François Dominique T-L
Observateur
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 févr. 2021

Contre l’imposition d’un apartheid ultra-libéral et liberticide

L’actualité des dernières semaines montre comment certaines forces véhiculent des théories complotistes sur l'« islamo-gauchisme » dans le silence assourdissant des gardiens du ministère de la bien-pensance. Ces appels à la haine envers nos concitoyens musulmans et la mise en place d’un régime ultra-libéral et liberticide pour tous, sont les deux faces de la même médaille néo-conservatrice.

François Dominique T-L
Observateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Contre l’imposition d’un apartheid ultra-libéral et liberticide voulu par un groupe néo-conservateur à l’influence politique et médiatique démesurée

Racisme institutionnel et politique ultra-libérale et liberticide sont les deux faces de la même pièce néo-conservatrice

L’actualité politique et médiatique des dernières semaines en France apporte une preuve de plus de la volonté actuelle d’une partie de la classe politique française ainsi que de certains médias, de véhiculer des théories complotistes sur l’« islamisme » ou l’« islamo-gauchisme » en France. Il est intéressant de constater le silence assourdissant et donc la géométrie variable des gardiens habituels du Ministère de la Vérité qui décrètent de ce qui ressort de « la haine » et de ce qui n’en est pas. Cette complicité passive couvre des forces néo-conservatrices ayant pour objectif de pousser les Français d’origine africaine et maghrébine dans une citoyenneté de seconde zone institutionnalisée. Cette volonté n’est pas celle du peuple Français qui se voit donc soumis à une propagande médiatique incessante en vue de le forcer à se soumettre à cet objectif. Les derniers évènements illustrent parfaitement les mécanismes de cette propagande et nous éclaire sur le caractère plausible de l’existence d’une stratégie exécutée par des femmes et des hommes politiques ainsi que par des responsables ou des propriétaires de médias, par idéologie, servilité, incompétence, faiblesse de caractère ou opportunisme. Le caractère visible de l’opération ne laissant aucun doute sur l’existence d’une stratégie pensée en amont par un groupe mêlant des idéologues néo-conservateurs adossés à des intérêts économiques puissants. Les Français dans leur ensemble doivent comprendre qu’ils sont eux-aussi victimes de ces mêmes forces. Les appels à la haine envers leur concitoyens musulmans et la mise en place d’un régime ultralibéral et liberticide pour tous sont les deux faces de la même médaille néo-conservatrice. Les forces qui appellent à la stigmatisation de l’Islam et des musulmans sont les mêmes qui tous les jours poussent plus de Français dans la pauvreté et le déclassement social en mettant en place une politique de casse sociale. Il s’agit aussi des mêmes forces qui tous les jours réduisent le champ de notre liberté d’expression. Leur objectif est de faire de la France une Afrique du Sud des années 1980 où la majorité des citoyens sont parqués dans des « bantoustans » en raison de leur religion, leur origine familiale mais aussi de leur niveau social, pendant qu’une minorité de possédants acoquinés à des politiques opportunistes et faibles s’arroge tous les droits et les richesses su pays en restreignant fortement la liberté d’expression afin que personne ne remette en cause l’ordre établi.

Ainsi, défendre nos concitoyens Français d’origine africaine et maghrébine qui dans leur écrasante majorité vivent leur culte de façon discrète, c’est défendre les valeurs historiques de la France face une cohorte de tenants du conflit de civilisation qui tentent d’importer un modèle qui est culturellement étranger non pas seulement à la France mais aussi à la tradition européenne. Et c’est grâce a la complicité de médias privés, agissant comme autant de caisses de résonnances, que ces imposteurs de l’identité française assènent à la population une propagande incessante de haine.   

Il est en effet plus facile de prétendre s’attaquer à une infime minorité de jeunes femmes appartenant souvent aux couches populaires et souhaitant avoir la liberté de porter un carré de tissue sur la tête, que de s’attaquer à l’augmentation des inégalités sociales dans notre pays, à la corruption et à l’extrême pauvreté qui touche une partie croissante de nos concitoyens et qui fait de nous un pays tendant vers un apartheid social. Quelle courage politique ! quel sens des priorités ! Il n’aura pas non plus échappé aux Français, que ce sont ces mêmes individus qui ont caricaturé, diabolisé et se sont opposés aux « gilets jaunes » dès le début du mouvement. Ceci n’est pas une coïncidence, car les Français doivent comprendre que le néo-conservatisme est en réalité l’alliance du racisme et d’un ultra-capitalisme liberticide. Ainsi, le combat pour défendre nos compatriotes d’origine africaine et maghrébine est aussi le combat pour défendre l’équilibre social de notre pays ainsi que sa souveraineté politique et économique.

