Je n'ai aucun bon sens...

 "Attendez, sur une échelle de 2 à 76 , et je préfère prendre large,de 2 à 71, on nous écoute pas, de 72 à 75 on nous écoute toujours pas, et seulement à 76 on nous écoute sans nous engueuler" Perceval, Kaamelott 4/25 *

 

«Ça à toujours été comme ça» et «c’est une simple question de bon sens...» sont les réponses les plus courantes à mes questions, surtout quand il s’agit de sujets compliqués, comme l’économie **

Hélas, je ne sais pas ce que veut dire «bon» sens: nos sens nous trompent, et si la science a ce coté merveilleux, c’est bien  parce qu’elle heurte en permanence nos intuitions... Combien de fois à la lecture de science&vie, d’un billet de Michel de Pracontal, ou de Vincent Fleury*** (allez voir «la goutte», ça risque de mettre à mal votre bon sens), ma première réaction est un «mais...» je m’arrête en général avant le «...c’est pas possible» et je lis la suite. Je ne comprend pas forcement, mais au moins, «je sais que je ne sais pas».   Pour le romancier  Isaac Asimov, la phrase la plus importante  n’était pas le fameux «Eureka!» d’Archimède mais le «tiens? c’est curieux ça...» qui a précédé, que l’histoire n’a pas retenu, et sans laquelle il aurait continué à flotter dans sa baignoire, comme un con, comme tous les humains avant lui.

Ok, on oublie tout et on retourne à Syracuse, ça nous évitera ne nous inquiéter pour l’inflation, la dette, ou la courbe de Laffer ...  Ça à toujours été comme ça ...Mais on le savais pas.

 

 

 

Citer un grand classique en exergue, ça fait super classe... Perceval

** Parce que sur un sujet plus simple, comme l’intrication quantique, je suis sûr qu’un physicien aussi gentil qu’inconscient (ou très très patient alors!)   essaierais de m’expliquer.

*** Coucou Vincent, tu peux  «troller grave», les commentaires sont ouverts!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.