Comment répondre à la communication quand on fait de la politique ?

« Le bonheur ne se trouve pas au sommet de la montagne, mais dans la façon de la gravir », Confucius. "Il y a une différence entre connaître le chemin, et arpenter le chemin." Dialogue de Matrix

 

Vendredi nous avions à débattre dans l’hémicycle du conseil régional d’Ile-de-France d’un sujet qui peut paraître anodin et qui pourtant ne l’est pas du tout. Le conseil régional a mis en place une commission d’éthique pour contrôler les élus. Bonne idée, même très bonne idée !!!

La manière dont est construit l’action de la démocratie représentative permet de connaître si au final l’action défendra bien l’intérêt général. 5 grands principes sont suffisants pour un élu dans le cadre de sa vie publique –sa vie privée ne regarde qu’elle ou lui et ses proches- : l'indépendance, l'objectivité, la responsabilité, la probité et, l’exemplarité.

A titre d’exemple, je retiendrais que l’une des mesures les plus marquantes du quinquennat du Président Nicolas Sarkozy reste l’introduction dans le droit français de la Question Prioritaire de Constitutionalité dans ce qu’elle change la relation du justiciable à la préservation de ces droits fondamentaux.

Pourtant quand on regarde dans les détails, on s’aperçoit quand on connaît le fonctionnement institutionnel que la commission d’éthique est une fausse bonne idée.

Il n’y avait pas besoin d’aller loin pour s’en rendre compte. Le simple fait que les membres ont été annoncés par l’exécutif 3 mois avant que les statuts ne soient votés, était déjà une alerte en soit ! je ne connais personne de sérieux qui accepterait de siéger dans une commission sans en connaître les statuts avant surtout pour des juristes.

Ensuite la commission ne s’occupera « que » des signataires de la charte. Cela permettra de vérifier les cas problématiques chez ceux qui signeront, d’attirer l’attention sur ceux qui ne veulent pas la signer, mais au final on reste sur du facultatif.

Sur le fond, cette charte et cette commission a essayé d’aller moins loin que la loi, elle ne s’occupe pas du réel problème du cumul des mandats. Dans son fonctionnement, les modalités de saisine et les avis ne sont pas satisfaisants.

Au contraire, derrière toute cette histoire, il y a un vrai Cheval de Troye pour aller plus vite, plus loin, plus fort dans les pratiques dont les français ne supportent plus dans la vie publique française.

Je souhaite bon courage aux journalistes d’investigation qui essaieront de faire leur travail et qui lorsqu’un élu sera mis en cause se retranchera derrière un avis de cette commission balayant ainsi son enquête.

Je souhaite bon courage aux magistrats qui dans leur travail mèneront des procédures qu’ils verront classés parce qu’un élu s’appuiera sur l’avis de cette commission pour dire « je ne savais pas, mais j’avais un avis de la commission d’éthique composée de 3 personnalités irréprochables (sic) donc le caractère intentionnel de frauder n’existe plus ».

En fait la commission d’éthique va se transformer en vaste plan de communication pour taire toutes les malversations de cette mandature.

D’une bonne idée, on passe à une jolie opération d’enfumage et pour cela il n’y a pas de test de dépistage comme pour le cannabis !!!

La HATVP est tombé dans le panneau de répondre à une lettre de saisine dont l’opposition n’a pas la teneur. L’exécutif a arguer de cet avis de manière plus que partiel pour faire passer le vote.

Tous les journalistes sont tombés dans le panneau de la communication du nouvel exécutif. A commencer par le parisien qui fait un article dithyrambique avec un article frisant retrait immédiat de la carte de presse « Opération mains propres au conseil régional d’Ile-de-France » reprenant les mots de l’exécutif. Ainsi pour avoir au nom de mon groupe déposé des statuts alternatifs montrant réellement ce qu’aurait pu être une commission éthique, tout cela passe à la trappe.

Non face à la communication, le fond ne peut pas passer.

Comme disait Marc-Aurèle "Va toujours par le chemin le plus court, et le plus court est le chemin tracé par la nature." Malheureusement, on connaît la nature humaine !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.