Il est temps pour les Français de réaliser que oui, l’identité française est en danger, mais l’ennemi n’est pas celui que certains médias ou politiques vous proposent. L’ennemi est celui qui nous trompe et se réjouit de pousser les Français à la division et au conflit en disséminant la haine de l’autre à la télévision et dans les journaux avec l’assentiment des autorités. L’Histoire a montré que lorsque certaines forces dirigent la colère du peuple envers des bouc-émissaires sans défenses c’est souvent pour pouvoir continuer le pillage du pays à l’abris des regards.  

Vers l’importation d’un régime d’apartheid en France

Trois séquences médiatiques surviennent au même moment et sur le même sujet : les étranges déclarations d’un professeur de philosophie sur un prétendu islamisme conquérant à Trappes, les déclarations farfelues de la Ministre de l’Enseignement Supérieur sur un prétendu « islamo-gauchisme » dans les universités et enfin le comportement grotesque du Ministre de l’Intérieur lors de son débat avec Mme LePen au sujet de l’Islam. Croire que l’occurrence de ces différentes offensive médiatico-politique soit une pure coïncidence, parait assez peu plausible.

Un professeur de philosophie de Lycée à Trappes se voit soudain propulsé sous la lumière des projecteurs médiatiques en étant invité sur certaines chaines de télévision privées (c’est-à-dire répondant aux impératifs idéologiques et commerciaux de leurs décideurs et propriétaires et non à celui d’une information neutre) à heure de grande écoute pour énoncer un certain nombre d’affirmations que l’on pourrait classifier en deux catégories :

D’une part, des affirmations spécifiques à sa personne :

  • Il aurait été menacé de mort (sans préciser par qui exactement)
  • Il aurait été traité de « raciste » et d’« islamophobe » par le maire de la ville de Trappes à l’occasion d’une interview de celui-ci donnée à une chaine de télévision néerlandaise (affirmation formellement démentie - par écrit - par cette même chaine)

D’autre part, des affirmations plus génériques sur l’état de la ville de Trappes :

  • Une « ville tombée aux mains des islamistes »
  • Une ville dans laquelle « il vit dans la peur » et au sujet de laquelle il lance un « appel à la résistance face à la menace islamiste »

Tandis que les premières affirmations semblent être soit fausses (l’Éducation Nationale ayant vraisemblablement indiqué que le professeur n’avait jamais fait mention d’aucun incident le concernant auparavant) soit non démontrées (et donc à la crédibilité douteuse), les deuxièmes sont tout autant non démontrées et suffisamment vagues pour suggérer avoir été construites afin d’être indémontrables et faire appel chez les Français à la crainte fantasmée d’une invasion islamiste du territoire.

Donc, en résumé, ces médias privés ont choisi de donner accès à leurs plateaux à un individu effectuant des déclarations jetant l’opprobre sur une commune et ses habitants, sans que celles-ci ne soient vérifiées au préalable, comme le devoir élémentaire professionnel journalistique devrait l’imposer. Chose importante à retenir pour la suite, ses affirmations sont effectuées sur les plateaux sans contradicteurs, les journalistes procédant à l’interview, n’émettant aucune réserve sérieuse ni ne nuançant le propos de l’invité. Alors que les premières affirmations sont très vites contredites par les faits, aucun des journalistes employés par ces médias privés ne confronte le professeur.

Il ne peut s’agir d’incompétence mais d’un choix délibéré car le traitement du contradicteur principal du professeur, le maire de la ville de Trappes, est à l’opposé. Celui-ci, pourtant élu de la République et premier magistrat de la ville, voit ces observations systématiquement remises en cause par les journalistes ainsi que par différents intervenants dont la fonction exacte sur ces plateaux de télévision pose question. Les chaines de télévision en question, semblent donc faire un choix très clair sur leur ligne éditoriale : les propos du professeur sont présumés vrais, quitte à être imprécis à la marge, tandis que ceux du maire de la ville sont présumés mensongers quitte à pousser l’audience à considérer que le Maire ferait preuve de duplicité.  

