François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

209 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2021

Un propos de Dominique Venner qui a pu influencer Eric Zemmour

Rehausser Pétain, abaisser de Gaulle ou moitié-moitié ?

François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je sais que je vais "véner" certains lecteurs en citant Dominique Venner, un ancien de l'OAS devenu un journaliste pétainiste très apprécié, qui avait suscité plus d'admiration encore en se brûlant la cervelle en 2013 devant l'autel de Notre-Dame,

non encore victime (la dame en question) de l'irresponsabilité libérale qui répartissait le souci de la sécurité entre dix entreprises traitantes ou sous-traitantes (elle en est où, l'enquête, au fait ?).

Il reprochait à ses coreligionnaires d'extrême droite de se focaliser sur le mariage homo plus que sur le "grand remplacement".

Le même homme, dans son livre sur de Gaulle (Le Rocher, 2004, p. 146) reprochait au Général d'avoir, dans les ordonnances de 1944 réglementant l'épuration, fait démarrer l'entente avec l'ennemi le 16 juin 1940... une date censée ne rien dire à personne ! Car enfin, il n'y avait encore eu ni appel de Pétain à cesser le combat (le 17), ni appel du 18 juin, ni armistice (le 22), ni entrée en vigueur de l'armistice (le 25), ni rencontre de Montoire (le 24 octobre) !

La seule chose vraie dans cette querelle de dates, c'est que le passage de témoin, le 16, de Reynaud à Pétain ne marquait pas une rupture aussi profonde qu'on l'a dit pendant des décennies, en étant complaisant aux effets de manche de l'avocat Reynaud.

Il n'était pas contre l'armistice, étant tout aussi accablé par la défaite militaire qu'un Pétain ou un Weygand, mais contre un armistice SANS LES ANGLAIS. La résistance churchillienne n'était donc pas, contrairement à ses plaidoiries d'après guerre, une aide pour résister aux défaitistes français, mais un clou dans sa croix, le privant de politique et l'obligeant à passer la main, en attendant de voir si les conditions hitlériennes allaient être acceptables ou non, et comment l'Angleterre allait y réagir.

Et il avait pris l'immense responsabilité de conseiller au président Lebrun de confier sa succession à Pétain plutôt qu'à Weygand, plus frais et plus actif dans la recherche d'un armistice, donc un candidat plus naturel... mais moins disposé sans doute à lui rétrocéder le pouvoir dans le cas où l'abandon français aurait fini par engendrer celui de Londres.

Mais même si le 16 juin ne marque pas une très nette rupture de pente, la France "glissant vers la capitulation", comme disait de Gaulle, depuis une bonne dizaine de jours, c'en est tout de même une sur les  plans, excusez du peu, gouvernemental, institutionnel et diplomatique. Les militaires envahissent les ministères, le terne chef de l'Etat est quasiment sur la touche au profit d'un militaire prestigieux, le gouvernement devient monocolore en se délestant des nombreux ministres qui cherchaient encore une autre solution qu'une remise du pays au bon vouloir d'Hitler.

Pour Venner, vétilles que tout cela ! De Gaulle est censé faire commencer le 16 juin l'entente coupable avec l'ennemi pour des raisons toutes personnelles. Avant, la grande Zorah (surnom du Général 20 ans plus tard chez les tenants de l'Algérie française) était ministre, après non !

"Pour fonder l'origine de sa propre légitimité, le général a donc voulu inscrire dans les textes que le dernier gouvernement 'légitime' de la France a été celui auquel il a appartenu et dont il avait en quelque sorte emporté la légitimité à Londres dans ses bagages. Comme le soleil, sa personne devait être au centre de tout."

Les gaullistes extrêmement droitiers, de fraîche date ou non, qui briguent aujourd'hui les suffrages feraient bien de prendre leurs distances avec de tels précurseurs !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson
Journal — Violences conjugales
Johnny Depp/Amber Heard : un risque que les procès en diffamation sapent #MeToo
Le procès en diffamation qui oppose depuis plusieurs semaines Johnny Depp à son ex-épouse, l’actrice Amber Heard, ne cesse de susciter le malaise. Outre le côté spectacle, la diffamation apparaît ici détournée de son objectif premier. Au risque de bâillonner de potentielles victimes dans d’autres affaires. 
par Patricia Neves
Journal — International
« Sauver l’Amérique », huit ans dans les pas de ceux qui prêchent l’intolérance
Qui sont ces prédicateurs qui tentent d’imposer leur radicalisation religieuse aux États-Unis ? Qui parviennent, alors qu’une majorité d’Américains soutiennent l’IVG, à guider le bras de la Cour suprême dans un projet de décision très défavorable au droit constitutionnel à l’avortement ? Thomas Haley a suivi l’un d’entre eux, filmant ses prêches, ses actions, sa vie de famille. Glaçant.
par Thomas Haley

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de "Printemps silencieux" (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement