François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

209 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 déc. 2012

Cahuzac et Mediapart : un printemps pour les historiens

François Delpla
historien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mediapart a, par des révélations qui ont mis en branle la justice, contraint Eric Woerth, ministre du Budget, puis du Travail, à quitter le gouvernement français le 14 novembre 2010.
La même mésaventure est en train d'arriver à Jérôme Cahuzac, ministre socialiste du Budget, à ceci près que les faits reprochés à Woerth tiennent surtout à son activité politique dans l'entourage de Nicolas Sarkozy, tandis que les malhonnêtetés prêtées à Cahuzac ont trait uniquement à la gestion de sa fortune privée.
Mais la différence la plus fondamentale entre les deux cas tient, pour l'instant, à l'attitude des médias, relativement prompts à relayer les informations sur Woerth et d'une lenteur extrême dans le cas de Cahuzac.
Y a-t-il là de quoi alimenter le slogan de droite selon lequel les médias français seraient de gauche ? Mais alors le Figaro, au moins, devrait avoir quelques longueurs d'avance dans la diffusion des nouvelles, or il est totalement aligné sur le silence moyen.
Jérôme Cahuzac est de toute évidence coupable, puisque l'unique chef d'accusation, pour l'instant, est la dissimulation au fisc français d'un compte dans une banque suisse et que, si c'était faux, il l'aurait prouvé depuis le début de l'affaire en demandant à cette banque  de déclarer qu'elle ne l'avait jamais eu pour client. En effet, si un simple citoyen peut se contenter de nier une accusation en alléguant qu'il n'a pas à apporter la preuve de son innocence, tel n'est certes pas le cas d'un ministre en exercice accusé d'une faute contre sa propre administration. La bonne marche des institutions veut qu'il se disculpe aussitôt s'il a un moyen aussi simple de le faire; il existe d'ailleurs un premier ministre et un président de la République pour, au besoin, le lui rappeler.
Nous vivons donc une période, pour l'historien, d'un grand intérêt. Un organe de presse défie non seulement le pouvoir exécutif, mais toute une classe politique et médiatique qui serre les rangs en faisant l'autruche (ce qui est d'ailleurs, concernant les moeurs de ce volatile, un autre préjugé). Le temps suspend son vol, et le réveil sera brutal.
Si le thème du "tous pourris", aux retombées électorales extrêmement droitières, peut s'en trouver momentanément conforté (mais surtout chez des myopes qui n'en avaient déjà guère besoin pour baisser le front devant le Front), la liberté de recherche et d'expression y gagne un terrain important, et nul dévot de ces valeurs n'a la moindre raison de s'en alarmer.
Dans le même temps et le même domaine, la reconnaissance désormais très large des mérites du journaliste Denis Robert, à la suite du fiasco judiciaire de ses puissants détracteurs qui avaient pourtant fait, dans la corporation des avocats, quelques nouveaux riches, est aussi un point important marqué par la démocratie en 2012.
Cependant, s'il fallait rappeler qu'Internet n'a pas que de bons côtés, les calomnies de Stéphane Courtois http://www.delpla.org/article.php3?id_article=542 devant la tombe ouverte de Raymond Aubrac, beaucoup plus diffusées sur la Toile que mon antidote pourtant immédiat http://www.marianne.net/blogsecretdefense/Aubrac-etait-un-compagnon-de-route-pas-un-agent-communiste_a574.html, suffiraient à en témoigner.
Au total, les professions de journaliste et d'historien sont plus que jamais complémentaires -de même que leurs défaillances ont souvent partie liée. S'il faut continuer à autoriser les gouvernants à garder secrètes certaines de leurs démarches, l'abus de cette possibilité (illustré naguère par un Charles Pasqua brandissant le "secret défense" pour couvrir les turpitudes les plus domestiques) est mis sous surveillance, et l'humanité prend de mieux en mieux conscience de sa propre histoire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana
Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT
Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B