François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

213 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 févr. 2011

François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

Hitler était fou

François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hitler fou ? Vous n'y pensez pas ? Où serait sa responsabilité ?

Pourtant, l'idée fait son chemin, à partir des travaux d'un pionnier américain extraordinairement courageux nommé Rudolph Binion.

Son disciple anglais David Lewis lui a consacré un site somptueux : http://www.dredmundforster.info/

Des rieurs un peu gras ont négligé ces découvertes sous le prétexte qu'au point de départ se trouve un roman.

Voyons comment Binion le résume :

Le roman est centré sur la "guérison miraculeuse" à "P." d'un nommé "A. H.", frappé
d'une "cécité hystérique". A. H. prétend avoir été gazé à l'ypérite pendant un "tour de
service au front" et joue au héros de guerre incapacité tout en détournant des
ressources médicales des victimes de "vraies" souffrances. Il se fait remarquer en
faisant des ennuis aux autres malades du service moins enthousiastes que lui pour la
cause allemande, en voie de s'effondrer. Le psychiatre en chef, répugné par sa
personnalité mais intrigué par sa pathologie, fait parler A. H. pendant une longue
consultation nocturne et réfléchit ensuite la manière d'utiliser son fanatisme pour guérir
sa cécité. Pendant une deuxième consultation nocturne, il examine les yeux malades de
A.H. et déclare qu'il est médicalement impossible de les guérir. Il suggère ensuite, dans
l'obscurité, qu'avec sa force de volonté surnaturelle, A.H. peut les guérir lui-même.
A.H. se concentre pour voir une allumette, puis une paire de bougies allumées dans le
noir pendant que le médecin lui dit : "Il faut que vous vous fassiez une confiance
aveugle. Vous cesserez alors d'être aveugle". Et "l'Allemagne a besoin d'hommes
comme vous maintenant, des hommes possédant de l'énergie et une foi aveugle en euxmêmes.
L'Autriche, c'est fini ; pas l'Allemagne". Et enfin "POUR VOUS, TOUT EST
POSSIBLE ! DIEU VOUS AIDERA SI VOUS VOUS AIDEZ VOUS-MÊME !". A
ce moment, il retrouve la vue et le médecin le plonge dans un sommeil hypnotique sans
rêves jusqu'au lendemain matin.

Les rieurs sont tout bonnement -à leur insu, souhaitons-le leur- des auxiliaires de la Gestapo. Elle a en effet détruit toute trace archivistique des soins reçus par Hitler à l'hôpital de Pasewalk en novembre 1918, après son gazage sur le front. Mais si un roman a pu en parler c'est parce que le psychiatre, bourrelé de remords, est venu à Paris dans l'été de 1933 et a communiqué le dossier à des intellectuels émigrés. C'est un Tchèque germanophone nommé Ernst Weiss qui vraisemblablement a hérité du dossier, en tout cas c'est dans ses papiers qu'on a retrouvé ce manuscrit, finalement publié en 1963 -l'auteur s'étant suicidé à l'entrée des Allemands dans Paris. Quant au psychiatre, il s'appelait Edmund Forster et s'était lui-même tué, en Allemagne, dans l'automne de 1933.

Dans les années 2000, la cure administrée par Forster a fait l'objet de nouvelles investigations, consignées notamment dans un livre de Lewis en 2003 et un autre de Bernhardt Horstmann, Hitler in Pasewalk, en 2004.

Du coup, la réalité de l'intervention du dr Forster n'est plus contestée et le débat se déplace sur le diagnostic, une revue psychiatrique allemande de 2009 craignant par exemple qu'on en vienne à dédouaner Hitler de sa responsabilité criminelle : http://www.kup.at/kup/pdf/8276.pdf .

A cela on peut objecter que, d'une part, la question de la responsabilité du malade mental, au regard du droit, est en pleine évolution, d'autre part que le genre de folie de Hitler (se croire en liaison avec la Providence et mandaté par elle pour éradiquer le "poison juif"), passant pour se matérialiser par l'exercice d'une fonction politique majeure dans un grand pays des plus modernes, ne permet guère d'assimiler son cas à celui des meurtriers racistes de plus petite envergure.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis