même temps il annonce qu’il reviendra la semaine d’après et payera cette fois deux euro le gland. Encore une fois les villageois se mettent à cueillir des glands même qu’il n’y en avait plus tellement. L'homme apparait une semaine plus tard et paye deux euros par pièce en disant qu’il reviendra une semaine plus tard et payera alors cinq euro par gland.


Le stock de glands est presque épuisé mais les villageois travaillent jour et nuit pour quand-même en trouver quelques-uns. L'homme se présente à l'heure une semaine plus tard, paye cinq euros par gland et déclare qu’il reviendra une semaine plus tard et paiera vingt euro par pièce.

Les villageois cependant n’en trouvent plus. Heureusement un jour plus tard un deuxième homme avec un grand sac de glands sur son dos est de passage dans le village. Les villageois lui demandent s'ils peuvent acheter les glands. L’homme hésite mais se met d’accord pour les vendre à quinze euro pièce. Les villageois mettent alors tout l'argent qu'ils peuvent trouver quitte à y faire passer toutes les économies du village et ils achètent le grand sac de glands.

Une semaine plus tard le premier homme ne passe pas. Et il ne passe plus jamais. Les villageois perdent tout leur argent et la seule chose qui leur reste est une grande quantité de glands.

Et, Mesdames et Messieurs, c’est comme ça que le marché boursier fonctionne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.