La base d’une formation journalistique devrait pourtant pousser ces chaines de télévision à porter la contradiction de manière égale aux deux versions présentées par chacun des protagonistes mais aussi à clairement rétablir les faits. Car ceux-ci sont têtus et ne semblent pas aller dans le sens du professeur. Par ailleurs, le traitement médiatique d’Ali Rabeh, Maire de Trappes est effarant. Alors que sa position de Maire de la ville sous la Ve République devrait pourtant le placer en position de référence pour décrire la situation dans sa juridiction, son opinion est systématiquement remise en cause par les « journalistes » de ces chaines de télévision privées. Étrangement, on n’aura pas vu ces mêmes chaines de télévision s’acharner avec la même force sur des maires pourtant reconnus coupables par la Justice de faits avérés de corruption,  d’abus de bien social ou autres et qui intéresseraient probablement beaucoup plus les Français.

Cette mise en scène grotesque aux premiers abords, ne peut se comprendre qu’à travers le prisme de la propagande mise en place par ces médias. Tout se passe en réalité comme si Trappes n’était pas sur le territoire national et que nous étions en présence d’un otage exfiltré d’un territoire étranger sous administration de Daesh et dont le représentant est chahuté sur les antennes au sujet de ses atteintes aux droits de l’homme dans sa zone. Pourtant, nous sommes en France, à Trappes, et Ali Rabeh est non seulement membre d’un parti politique ayant pignon sur rue, mais il clame haut et fort ses qualités républicaines. On comprend dès lors que l’idée est de faire appel non pas au sens critique des téléspectateurs mais à des éléments de l’ordre du fantasme hollywoodien afin de les faire procéder par associations d’idée et de leur suggérer un scenario écrit à l’avance. La théorie du complot à laquelle ces médias et leurs relais politiques voudraient nous faire croire, c’est que les Français de confession musulmane (présumés formant la majorité de la population de Trappes de par leur ascendance maghrébine ou africaine) seraient complices actifs ou passifs d’une stratégie de conquête du territoire et imposeraient des mini-califats amenés à s’étendre et à ainsi pousser leurs concitoyens à fuir et demander la protection de l’État. Accessoirement, selon les déclarations bien étranges de notre Ministre de l’Enseignement Supérieur, ils seraient soutenus par une frange de l’extrême gauche dans une coalition qualifiée « d’islamo-gauchiste ». Cette théorie conspirationniste farfelue trouve son origine dans les groupes néo-conservateurs animés d’une haine violente, qui pullulent dans certains médias détenus par des propriétaires privés et semblent démontrer encore une fois qu’ils exercent une forte influence sur certaine femmes politiques ainsi que sur certains hommes politiques. Plus de 600 chercheurs et universitaires Français de tous horizons, se sont exprimés dans une tribune pour s’étonner de tels propos et dénoncer les propos ubuesques de Mme Vidal. Mais en réalité, les Français doivent comprendre qu’il ne s’agit là encore, pas d’incompétence mais d’une volonté de vouloir diviser la nation et d’importer en France des valeurs qui ne sont pas les nôtres. En choisissant de s’exprimer en reprenant une théorie conspirationniste néo-conservatrice plutôt que de parler aux Français de ce qu’elle propose pour relever les défis de l’impact du Covi19 sur l’enseignement et la recherche, ce qui les intéresse en priorité, madame Vidal indique donc aux Français quelles sont les priorités de son mandat. Celles-ci ne sont donc pas de contribuer à l’amélioration des conditions de l’enseignement supérieur et de la recherche (très durement affectés par l’épidémie). Non, la priorité de Mme Vidal semble être de vouloir diviser la France et répandre la haine.

