François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

209 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 oct. 2021

Réédition de Mein Kampf : des lacunes bien fâcheuses

Beaucoup de superflu, deux manques criants

François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Historiciser le mal : le ridicule commence avec ce titre, qui rompt avec l'édition mère allemande (Munich 2016), laquelle s'intitulait sobrement Hitler Mein Kampf Une édition critique. Mais le ridicule est souvent commun, tant les deux entreprises encadrent excessivement le texte par un appareil qu'on a comparé au sarcophage de Tchernobyl. La métaphore peut être actualisée par celle de "geste-barrière". Plutôt qu'un carcan de notes fastidieusement péjoratives, souvent destinées à illustrer le peu d'inventivité d'Hitler par l'attribution de la paternité de ses idées à tel auteur antérieur, il conviendrait d'étoffer les introductions (générale ou de chapitres) par de fines études de ces emprunts et des inflexions qu'Hitler leur fait subir. Car enfin cet auteur est original, sans quoi prendrait-on toute cette peine ?

Il ne s'agit là que de lourdeurs, qu'on retrouve aussi dans la traduction, certes moins déformante que celle de 1934 mais souvent sottement littérale, dans le dessein de ridiculiser l'auteur par des tournures bizarres en français alors qu'elles ne le sont nullement dans l'original. Par exemple, le mot "Volksgenosse" est sempiternellement traduit par "camarade du peuple" alors qu'il signifie tout bonnement "compatriote". Hitler subit ici un traitement de défaveur inusité dans les autres traductions, qui n'ajoute rien à sa noirceur mais semble fait pour soulager la conscience des auteurs.
Le pire est ailleurs. Dans les chapitres sur la politique extérieure, les anathèmes d'Hitler contre la France et ses projets envers elle sont à peine soulignés et surtout, jamais mis en rapport avec le traitement de ce pays en 1940 et suivantes, alors que l'ouvrage s'occupe, à juste titre, de montrer en quoi ce livre préfigure la politique de son auteur lorsqu'il est devenu chancelier. De même, le projet d'une alliance avec l'Angleterre, non pas pour des raisons d'opportunité mais de cousinage "racial", s'il n'est pas ignoré, est censé n'avoir duré que jusqu'en 1937, le peu d'empressement du Royaume-Uni à saisir la main tendue ayant amené Hitler à le considérer comme un ennemi et à accepter le risque d'une guerre contre lui.

En réalité il s'est rendu compte, on ne sait trop quand, qu'il ne pourrait guerroyer contre la France sans que l'Angleterre, comme en 1914, prenne sa défense, et qu'une alliance ferme avec Londres ne pouvait survenir qu'après la défaite française. Ainsi fut fait : la percée de Sedan, en 1940, mettait la France à la merci d'Hitler tandis que l'Angleterre, peu engagée encore dans la guerre, aurait dû normalement signer la paix aussi. On sait de mieux en mieux que cette issue, combattue par Churchill, faillit bien advenir tout de même car Winston, nommé premier ministre in extremis, fut bien près d'être renversé au profit d'Halifax, fin mai puis fin juin 1940. Il s'ensuit que le projet esquissé dans  Mein Kampf, certes audacieux, n'était nullement irréaliste. Car la paix, survenant en 1940, n'aurait été rompue ni par Roosevelt (que rien n'aurait autorisé à briguer un troisième mandat), ni par Staline... mais seulement par Hitler lui-même, dans des conditions beaucoup plus favorables, pour compléter son "espace vital" au détriment des Slaves, que le jeu de quitte ou double tenté le 22 juin 1941 avec l'opération Barbarossa, tandis que les Etats-Unis étaient, sous l'aiguillon de Churchill, transformés en "arsenal de la démocratie".
Mais le nom de l'homme d'Etat anglais qui a fait échouer le projet de Mein Kampf à la veille de son accomplissement est entièrement omis par les auteurs ! Sans quoi ils auraient eu du mal à intituler un sous-chapitre de l'introduction "La promesse d'une catastrophe".
 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet