François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

213 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 janv. 2011

François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

Pétain antisémite... si Hitler le souhaite !

François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je voudrais maintenant revenir sur le document venu au jour le 3 octobre 2010 par la grâce de Serge Klarsfeld. Il le présente lui-même longuement dans une déclaration filmée devant le mur où sont gravés (largement grâce à lui) les noms des Juifs de France assassinés :

http://www.akadem.org/sommaire/themes/histoire/1/2/module_8583.php

Il est pittoresque de voir un juriste, s'arrêtant une seconde pour chercher le mot juste, émettre celui de "promulgation" pour caractériser l'acte censé (d'après le JO de Vichy et aucune autre source) se dérouler le 3 octobre 1940. La promulgation, c'est précisément la publication au JO de ce texte jusque là inconnu du public, dans sa teneur comme dans son existence. Elle a lieu le 18 octobre.

Pinaillage ? les serviteurs intégristes de Clio ne manqueront pas de le dire. Ma seule ambition est d'attirer l'attention de ses serviteurs méticuleux, et curieux.

Je soupçonne d'ailleurs l'ami Serge d'avoir de bonnes lectures. Ainsi fait-il un rapprochement entre le statut des Juifs et Montoire, que faisait déjà l'unique livre d'historien consacré à cette rencontre, en 1996. Mine de rien, il prend un virage sur l'aile. Son Pétain est un serviteur des Allemands, affairé à leur plaire. De là à dire qu'il fait élaborer ce statut pour placer sous les meilleurs auspices l'audience que dans le même temps il supplie Hitler de lui accorder, il n'y a plus qu'un léger pas... L'abîme qui séparait depuis 70 ans les deux événements devient un ruisseau... devant lequel cependant on s'arrête et recule : SK persiste à dire que le statut est adopté "sans pression allemande" et résulte d'un antisémitisme "autochtone". Il va même jusqu'à dire que sans cet antisémitisme-là "la Solution finale n'aurait peut-être pas eu lieu en France".

Je subodore moi-même que Pétain, âne bâté politique jusqu'aux années 20 incluses, tombe dans les années 30 sous l'influence de Maurras et reçoit alors des cours de rattrapage antisémite. Puis admire de plus en plus le "redressement" de l'Allemagne sous l'autorité de Hitler, en cherche la recette et se demande si la purification ethnique n'y est pas pour quelque chose. Cependant l'histoire des premiers mois de l'Occupation montre (je suis là-dessus Laurent Joly) qu'il y a non pas une pression allemande mais... comment dire... un dialogue, c'est le mot le moins mauvais encore qu'avec le nazisme décidément les noms communs vont mal, tellement tout est momentané et spécifique.

Loin de brûler d'exclure les Juifs par un élan "autochtone", les dirigeants vichyssois (eh oui, c'est là qu'ils habitent...) sont tout occupés à scruter l'oracle berlinois. Pour eux en cet été Churchill est un matamore provisoirement attardé sur un fauteuil gouvernemental et il s'agit d'en profiter pour refiler à l'Angleterre la plus grosse partie de l'ardoise de la défaite, dans la paix générale qui se profile à l'horizon proche. L'automne, qui voit l'Angleterre tenir bon sous les bombes, ne modifie que légèrement la donne : la durée de la guerre devient imprévisible mais l'Allemagne garde tellement d'atouts qu'il reste raisonnable de parier sur elle, et de chercher à se rendre utiles dans sa victoire.

Dans les conversations multiformes entre occupés et occupants, les désirs allemands sont des ordres et, s'il n'y a pas de statut des Juifs plus tôt (alors que l'"antisémite autochtone" Alibert en caresse le projet dès la fin juin), c'est qu'il n'est pas réclamé. La logique consistant à sacrifier les Juifs, autant qu'il faudra, pour le salut du pays, est parfaitement originelle, mais justement, si l'occupant ne demande rien à cet égard, on craint qu'il ne donne rien en échange. Le jeu est tout à fait comparable à celui de la prostituée : par des oeillades prometteuses elle espère exciter le client, et l'inciter à mettre la main au portefeuille. On commence donc par des lois discrètement antisémites, touchant la fonction publique (le gouvernement s'arroge le pouvoir d'en chasser qui bon lui semble), les naturalisations (révisables à compter de 1927) et surtout la création de la cour de Riom, faite pour juger les "responsables de la guerre et de la défaite", c'est-à-dire, si Berlin paye, pour envoyer prestement au poteau d'exécution des gens comme Mandel et Blum.

Dès ce mois de juillet, si Pétain garde quelque dignité et quelque vertu, c'est grâce à Hitler.

PS

sur Montoire :

-le texte de la conversation : http://www.delpla.org/article.php3?id_article=398

- un article : http://www.delpla.org/article.php3?id_article=122

-Daladier prêt à renier la déclaration de guerre : http://www.delpla.org/article.php3?id_article=122

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias