suite de :

http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/blog/francois-delpla/050510/lhistoire-en-flagrant-delit-de-legerete

 

Eh bien voilà : le numéro de juin est sorti, muet sur l'affaire.

 

Le magazine connu et généralement estimé (y compris de moi-même) qui a commis une bourde dans sa livraison d’avril (la France déclarant la guerre le 3 septembre 1939 et la Grande-Bretagne le lendemain), a publié en mai un erratum hélas gravement fautif (les deux pays déclarant la guerre le 3 mais toujours la G-B après la France… alors qu’elle l’avait devancée de cinq heures) et a pris la décision, pour le numéro daté de juin, d’enterrer l’affaire plutôt que de s’humilier par un erratum sur l’erratum. Tant pis pour les étudiants influencés par cette publication, directement ou par l’intermédiaire de leurs enseignants : il y en a bien, statistiquement, un ou deux qui échoueront à un examen parce qu’un professeur n’admettra pas une telle erreur sur un point qui n’est pas mineur… surtout si l’étudiant, sûr de son fait, s’obstine.

On se perd en conjectures sur les motivations d’une décision pareille : crainte pour le prestige du titre et le niveau des ventes ? Désir d’épargner la réputation d’un prestigieux fautif ? Dans les deux cas on peut douter du résultat. Que l’information au moins circule le plus loin possible par le présent canal, auprès des candidats comme des jurys ! Et comme il n’est jamais trop tôt pour bien faire, la rectification que la revue devra bien effectuer un jour gagnerait à être mise en ligne sur son site dès réception de la présente.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.