Denis Sassou-N’Guesso offre son hospitalité à plusieurs hautes personnalités à Oyo

 

45695072-331062817681715-5900025917731766272-n

Le président de la République, Denis Sassou-N’Guesso a regagné Brazzaville, le 8 novembre 2018, en matinée. Il est rentré d’Oyo (Cuvette) où il a eu une intense activité caractérisée par des échanges avec des personnalités nationales et internationale et des hommages aux disparus.

Le Président de la République est arrivé à Oyo, à plus de 400 km au Nord de Brazzaville, le 30 octobre 2018, par l’aéroport d’Ollombo. Le lendemain, 31 octobre, Denis Sassou-N’Guesso a reçu les notabilités du Niari et de la Cuvette. Deux délégations qui ont fait le déplacement d'Oyo pour signer un protocole d'entente, afin de manifester davantage leur fraternité et leur amitié.  

Témoin heureux et privilégié de cette volonté affichée d'unité entre les fils et filles de ces deux départements, Denis Sassou-N‘Guesso s'est exprimé sur l'importance d'une telle initiative. Pour lui, le dialogue permanent est plein de vertus et doit prendre le dessus sur la volonté de régler les différends par la violence, la guerre. 

Après avoir conforté l’amitié entre les départements du Niari et de la Cuvette, Denis Sassou-N’Guesso a accordé, le jeudi 1er novembre 2018, une audience aux ministres camerounais de l'administration du territoire, Lejeune Mbella-Mbella et celui des relations extérieures, Paul Atanga-Nji. Ils se sont entretenus au site présidentiel privé de N'Golodoua-les bains, à Oyo.

Le ministre camerounais des relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella, qui s’est exprimé à la presse après l’audience, s’est dit « très honorés d'avoir été invités ici à Oyo par le président Denis Sassou N‘Guesso ». Il a par la suite expliqué à la presse la raison de leur présence au Congo : « Notre présence au Congo est due à l'ouverture de notre consulat à Ouesso », a-t-il déclaré. 

Le président de la République lui a demandé de transmettre ses vives félicitations à son homologue, Paul Biya, pour sa récente réélection à la tête du Cameroun. Mais avant de recevoir les deux ministres camerounais, le président de la République a respecté la tradition, le 1er novembre en déposant les gerbes de fleurs sur les tombes des ses parents aux cimetières d'Oyo et d'Edou.

 

Cette cérémonie a été suivie de la visite du musée Kiébé-Kiébé, dédié aux rites traditionnels de la culture bantoue. Pendant la visite de cette structure culturelle inaugurée en 2017 et basée à Ngolodoua, non loin d’Oyo, Denis Sassou-N’Guesso était accompagné de la nouvelle secrétaire générale de l’organisation internationale de la Francophonie (OIF),  Louise Mushikiwabo qui est arrivée à Oyo, le 31 octobre, dans la soirée.

La désormais ancienne ministre des Affaire étrangères du Rwanda, séduite par les rouages de cette culture, n'a pas manqué de consigner ses sentiments dans le livre d'or de ce musée. Pour elle, ce musée est une belle expression de la préservation de culture ancestrale. Elle a jugé nécessaire un échange de culture entre le Congo et le Rwanda, compte tenu des ressemblances de la culture Kiebe-Kiebe et les traits de la culture rwandaise. 

 

Louise Mushikiwabo a eu l'occasion de découvrir les différentes activités pastorales de son hôte, avant de lui dire au revoir, le 2 novembre 2018. Elle a ainsi visité l’usine laitière ‘’Le lait de l'Alima" dont le lait produit est commercialisé à Brazzaville, Pointe Noire, ainsi qu'à Oyo. Mise en service en 2015, cette usine, qui produit également du fromage, est située à Edou. 

La secrétaire générale de l'OIF a poursuivi sa ronde des sites par les ranchs de Kila 1 à Opokonia, puis au ranch de Kila 2 au village Olenga, où elle et sa suite ont pu voir des chevaux, des bœufs et des taureaux.  Louise Mushikiwabo a, également, pu non seulement s'enquérir des techniques modernes d'extraction, mais aussi déguster du lait de vaches et fraîchement extrait.

Le site dédié à l'élevage d'autruches n’a pas été oublié dans la ronde de Louise Mushikiwabo et son hôte. Selon les techniciens du site, cette ferme agropastorale est en passe de faire du Congo le premier pays de la sous-région producteur d'autruches, oiseau le plus grand sur terre. L’abattoir moderne qui se construit au village Mbobo a été le dernier site visité par le président de la République et son invitée. Il sera produit de la viande surgelée destinée à l'exportation, à la boucherie, ou encore à la consommation des ménages au niveau de cet abattoir, a-t-on appris.

Le 5 novembre 2018, le président Denis Sassou-N’Guesso a pris la direction de Boundji, département de la Cuvette, pour se recueillir devant la dépouille mortelle de Jean-Jacques Morlende, décédé le 15 octobre 2018, à Paris (France). A l’occasion, il a d’abord salué  les membres de la famille éplorée, avant de se retrouver à l'église Saint François Xavier de Boundji pour assister à une messe de requiem.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.