Dans le scenario complotiste de cette mouvance néo-conservatrice anti-France, le Français musulman est assimilé à un terroriste en puissance qu’il convient de combattre. Mais de qui parle t – on au juste ? Qui sont donc ces Françaises et Français comploteurs de confession musulmane ? Caché derrière le prétexte religieux, il n’aura échappé à personne que la population ciblée est la grande majorité de nos concitoyens d’origine maghrébine et africaine, qui pour la plupart, sont soit eux-mêmes de confession musulmane soit non particulièrement croyant mais issus d’une tradition familiale musulmane. Ainsi, la nation Française est invitée par ces chaines de télévision à finalement craindre, haïr et se protéger d’une partie de sa chair en raison de son origine ethnique. Par conséquent, afin de s’en protéger il conviendra bien entendu d’isoler cette population pour la contrôler. Voici donc l’objectif principal de la mascarade médiatique à laquelle la France assiste depuis plusieurs semaines : la préparation des esprits à la mise en place d’un apartheid légalisé au sein de la République sous prétexte de lutte contre le terrorisme. J’entends déjà les cris d’orfraie des lecteurs objectant de mon passage d’une catégorie religieuse à une catégorie ethnique. A ceux-ci je répondrais que dans la mesure ou l’écrasante majorité des Français de confession musulmane vivent leur religion de manière discrète et exclusivement dans la sphère privée, il ne peut donc s’agir d’un prétexte religieux. Celui-ci n’est utilisé que pour contourner la loi et afin de ne pas tomber dans le propos ouvertement raciste. Parler d’ « Islam », d’ « islamistes » et de « salafistes » sans étayer son propos par un quelconque fait avéré ou par des statistiques sérieuses possède un double avantage : premièrement, cela renvoie l’audience à faire l’association d’idées avec la guerre « contre le terrorisme » débutée par les États Unis il y a vingt ans avec les résultats que l’on sait….et secundo, il permet de cibler sans les nommer les Français d’origine maghrébine et africaine car chacun aura compris quel était le visage de l’ennemi désigné par ces idéologues de la haine raciale et sociale : il s’agit du Français d’origine africaine et maghrébine mais aussi du Français « de souche » en difficulté économique, car c’est avec la même haine que ces néo-conservateurs se sont attaqués par exemple au mouvement des « gilets jaunes » , férocement réprimé, au travers de leurs relais médiatiques privés et politiques.  

Ainsi, la séquence médiatique de ces dernières semaines permet de fortement suspecter l’existence d’une stratégie réfléchie de mise à l’index de nos concitoyens d’origine maghrébine et africaine mais aussi de nos concitoyens les plus pauvres, sur le modèle de pays ayant institué un apartheid sur leur territoire au détriment d’une partie de la population. Comme souvent, les victimes font partie des catégories les plus pauvres économiquement de la population et sont donc les plus faible et les plus incapables de se défendre face aux assauts d’une propagande médiatique intense alimentés par des femmes et des hommes politiques faibles et opportunistes. Cette mouvance néo-conservatrice souhaite faire de la France une Afrique du Sud des années 1980 (pour prendre un exemple dans le passé) dans laquelle, votre place dans la société dépendrait de votre couleur de peau, de votre religion ou de vos revenus. Naturellement, cet objectif est rejeté en masse pas les Français qui ne se reconnaissent pas dans cette conception haineuse de la société. Cela ne correspond encore une fois pas aux valeurs de la France et ceux qui souhaitent nous imposer ces pratiques semblent très éloignées de l’identité culturelle française. En France, la religion ou la couleur de peau ne donne ni plus ou moins de droits ni plus ou moins de devoirs, et ceux qui ne seraient pas d’accord peuvent quitter notre pays et aller s’installer dans des pays qui partagent leur conception haineuse du « vivre ensemble ».  

La fabrique du consentement de l’opinion publique

Chacun aura donc compris qui est visé dans le « projet de loi sur les séparatismes ». Le Ministre de l’Intérieur, M. Darmanin aura clarifié les choses lors de son « débat » avec Mme LePen en l’enjoignant à plusieurs reprises à dénoncer spécifiquement l’Islam comme étant une religion posant problème dans la République. A cette occasion, la France aura regardé avec effarement, un membre de la majorité parlementaire élu sur un programme prétendument d’ouverture, de tolérance et de progressisme, aller plus loin que la présidente du parti d’extrême droite pourtant sur un thème historiquement cher à ce mouvement politique.  Ainsi donc, selon notre Ministre de l’Intérieur, le vrai problème en France n’est pas la corruption, l’abus de bien social, la pédophilie, les crimes financiers et autres dans lesquels les Français de confession musulmane ou d’origine africaine sont très loin d’être surreprésentés. Non, selon lui, il s’agit de l’« islamisme ». Un concept suffisamment flou pour servir de fourre-tout très pratique à un politicien nommé au gouvernement malgré une procédure judiciaire pour viol à son encontre et ayant manifestement choisi de suivre des voix néo-conservatrices contre les attentes du mandat qu’ont donné les Français au Président de la République.

