françois de rugy
Député écologiste de Loire-Atlantique (Nantes-Orvault-Sautron)
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 oct. 2011

françois de rugy
Député écologiste de Loire-Atlantique (Nantes-Orvault-Sautron)
Abonné·e de Mediapart

Ma préférence va à François Hollande

Par François de Rugy, député écologiste de Loire-Atlantique. Avant le premier tour de la primaire citoyenne organisée par le Parti Socialiste, j'avais expliqué avec Jean-Philippe Magnen, vice-président écologiste de la région Pays de la Loire, tout l'intérêt que nous portions pour ce processus démocratique novateur.

françois de rugy
Député écologiste de Loire-Atlantique (Nantes-Orvault-Sautron)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par François de Rugy, député écologiste de Loire-Atlantique. Avant le premier tour de la primaire citoyenne organisée par le Parti Socialiste, j'avais expliqué avec Jean-Philippe Magnen, vice-président écologiste de la région Pays de la Loire, tout l'intérêt que nous portions pour ce processus démocratique novateur.

J'avais la conviction qu'il y aurait beaucoup de monde à se déplacer. 2,7 millions de votants, c'est un incontestable succès. Contrairement à ce qu'avaient cru pouvoir annoncer des oiseaux de mauvais augure, ce ne sont pas les sondages qui ont imposé un quelconque vote. C'est le vote qui est venu confirmer une tendance constatée dans les études d'opinion (le fait que François Hollande soit largement en tête) ou au contraire infirmer d'autres hypothèses - la percée d'Arnaud Montebourg en est la manifestation la plus éclatante.

A quelques jours du deuxième tour, j'entends dire beaucoup de choses sur l'attitude supposée des écologistes. Certain-e-s responsables de mon mouvement disent « en off » que les sympathisants voire les militants écologistes seraient allés voter en masse pour Martine Aubry. En fait, nul n'en sait rien, puisque le vote est secret. Certaines personnes ont en effet exprimé leur préférence pour la première secrétaire du Parti Socialiste. D'autres – moins visibles – disent être allés voter pour Arnaud Montebourg.

Pour ma part, je ne suis pas allé voter, par fidélité à mon soutien de longue date à la candidature d'Eva Joly. Si j'étais allé voter, je crois que j'aurais moi aussi été tenté d'apporter ma voix à Arnaud Montebourg. Je partage avec lui l'idée que la dérégulation du commerce mondial – avec son cortège infini de délocalisations – rend impossible à terme toute politique de progrès écologique, social et même économique. J'ai apprécié sa volonté de remettre de l'éthique dans la politique lorsqu'il a fait un rapport sur la situation du PS des Bouches du Rhône – rapport qui a alors été enterré par la première secrétaire du PS.

Mais aujourd'hui, la question qui est posée par les primaires est de savoir qui permettra en tant que candidat au deuxième tour de l'élection présidentielle puis en tant que Président de la République, la constitution d'un rassemblement majoritaire de la gauche et des écologistes.

Pour cela, je choisis sans hésiter François Hollande. Comme je l'ai dit avant le premier tour de cette primaire, le choix n'est pas d'abord politique (les deux « finalistes » ont peu ou prou le même programme). Le choix est d'abord un choix de personne.

Je connais François Hollande depuis près de 5 ans. Dès que j'ai été élu, en juin 2007, j'ai pu avoir avec lui des discussions. J'ai vu ses évolutions. J'ai constaté qu'il avait tiré les leçons du double échec : celui de la gauche plurielle en 2002 et celui de 2007. Il est important de savoir tirer les leçons de ce qui n'a pas marché lors de ces deux précédentes élections, tant sur le fond de ce qui est proposé aux Français, que sur la méthode, notamment dans l'incapacité - répétée en 2002 et 2007 - à construire une coalition entre socialistes et écologistes. Je n'ai jamais entendu Martine Aubry faire ce bilan, notamment pour l'élection de 2002, alors qu'elle avait été une actrice de premier plan du gouvernement de la gauche plurielle.

J'apprécie François Hollande d'un point de vue humain. Il sait dialoguer et être à l'écoute et je crois que son lien avec les Français vient aussi de là. Enfin, j'ai constaté qu'il n'avait pas varié sur ses engagements, contrairement à la réputation qui lui était parfois faite. Il n'a pas varié dans l'affaire Strauss-Kahn. Il n'a pas varié dans son choix de faire de la réforme fiscale la seule solution juste pour résorber le déficit tout en donnant à l'Etat de nouvelles marges de manoeuvre. Il n'a pas varié dans son orientation pour la jeunesse.

Il a réaffirmé dans toutes ses interviews comme dans son livre qu'il souhaitait constituer une coalition avec les écologistes, coalition parlementaire et gouvernementale, fondée sur des compromis négociés plutôt que sur des choix imposés par le principal parti de la coalition (le PS en l'occurrence). Il a toujours rappelé qu'au-delà des nécessaires accords électoraux pour 2012, la garantie d'une représentation équitable des partenaires au sein de cette majorité était l'adoption d'une part de proportionnelle pour les élections législatives.

Parce qu'il s'est préparé longuement, François Hollande est prêt pour cette campagne présidentielle. Il est prêt pour être Président de la République. A chacune et à chacun d'en décider au deuxième tour de cette primaire. Et ensuite, la campagne présidentielle reprendra son cours « normal » avec des candidat-e-s portant chacun-e de vrais projets différents : les écologistes avec Eva Joly, les communistes avec Jean-Luc Mélenchon, les centristes avec François Bayrou et les socialistes avec...

Retrouvez l'ensemble de l'action parlementaire de François de Rugy sur son site internet.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro