Franck Bonnéric
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2013

FAUDRA T'IL UN MORT ?

Franck Bonnéric
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C'est ainsi que la coordination de vigilance contre l'extrême droite, interpelle les pouvoirs publiques. "Les mêmes scènes semblent se répéter inlassablement dans le quartier du Vieux-Lyon … Ce week-end, une nouvelle agression s’est déroulée dans ce quartier qui devient le terrain de chasse de gangs d’extrême-droite toujours prêt à faire plus pour délimiter un territoire qu'ils considèrent comme leur appartenant. Cinq personnes se sont faites lynchées alors qu’elles se promenaient aux alentours de la Place Saint Jean par un groupe important d’individus armés aux cris de "Lyon Lyon Hooligans" ou encore de "Sieg Heil".


Déjà il y a deux ans des syndicalistes  étaient violemment agressés place Saint Jean dans le 5e arrondissement de Lyon, alors qu’ils sortaient d’un restaurant. Une douzaine d’individus se sont abattus sur eux, par derrière et par surprise, les jetant à terre et les frappant à coup de pieds, de poings mais aussi de nerfs de bœuf, de ceintures cloutées ou encore de bouteilles en verre en criant "Lyon est fasciste" et en proférant des "Sieg Heil" accompagnés du salut nazi.

Depuis plusieurs  années, on assiste, à des manifestations et actes de violence de la part de groupe se revendiquant de l'extrême droite la plus radicale (jeunesse identitaire, Gud ou jeunesse nationaliste).  Sujet sensible ou plutôt tabou pour la préfecture du Rhône. Aucun commentaire des responsables de la police départementales, et pourtant, les affaires augmentent. Ne nous trompons pas, chaque fois qu'il y a eu des interpellations de "hooligan", des militants d'extrême droite connus étaient signalés ou arrêtés.

Agressions très violentes de jeunes, choisis par hasard, forme de rite initiatique pour de jeunes sympathisants ou action "défouloir". Ces actions sont difficilement identifiables, mais pourtant selon des sources officieuses, celles-ci  se développent.
Agressions plus ciblées à l’encontre de ceux qui ne leur plaisent pas :juifs, gay, ou jeunes issus de l’immigration, acteurs des mouvements sociaux, militantes ou militante de gauche ou libertaires!    

En janvier 2011, à Villeurbanne, "c’est un très jeune couple qui s’est littéralement fait lyncher, le terme n’est pas trop fort, par plusieurs individus armés de battes de base-ball. C’était à la sortie d’un concert (où des amis les avaient invités), il regagnait un parking quand subitement, sans un mot, ils ont été violemment frappé. Le "look des vic­ti­mes aura suffi ce soir là ", La jeune femme recevra un coup de batte sur le crâne, 60 jours d’ITT. Le jeune homme qui l’accompagnait a tenté de la protéger. Il a été roué de coups de pieds, de poings, et de batte, laissées  inanimées sur le sol." Le procès n'a toujours pas eut lieu, si certains participants ont passé un an en préventive, à leur sortie ils ont été à nouveau identifié lors de nouvelle action.

 
Des faits qui se passent au grand jour, ainsi l'attaque de bars ou lieux de vie se développent. Cassages de vitrines, agressions des clients, en terrasse ou à l'intérieur des lieux. Ciblés au départ à Saint Jean, ces actions se sont répandues dans d'autre quartier, fruit de rivalités dans l'extrême droite ou  partage des secteurs entre les identitaires et les autres. Des arrestations ont eu lieu, affaire en attente ?

Pas de doute esthétique, les participants sont en apparence les mêmes, leur plaisir traquer "le bronzé, le libertaire ou le pédé" à 15 contre deux. Les mêmes qui encadrent les agressions des centres d'orthogénie, ou les manifestations lesbian-gay, les manifs "saucisson" ou  contre le mariage pour tous.   Rien d'anodin, à l'image de l'Aube Dorée (extrême droite grecque) il s'agit de conquérir des territoires, "leur territoire", avec les mêmes méthodes intimidation, violence, rumeurs (la lecture du http://planete-en-danger.net/spécialisé dans le décryptage de hoax prévenant l'extrême droite est édifiante).
 
Un commerçant du vieux Lyon interrogé, décrivant cette situation comme insupportable ne nous déclarait t'il pas en off (eh oui!), "je croyais que les identitaires avaient commis une erreur lors de l'agression de supporter de Tottenham, l'affaire devenant super médiatisé, dans toute l'Europe, mettant à mal la réputation de Saint Jean je pensais que la mairie ou la préfecture allait prendre des décisions de fermeture de leur local ou même d'interdiction de ces groupes eh bien non Gérard Collomb, le préfet ou même Vals (ministre de l'intérieur) se sont tus, qu'attendent t'il ! Il serait peut être temps que l'ensemble de la population réagisse, ces gens n'ont plus peur, aujourd’hui tout le monde peut être visé" ….

Pierre Maurier

http://www.lezebre.info/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Entre le Covid et la présidentielle, quelle place pour le travail ? Vos échanges avec la rédaction
Retrouvez le dialogue organisé avec Dan Israel, Khedidja Zerouali et Ana Ferrer autour de la couverture des questions sociales à Mediapart. L’occasion de revenir sur les enquêtes, reportages et articles qui ont fait l’actualité.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social