Encore une fois, ces contradictions d’apparence ne peuvent se comprendre que si l’on considère que Mr Darmanin et Mme Vidal ont pour unique objectif de normaliser auprès de l’audience, la notion selon laquelle les Français d’origine maghrébine et africaine seraient des ennemis de la République. Ils poursuivent en ce sens le travail amorcé par Mr Valls qui ne semblait pas non plus vouloir s’intéresser en priorité aux véritables problèmes des Français. Les téléspectateurs sont ainsi invités à croire qu’il s’agit d’une position de consensus politique alors qu’en réalité, cette position suggérée par Mr Darmanin et Mme Vidal ne correspond aucunement au sentiment de la majorité des électeurs de LREM. Les Français auront donc noté que le Président de la République aura nommé au gouvernement des personnages dont les idées ou les actions ne semblent pas correspondre à celles partagées par les électeurs ayant porté Mr Macron à l’Élysée et son parti politique en position majoritaire à l’Assemblée Nationale. Il s’agit donc bien d’une imposture politique et d’un acte de tromperie des Français qui auront cru avoir voté pour un candidat porteur d’une idéologie de rassemblement et se retrouvent gouvernés par des tenants d’une idéologie haineuse. Les Français doivent se rappeler que c’est aussi ce qui se passa avec la nomination par Mr Hollande au gouvernement de Mr Valls, alors que celui-ci était massivement rejeté par l’opinion publique de notre pays qui ne se reconnait pas du tout dans son discours de division et de haine. Trouver l’explication à cette distorsion de la démocratie n’est pas le propos de cet article mais il y a certainement matière à comprendre par quel mécanisme le choix de nomination au gouvernement de différents Présidents de la République, se porte sur des hommes et des femmes politique qui ne correspondent en rien aux atteintes de la nation.

Par ailleurs, nous pourrions aussi nous poser la question du silence assourdissant du CSA, dont le rôle est pourtant d’assurer l’impartialité des médias privés ou publics. Le silence du CSA face au glissement de certains médias privés vers l’apologie de la haine toujours dirigée vers les mêmes Français pose la question de sa complicité active ou de sa mise hors d’état d’accomplir sa tâche. Aussi, il est tout aussi étrange de voir Mme Avia faire la promotion active d’une loi contre « la haine en ligne » et faire semblant de ne rien pouvoir faire au sujet de l’apologie de la haine à la télévision en heure de grande écoute. Dans ce cas aussi, Mme Avia ne semble voire pas d’inconvénient à ce que les Français d’origine maghrébine et africaine soient insultés semaine après semaine à la télévision. Non, pour Mme Avia, ce qui est important c’est de lutter contre la « haine en ligne » qui n’est certainement pas la priorité de la majorité de ces concitoyens.

Il serait d’ailleurs intéressant de comprendre les raisons du traitement très sélectif par certains médias ainsi que gouvernements de ce qui ressort du « complot » et de la « haine » et de ce qui n’en est pas. Il existerait donc une théorie du complot musulman en France dont la diffusion est autorisée. Cela est bien curieux, car les Français avaient le sentiment que le gouvernement souhaitait lutter contre les théories du complot. Où sont donc toutes ses associations anti-complotistes, ces « fact-chekers », ces vigies de la « fake news » ? Ou alors existeraient ils des théories du complot à combattre et d’autres à tolérer voire à défendre ? Les Français aimeraient donc savoir qui décide au juste de ce qui est une théorie complotiste et de ce qui n’en est pas.  Celle portant sur l’islamisation ou sur l’ « islamo-gauchisation » de la France que nous proposent certains médias et certains politiques ne pose pas manifestement pas de problème.

Aussi, les Français peuvent s’étonner du silence assourdissant du Garde des Sceaux qui nous avait pourtant fait un discours d’investiture et avait juré la larme à l’œil, vouloir poursuivre les prêcheurs de haine. Mais mis à part une tentative d’arrestation de Mr. Soral immédiatement après sa nomination, les Français attendent toujours de voir quelle sera l’action du ministre à des propos conspirationnistes et injurieux envers toute un pan de la communauté nationale, tenus à la télévision chaque semaine en heure de grande écoute. Si aucune mesure n’est prise, il sera évident que les Français d’origine maghrébine et africaine de confession musulmane ne sont pas la priorité de ce ministre de la République, ni d’ailleurs du parlement, ni du CSA. Il leur conviendra donc de prendre acte de cet abandon et se décider à enfin agir politiquement afin de créer les conditions pour pouvoir être défendu par les institutions de la République en élaborant une stratégie politique à long terme permettant la nomination de femmes et hommes à des postes clefs de l’État qui ont à cœur la protection et le bien-être de tous les Français, quel que soit leur religion, l’origine géographique de leur famille ou leur revenu.

