La politique ou le pouvoir rendent fou !

Comment mépriser d’une telle façon les électeurs ! Émeline Baume (EELV) minoritaire en voix au premier tour (11,25 %) deviendrait, selon les théoriciens du Parti socialiste et d’EELV, maire du premier arrondissement de Lyon, dans un conseil d’arrondissement à majorité socialiste. En l’absence de tout accord programmatique, quid des divergences profondes et sérieuses avec le PS ? Quid des valeurs essentielles de l’écologie ?

13404713355_5d59d4f3f4_o.jpgComment mépriser d’une telle façon les électeurs ! Émeline Baume (EELV) minoritaire en voix au premier tour (11,25 %) deviendrait, selon les théoriciens du Parti socialiste et d’EELV, maire du premier arrondissement de Lyon, dans un conseil d’arrondissement à majorité socialiste. En l’absence de tout accord programmatique, quid des divergences profondes et sérieuses avec le PS ? Quid des valeurs essentielles de l’écologie ? 


Tout ceci paraît trop simple, trop mécanique. On assemble les pourcentages de voix avec une calculette et, d’un coup de baguette, à la David Copperfield (le négociateur en chef), on récupère les électeurs. La poudre de perlimpinpin ? Le vote utile contre le danger de l’extrême droite ou de la droite. Un argument qui ne saurait  porter  dans le premier arrondissement de Lyon, elles sont minoritaires.

Dans les faits, il s’agit pour Gérard Collomb de faire battre une liste de gauche, citoyenne et écologiste. Une sorte de liste à la grenobloise, tellement d’actualité, ouverte à 50 % aux associations et citoyens du quartier. Arrivée en tête à l’issue du premier tour (33,46 %), cette proposition est une alternative sérieuse à la gestion de Gérard Collomb. Porteuse de projets, elle est emmenée par des gens inflexibles sur la question des libertés, de la justice sociale et de l’écologie, et dont la volonté est de construire un nouveau lien avec le citoyen.
En un mot, une liste solidaire et profondément transformatrice des rapports à la politique.

 Quant aux responsables d’EELV, leur objectif est clair : maintenir tout simplement un petit nombre de postes (la magnanimité "colombienne" à ses limites). Aucun des projets majeurs défendus par EELV Lyon ne sera intégré, mis à part quelques mesurettes de façade, comme à l’habitude, David est un spécialiste.
À la question : « Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous engager en politique ? », Émeline Baume répondait, « L’action de José Bové dans le Larzac en 2003. Cela a été le déclic de mon engagement. Je suis totalement fan de lui. » On aurait pu s’y rencontrer, puisque j’ai participé à l'organisation de l'évènement. Mais Émeline, les 300 000 altermondialistes qui y étaient rassemblés sont loin, très loin, de partager une telle pratique de la politique : le pouvoir pour le pouvoir, mais sans la capacité d’agir, puisque tu serais  ultraminoritaire dans le conseil de l’arrondissement où tu serais maire !

Que feront les électeurs, devant une telle incohérence politique ? Je ne doute pas de leur réaction, ces méthodes ne pouvant être que sévèrement condamnées par les urnes. Le vote utile sur le premier arrondissement est celui pour la liste citoyenne menée par Nathalie Perrin-Gilbert, avec un projet cohérent, construit, sincère, un projet d’avenir pour tous et pour Lyon.

Franck Bonnéric, ancien adhérent d’EELV à sa création, et responsable sur la Croix-Rousse du collectif « Osez José Bové » (2007)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.