François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

209 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2022

LA NUIT DES LONGS COUTEAUX VUE PAR BRENDAN SIMMS

Classicisme et demi-audaces

François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

BRENDAN SIMMS ET LA NUIT DES LONGS COUTEAUX

(à propos d'une nouvelle biographie d'Hitler)

Hitler

Je comprends que Richard Evans dénigre cette biographie d'Hitler https://www.theguardian.com/books/2019/sep/27/hitler-only-the-world-was-enough-and-hitler-a-life-review?fbclid=IwAR0ymj2QDXso1DRLItTm0Xt03bXWRAHZfdhUwd9DOq9pMdFmgrD_RsHVQx8 : elle suit de près la chronologie, seule façon de montrer la grande cohérence de la politique suivie. Je me suis efforcé d'en faire autant dans mon Histoire du Troisième Reich (Perrin, 1994) alors qu'Evans, dans chacun de ses trois tomes, étudiait séparément la politique répressive, militaire, extérieure, culturelle, etc. Cette dernière méthode favorise la perception du régime comme une "polycratie" (chaque ministre ayant l'air de diriger son secteur), tandis que l'étude simultanée (ou presque) de tous les aspects de cette politique met en évidence, outre sa cohérence, sa logique : sa conformité à quelques obsessions, et l'habileté du chef pour n'imposer que progressivement ses lubies, dans l'attention la plus fine au contexte national et mondial.

Une telle conversion du regard ne va pas de soi, tant il y a d'analyses à modifier.


La nuit des Longs couteaux (le massacre d'une centaine de notables répartis dans de nombreuses régions, à la charnière des mois de juin et de juillet 1934) est classiquement attribuée à deux causes :

  • la montée, depuis quelques mois, de deux oppositions, conservatrice d'une part, gauchiste d'une autre (pour employer l'adjectif dans son sens originel, c'est-à-dire léniniste -ce qui se situe à gauche de la ligne du Parti- et non dans le sens confus à la mode aujourd'hui);

  • la manipulation d'Hitler par des clans qui trouvent leur intérêt dans la liquidation de ces deux oppositions, et exagèrent aux oreilles du dictateur le danger qu'elles représentent : on cite ici les noms de Göring et d'Himmler.

Le verre de Simms est à moitié plein et à moitié vide. Il prend au sérieux l'existence de deux oppositions et garde quelque chose du zèle de Göring et d'Himmler pour souffler sur les braises (tout en donnant un rôle similaire au chef de l'armée, Blomberg, et à son adjoint, Reichenau) mais écrit tout de même (p. 332-333 de la traduction française) que le dénouement est

"caractéristique de la manière d'agir d'Hitler : il avait repoussé la confrontation aussi longtemps que possible, tout en préparant le terrain avec soin - avant d'agir sans pitié, broyant d'un coup deux sérieuses contestations de son autorité" : autant de formules qui

concèdent à Hitler la direction des opérations et suggèrent une planification.

C'est dans ce sens qu'il faut aller, mais beaucoup plus résolument. En 1933, l'incendie du Reichstag (dans lequel Simms soupçonne la main, non d'Hitler, mais d'autres nazis, à son insu) lui donne un avantage décisif sur les conservateurs qui peuplent son ministère mais ils restent théoriquement maîtres du jeu, prenant le chancelier entre le marteau du président Hindenburg et l'enclume du vice-chancelier Papen. En 1934, en liaison avec le déclin physique d'Hindenburg sur lequel il se renseigne heure par heure (il va mourir le 2 août), il fait savamment mûrir une crise entre l'armée et la SA (cette prétendue gauche !) avant d'offrir sur un plateau à l'armée une victoire décisive en lui confirmant le "monopole des armes"... en un parfait trompe-l'oeil puisque la même armée a coopéré dans cette affaire avec la SS... qui va finir la guerre, en 1945, en accaparant dans sa Waffen-SS, depuis des années, une bonne part des nouveaux conscrits !

La "nuit", avalisée par un télégramme de félicitations d'Hindenburg dont l'exacte paternité n'est toujours pas établie, permet ainsi de terroriser les milieux conservateurs (notamment par l'assassinat des plus proches collaborateurs de Papen), tout en leur faisant croire que, par le biais de l'armée, ils pourront toujours reprendre la main. Des forces armées qui, elles, ne sont absolument pas épurées... à l'exception toutefois de leur récent chef, le général von Schleicher, mafieusement liquidé chez lui avec sa femme, et de son adjoint, le général von Bredow. Blomberg joue jusqu'au bout son rôle de dupe docile en faisant comprendre aux officiers qu'il serait de mauvais goût d'assister aux obsèques de Schleicher et seul Kurt von Hammerstein (1878-1943), le chef de l'armée de terre mis à la retraite en janvier précédent, s'offrira le luxe de braver l'interdit.
Du cousu main... et seule une main unique peut coudre ainsi... ce qui n'empêche pas un rôle écrasant et un fort degré d'autonomie, dans l'exécution, d'un Himmler (qui a ses propres petites mains en les personnes de Reinhard Heydrich et de Werner Best) et d'un Göring.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart