"Attention ! Commentaires inutilement polémiques ou sans intérêt" ou la trollisation de la contestation

Non, je ne vais pas faire un quatrième billet de suite sur ce que j'ai appelé une non-affaire, la contestation des recherches de Patrick Desbois en Ukraine par une poignée d'historiens et de journalistes utilisant quelques réseaux influents pour tenter d'apparaître majoritaires ou, à défaut, nombreux.

 

Il se trouve qu'à part la Fabrique de l'histoire de France-Culture, par où la cabale a tenté de prendre son essor le 27 mai dernier, et le Monde des livres (bien imprudemment solidarisé le 19 juin avec sa rédactrice Alexandra Laignel-Lavastine au point de lui permettre de se renier avec arrogance à deux ans d'intervalle, et de faire un pieux silence sur ses éructations les plus extrêmes), un seul média s'est laissé prendre et a persisté, le site Idée@jour http://www.idee-jour.fr/, un lieu dynamique où se prodigue notamment un journaliste, Emmanuel Lemieux.

 

Votre serviteur, connaissant la plupart des protagonistes et, en tant que spécialiste du nazisme, vivement intéressé par la méthode Desbois de reconstitution des atrocités par le témoignage et la topographie, a déposé des commentaires sur les sites qui ont répercuté l'affaire et qui admettent lesdits commentaires, avec un résultat efficace -au pire le non-renouvellement des contre-vérités, au mieux la poursuite d'un vrai débat- à l'exception de ce jeune espace Idée@jour, qui s'est rebiffé aussi sottement que méchamment.

 

Il avait publié le 8 juin à la fois un grand papier de Lemieux détaillant les griefs incendiaires et infondés d'Alexandra L-L, et une interview complaisante d'Emmanuel Laurentin, patron de la Fabrique de l'histoire et animateur de la révoltante émission à sens unique du 27 mai. Or ce site, qui se propose de faire écho aux principaux débats intellectuels et le fait, pour le reste, de manière équilibrée et intéressante, n'a pas supporté l'idée (ni ne l'a mise à jour !) de s'être ici trompé et d'avoir servi de relais naïf à quelques ressentiments individuels.

 

Non contents de ne pas répondre à mes premiers commentaires, Lemieux et Laurentin ont laissé soudain monter au créneau le patron du site, Arnaud Vojinovic, qui a commencé par me demander de préciser mes griefs tout en me qualifiant de "prolifique" puis a pris très vite une mesure aussi originale que radicale : le retrait, dans les trois fils concernés (entre-temps, un nouvel article était revenu sur le sujet, non signé mais faisant référence au précédent), de mes réponses à l'exception de la première (l'accusation d'être "prolifique" en reçoit une lumière nouvelle !).

 

Dès lors, quoi que j'écrive sur ce sujet ou sur un autre, je suis au bout d'un temps variable (fonction, sans doute, de l'agenda de Vojinovic) effacé et transféré... dans mon espace propre, sous le titre que j'ai donné à ce billet, et qui figure dans une fenêtre de la page d'accueil ! Ce qui rend illisibles mes billets que le lecteur ne sait plus à quoi rattacher, mais prive aussi de commentaires les invités du site... même s'ils s'appellent Edgar Morin ! J'avais en effet trouvé perfectible une de ses formulations sur Hitler. Obtenir une telle signature pour la priver de son courrier ! Retirer des commentaires systématiquement sans aucune considération pour leur contenu, et les mettre en prison ailleurs ! Voilà où mène, pour l'instant, cette obstination dans l'erreur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.