Par son silence, la majeure partie de la classe politique donne le spectacle pathétique d’une faiblesse morale et d’un opportunisme inspirant le dégout. Ces dernières semaines, la France aura donc vu des femmes et des hommes politiques ayant décidé d’abandonner leur adhésion aux valeurs de la République afin peut être de protéger leur carrière, leur retraite ou leurs primes de fin d’année. Des femmes et des hommes politiques prêts à sacrifier une partie de leurs concitoyens pour obéir à une injonction néo-conservatrice de normaliser la mise en place d’un apartheid dont un jour leurs enfants ou leurs petits-enfants leur demanderont quel rôle ont-ils joué dans ce déroulement.

Comment se défendre ? Deux Stratégies politiques de défense des valeurs françaises et européennes

Les Français doivent donc comprendre que ce combat n’est pas uniquement celui opposant leurs concitoyens d’origine africaine et maghrébine à une cohorte de néo-conservateurs mêlant des intérêts politiques, médiatiques et économiques. Car en effet, il s’agit de l’âme et l’histoire même de la France qui est menacée par des individus souhaitant procéder au remplacement des valeurs de notre pays par des idées qui nous sont totalement étrangères. Ainsi, le combat pour la défense des Français origine africaine et maghrébine est en réalité un combat pour la défense des valeurs de la France. Les vrais, celles qui ont fait son histoire, et non les valeurs qu’un certain nombre d’acteurs médiatiques et politiques souhaitent imposer à la population et qui ne sont ni françaises ni européennes. Ces néo-conservateurs doivent pousser leurs relais médiatiques à une propagande outrancière car ils sentent bien que la très grande majorité de nos compatriotes rejette la haine de l’autre en raison de ses origines ethniques ou de sa religion. Ses pratiques ne font pas partie de l’Histoire de notre pays qui s’est construit sur l’acceptation, l’égalité et la fraternité dans l’unité autour d’une figure commune. Ces figures ont pu correspondre à un être physique comme le roi de France ou à un être abstrait comme la République. La France n’est pas une nation où la haine de l’autre est élevée au rang de valeur. Ainsi, face à cette tentative de destruction des valeurs de la France, tous les Français doivent se rassembler et organiser une riposte politique. Les Français d’origine africaine et maghrébine y ont un rôle important à jouer compte tenu du fait qu’ils sont aujourd’hui les premières victimes de cette frange défendant un modèle qui nous est étranger.

Deux voies politiques de rassemblement sont possibles selon les sensibilités de chacun :

La première est un rassemblement de patriotes ayant à cœur la défense de la spécificité de la France dans le monde. Chacun aura constaté que depuis environ une quinzaine d’années, il est très difficile de se reconnaitre dans la classe politique française. Des femmes et des hommes généralement incompétents nous sont présentés comme étant a même de résoudre les défis immenses auxquels est confronté notre pays. Or en réalité, depuis quinze ans, il est évident que la situation économique et sociale se détériore en s’accélérant et que chacun peut constater la nullité absolue des présidents et gouvernements qui se sont succédé. Surtout, chacun pourra constater que pour détourner l’attention du pays de leur totale incapacité ou volonté à redresser le pays, ce même personnel politique a délibérément choisi de tromper le peuple en lui agitant le chiffon rouge de l’islamisme et de l’immigration au nom de la défense d’une certaine idée de l’identité française qui est en réalité tout sauf française. Plus de souveraineté politique c’est aussi effectuer une revue complète, publique et transparente de notre politique étrangère, qui depuis une quinzaine d’années semble de plus en plus incomprise des Français.  Nous participons à des guerres interminables, aux objectifs flous, contres des ennemis obscurs. Ces combats ne sont pas les nôtres et semblent répondre à des intérêts qui ne sont pas les nôtres et pour obtenir des résultats par ailleurs in quantifiables. La France doit retrouver une politique étrangère en lien avec son histoire, c’est à dire qu’elle doit renouer avec les pays d’Afrique, du proche et du moyen orient afin de faire de la francophonie un puissant bloc politique et économique sur le modèle du Commonwealth britannique. C’est précisément sur ce point, que la communauté française d’origine africaine et maghrébine à un rôle éminent à jouer en étant le principal vecteur de défense de cette stratégie. La politique de stigmatisation de cette communauté sur les quinze dernières années représente un cout d’opportunité monstrueux car elle est à l’opposé de ce qui est dans l’intérêt national. On lui a aujourd’hui substitué une « Françafrique » qui en réalité ne bénéficie ni au peuple français ni au peuple africain mais uniquement à des prédateurs milliardaires qui achètent ou tordent le bras des politiciens en France comme en Afrique pour obtenir des contrats, exploiter la pauvreté et s’enrichir toujours plus. Dans ce combat, les peuples africains et français possèdent en réalité le même ennemi.

