FranckD
Technicien même pas supérieur...
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 nov. 2012

Democratie liquide

FranckD
Technicien même pas supérieur...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  Depuis quelques temps s’il est un commentaire récurrent  c’est certainement «évitons les sujets clivants» autrement dit évitons les sujets sur lesquels les électeurs de gauche, (étant acquis qu’ils sont l’écrasante majorité des lecteurs de médiapart) ne sont pas d’accord. Je suis de gauche (un peu extrême même) mais je ne vois pas pourquoi nous devrions nous abstenir du débat au nom que toute la gauche n’est pas unie (et que la droite est forcement contre, ce qui reste à voir).  Au mieux forcerons nous le capitaine à louvoyer, car nous ne sommes pas, et ne serons pas, consulté.
 Alors autant éviter d’en arriver au point Godwin médiapartien (la définition du point Godwin ne fait pas spécifiquement appel au IIIeme Reich)   «vous n’êtes pas démocrate» .


 Mais au fond sommes nous bien en démocratie? Il me semble parfois que nous n’avons pas dépassé le stade du despote éclairé de Diderot ou du roi philosophe de Platon ... Cette question me taraude entre autre quand je doit élire mon «despote quinquennal». Non que je sois indécis entre un «petit Napoléon» ou un «capitaine de pédalo», j’aime les sports nautiques fussent-ils particulièrement lents et avares en sensations, alors de je considère comme  «à chier» les goûts musicaux du premier. Ces considérations ridicules ne sont certainement pas à la hauteur d’un enjeux aussi considérable et guère plus satisfaisantes que le pile ou face... Mais il faut choisir. C’est un devoir du citoyen. Il faut un chef à la nation, etc...
 La peur de l’indécision, qui serait sa faiblesse,  hante la démocratie depuis ses origines: Comment faire pour que ce dégage une «majorité forte» apte à prendre les «décisions difficiles» (celles qui rencontre l’opposition de cette foule de crétins qui compose le peuple). Ce problème était déjà soulevé par Condorcet, c’est vous dire si c’est pas neuf.
 Notre constitution semble l’avoir résolu de manière très simple, le scrutin uni-nominal à deux tours, associé à la non prise en compte du vote blanc, dégage presque automatiquement une majorité. Surtout si on y ajoute une pincée de «vote utile»,  version électorale du «contest beauty game» de Keynes qui écarte de facto les «petits candidats».
 Mais le paradoxe n’est pas levé du tout, il seulement reporté au niveau du citoyen/électeur, qui doit réduire l’ensemble des débats à ce choix binaire, par toute une suite de compromis avec ses idées et sa conscience:  Si je suis pour la «priorité à l’éducation», alors je suis pour «l’aéroport de ND des Landes», le «mariage pour tous» et le «vote des étrangers aux scrutins locaux»...
 Dans ces conditions  notre choix dépend plus de ce que nous sommes prêt à abandonner, (question de priorité n’est-ce pas...)  qu’à une image fidèle de nos convictions.  Ce type de choix en creux provoque tout aussi automatiquement la déception des électeurs à plus ou moins brève échéance, sauf à demander au candidat élu de ne surtout rien faire ... Ce qui revient à l’immobilisme précédemment reproché! Nouveau paradoxe.
  Mais nous plus au 18eme siècle, non que nous avons évolué, même si je trouve notre société de consommateurs... assez pauvre,  nous disposons d’outils de communication beaucoup plus performants. Une nouvelle piste plus démocratique, a été ouverte par le Parti Pirate: la «Démocratie Liquide». Il reste un tas de questions ouvertes par ce modèle autant  techniques, fonctionnelles et même éthique...Et je trouve que ces questions mérites d’être posées.

http://en.wikipedia.org/wiki/Delegative_democracy

http://liquidfeedback.org/

Les deux liens sont en anglais (ou allemand) je n'en excuse

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Macron pris au piège des symboles
Pendant cinq ans, le chef de l’État a tenté de construire le récit de son mandat par touches symboliques. Mais de l’affaire Benalla aux vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza, ce sont d’autres marqueurs qui ont parlé au plus grand nombre et dessiné les contours de son exercice du pouvoir.
par Ellen Salvi
Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Europe
Boris Johnson et le « partygate » : un scandale qui en cache de plus graves
Le chef du gouvernement britannique se démène pour éviter un vote de défiance contre lui. Au-delà de fêtes clandestines organisées en plein confinement, d’autres affaires ont terni sa réputation depuis deux ans, et montrent l’emprise du secteur privé sur sa politique.
par Ludovic Lamant
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie