L'Histoire en flagrant délit de légèreté

A propos du numéro d'avril de ce magazine comportant un dossier que je jugeais médiocre sur la campagne de 1940, j'écrivais le 5 avril, sur un forum

A propos du numéro d'avril de ce magazine comportant un dossier que je jugeais médiocre sur la campagne de 1940, j'écrivais le 5 avril, sur un forum et sur mon site http://www.delpla.org/article.php3?id_article=441 :

Il faut dire qu’une chronologie (qui ne mentionne pas une fois le gouvernement allemand ni son chef) dévoile, par deux énormités, le manque de rigueur des concepteurs de l’ouvrage : la France est censée avoir déclaré la guerre, le 3 septembre, avant l’Angleterre, qui pour sa part aurait attendu jusqu’au 4 ; la "flotte française" aurait été "coulée" à Mers el-Kébir alors qu’une fraction seulement était présente, et qu’un seul navire a sombré.

 


Le numéro suivant du magazine publie sur le premier point un rectificatif suivant lequel la Grande-Bretagne a bien déclaré la guerre "après la France, mais le même jour" !
Or l'ultimatum anglais (l'Allemagne devait se retirer de Pologne, sinon Londres lui déclarait la guerre) expirait à 11h, et l'ultimatum français ayant le même objet, à 17h.
Il en ressort que ce magazine à la réputation de sérieux souvent méritée (1), pris en défaut sur un point fondamental et bien connu, ne s'accorde même pas le temps de vérifier posément, et n'arrive qu'à confirmer l'impression d'amateurisme qu'il donne, depuis des années, sur les événements de 1939-40.

 

Il ne s'agit point ici de pinaillage sur un détail horaire. Cet écart entre les déclarations de guerre anglaise et française a un sens politique important : déjà fort tardif par rapport à l’agression nazie contre la Pologne (le 1er septembre à l’aube) à laquelle il était censé répliquer, ce geste avait été encore plus difficile à décider à Paris qu'à Londres, ce qui, tout en reflétant l’alignement de la France sur l’Angleterre pendant les années 30, n’était pas sans préfigurer la scission de juin 1940 entre les deux pays.
On peut donc attendre avec curiosité le rectificatif du mois prochain, à moins que le périodique ne se réfugie dans le silence.

 

Si on peut se permettre un conseil, ce sera de réfléchir à ce qui a pu causer la faute. Comme je le relevais http://www.delpla.org/article.php3?id_article=445 il y a quelques jours, la parenté est forte entre ce dossier d'avril de l'Histoire et le dernier opus de Jean-Pierre Azéma 1940 l'année noire (Fayard, 1er avril 2010) : là pourrait bien gésir le lièvre. Si le magazine ne revient pas sur le pacte germano-soviétique, le livre, lui, s'ouvre sur un chapitre le concernant, où on peut lire que le gouvernement Daladier, après la violation des accords de Munich par Hitler en mars 1939, avait recherché activement un pacte avec Moscou, tandis que le cabinet de Londres traînait les pieds. Or si la seconde affirmation est vraie, la première ne l'est pas, comme je l'avais constaté en 1992 en publiant les papiers du général Doumenc : c'est ce dernier qui avait fait un forcing pour obliger les Polonais à lever les obstacles à une entente avec Moscou, et Daladier avait torpillé ses efforts. P. 33-34, Azéma en vient à enchaîner les contre-vérités sans le moindre répondant documentaire, concernant non seulement Daladier mais Gamelin, tout aussi peu désireux d'une coordination avec l'URSS :

Après le coup de Prague, Daladier avait décidé, avec l'appui du général en chef Maurice Gamelin, d'ouvrir des conversations approfondies avec Moscou, car l'apport de 40 divisions polonaises et de 30 divisions roumaines encore plus hypothétiques ne permettait pas de résister à la Wehrmacht (...) Paris exerça tout au long du printemps des pressions sur Londres.

 

 


Je suggère donc de creuser l'hypothèse que c'est en ayant de telles idées en tête que le rédacteur chargé de corriger la bourde l'a confirmée : il pensait sans doute de bonne foi que Paris était alors plus décidé que Londres à une explication militaire avec Hitler.

 

 

(1) exemple récent d'un coup de chapeau que je lui donnai, à propos de l'affaire Haenel : http://www.agitateur-idees.fr/Site/suite.php?art=605


spacer.gif

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.