La seconde option politique est un rassemblement autour des idées que certains Français ont cru défendre en donnant a LREM une large majorité législative. Chacun aura constaté qu’ils auront été trompés, ce qui a pu être démontré en observant le dernier débat télévisé entre le Ministre de l’Intérieur et Mme Lepen. Le Ministre de l’Intérieur ayant été nommé par Monsieur Macron, il représente donc la politique gouvernementale et par extension, celle soutenue par son parti, LREM. Ainsi, LREM se positionne sur une ligne finalement diamétralement opposée aux valeurs libérales et européennes et renie donc totalement le programme sur lequel il a été élu. Nous n’avons par ailleurs vu aucun député de LREM démissionner de ses fonctions, ce qui démontre le degré de de faiblesse de nos élus à l’Assemblée Nationale. C’est l’occasion pour les Français d’origine maghrébine et africaine de créer et d’offrir à l’ensemble de leurs concitoyens une véritable alternative politique qui défend les idéaux d’intégration économique dans le tissu mondial, de défense farouche d’une Europe forte et de progressisme social en France. En clair, une voix quasi opposée politiquement à la précédente mais qui participerait tout autant à l’intérêt national. La mise en place d’une stigmatisation généralisée de nos concitoyens en raison de leur confession religieuse ou de leur origine familiale ne correspond en rien à l’idéal des valeurs humanistes tels que portés par les philosophes de Grèce ancienne, berceau de notre civilisation européenne. Ainsi, les promoteurs de cette politique se positionnent en réalité en ennemi de ce qu’est la civilisation européenne et c’est la raison pour laquelle ils passent autant sur les ondes de télévision ou de radio à se déguiser en défenseur de notre civilisation face à leurs ennemis fantasmés. Ces imposteurs savent bien en effet, que le mensonge est trop gros pour tenir tout seul et ont besoin de le relayer en permanence grâce à des médias complices. Bien au contraire, la richesse culturelle des Français d’origine africaine et maghrébine les place en position idéale pour participer à défendre les intérêts de la France dans un monde globalise et de plus en plus concurrentiel.

Conclusion

En conclusion, ce qui a commencé comme un étrange fait divers, un professeur de philosophie bénéficiant d’un accès médiatique considérable pour diffuser des théories du complot est en réalité un révélateur d’une tentative orchestrée de pousser les Français à consentir à organiser une situation d’Apartheid social, ethnique et religieux en France dont les concitoyens d’origine maghrébine et africaine seraient les premières victimes. On ne sait qui sera les prochaines, mais il y en aura d’autres, peut-être les gilets jaunes, peut-être les opposants à cette politique, peut-être les Français souhaitant défendre les valeurs de liberté, de fraternité et d’égalité. Ce combat est le combat de tous les Français car il n’est qu’une face d’une médaille dont l’autre revers est la vente à la découpe du pays au bénéfice d’intérêts privés via une politique ultra-libérale, antisociale et liberticide qui verra nos concitoyens les plus démunis rejoindre les rangs de plus en plus fournis de ces « bantoustans ».  Les Français sont donc aujourd’hui face à leurs responsabilités : soit ne rien faire et condamner une partie de leurs enfants à vivre dans des « bantoustans », soit agir politiquement en prenant l’initiative de rassembler les Français selon deux lignes politiques qui sont différentes mais toutes deux en adéquation totale avec la tradition historique Française afin de combattre l’influence de groupes néo-conservateurs aux relais puissants. L’identité Française est en effet attaquée mais l’ennemi n’est pas celui que certains médias privés ainsi que leurs relais politiques, ten

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch