François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

224 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 févr. 2022

Sénégal : déroute électorale et fuite en avant guerrière de Macky SALL en Casamance !

Plusieurs sources médiatiques nationales, africaines et internationales font état d’une inquiétante reprise de la guerre en Casamance. L’éditorialiste de Fernent, Diagne Fodé Roland, s’interroge sur la coïncidence de ce qui s’apparente au retour de la guerre avec la déroute électorale de l’APR/BBY dans le pays et notamment en Casamance.

François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fernent

DEROUTE ELECTORALE DES LOCALES ET FUITE EN AVANT GUERRIERE DE MACKY/APR/BBY EN CASAMANCE !

Les nouvelles recoupées de plusieurs sources médiatiques nationales, africaines et internationales font état d’une inquiétante reprise de la guerre en Casamance.

Des sources disent même qu'« au moins 11 militaires sénégalais ont été tués et 7 autres sont pris en otage par Atika » (la branche armée du MFDC).

La coïncidence de ce qui s’apparente au retour de la guerre avec la déroute électorale de l’APR/BBY dans le pays et notamment en Casamance est-elle vraiment fortuite ? Ou est-ce là une fuite en avant guerrière de Macky/APR/BBY afin de détourner la colère du peuple contre ses scandales financiers sans fin et sa mal-gouvernance liberticide ?

Sénégal : Casamance le plus vieux conflit d'Afrique (source Iris)

On se rappelle que déjà en janvier 2021 lors de l’offensive militaire au sud de la Casamance des sources médiatiques faisaient état du passage des militaires de notre pays par le territoire de Guinée Bissau pour attaquer les forces armées du MFDC. Des sources médiatiques font maintenant état que cette nouvelle attaque militaire a utilisé le territoire gambien.

Est-ce vraiment le hasard que ce nouvel enlisement guerrier à partir du territoire gambien coïncide aussi avec l’intronisation le 19 janvier de Barrow et les élections locales sénégalaises le 23 janvier 2022 ?

Comment ne pas voir dans ces « coïncidences » multiples une stratégie de plus en plus machiavélique de Macky/APR/BBY tendant à semer le chaos pour pérenniser son pouvoir ?

L’essaimage dans le débat politique par les partisans du pouvoir de la seconde alternance libérale néocoloniale de « l’ethnicisme », visant nos frères et sœurs de Casamance, fait manifestement partie de cette stratégie du chaos. Il en est de même de la dotation en armes toujours plus importantes, notamment turques et du jeu de chaises musicales à la tête des forces de sécurité (police, gendarmerie, armée). Ah si ces armes pouvaient servir à aider le Mali à se débarrasser des terroristes et séparatistes n’est-ce pas ?

Cette stratégie du chaos intègre-t-elle l’implication de la Guinée Bissau et la Gambie dans un embrasement type « guerre civile » qui déborderait les frontières de notre pays ? Et cela dans un contexte où les djihado-terroristes-séparatistes au Mali de plus en plus chassés par les FAMA vont chercher des refuges ailleurs ?

Ces interrogations sont d’autant plus légitimes que selon des sources médiatiques un avion « bourré d’armes turques » serait bloqué sur le tarmac de l’aéroport de Bissau et la douane de notre pays aurait dévoilé des « cargaisons d’armes d’un navire » dans le port de Dakar.

Consciemment ou inconsciemment, dans le cas d’espèce il n’y a aucune différence, la recherche par tous les moyens de pérenniser le pouvoir Macky/APR/BBY conduit fatalement à des situations de graves dangers pour le pays et le peuple, situations dans lesquelles la violence fascisante serait le moyen inacceptable de se maintenir au pouvoir.

Après le vol de la présidentielle 2019, tous les stratagèmes perfides, y compris le nomadisme politique abject, mis en œuvre par Macky/APR/BBY pour « réduire l’opposition à sa plus simple expression » et s’assurer ainsi la « troisième candidature » illégale anticonstitutionnelle ont été mis en échec. Deux moments majeurs ont été importants dans les luttes populaires pour faire échouer les plans déloyaux et illégaux de Macky/APR/BBY : la résistance populaire qui a coûté 14 morts de mars 2021 contre la cabale politico-judiciaire contre O. Sonko et les élections locales du 23 janvier 2022.

Macky/APR/BBY vont-ils chercher à reporter les législatives de cette année pour éviter une cohabitation jusqu’en 2024 ? Report qui serait d’autant plus grotesque que déjà il avait prolongé de 2019 à 2022 le mandat des élus locaux et départementaux et qu’il est signataire des sanctions illégales de l’UEMOA/CEDEAO contre le peuple frère du Mali accusé d’agenda électoral « inacceptable » (sic !).

Il faut espérer que la libération de 12 suspects de la « tuerie de Boffa Bayotte » après 4 ans de détention arbitraire sera suivie de celle des 14 autres encore détenus sans aucune preuve dont le journaliste et écrivain René Capin Basséne.

La gravité de l’affrontement militaire qui vient d’avoir lieu ne va-t-elle pas être utilisée pour envisager une « revanche » même si certaines sources médiatiques informent que « le gouvernement sénégalais, humilié par ce massacre des 11 militaires et la prise de 7 prisonniers de guerre dans les rangs des Diambars sénégalais, a commis l’amiral Farba Sarr pour négocier par l’intermédiaire de l’ONG catholique, la Communauté de Sant’Egidio de Rome, pour leur libération et la restitution des corps sans vie ».

Citons le doyen Mamadou Dia (que nous avions interpellé en 1993 sur cette douloureuse question Casamançaise) : « Le problème casamançais est un vieux problème… il faut le reconnaître et le dire, le colonisateur n’avait pas intégré la Casamance dans le Sénégal… j’ai fait certaines propositions qui sont claires ... adressées à Abdou Diouf qui n’a pas eu la courtoisie de me répondre… J’ai également adressé une correspondance à l’Abbé Diamancoune Senghor, Secrétaire Général du MFDC, laquelle m’a été purement et simplement retournée au motif qu’elle ‘n’aurait pas été réclamée par le destinataire’. Comment l’Abbé, mis en résidence surveillée dans les conditions les plus strictes, pouvait-il deviner l’existence de cette correspondance et la réclamer ? Je crois qu’il est urgent d’intervenir sur ce dossier casamançais avant qu’il ne soit trop tard. Toutes les forces nationales sont interpellées pour ouvrier la voie à des négociations sincères et loyales » (YAAKAAR, N°6- janvier 1996).

Nous n’avons cessé de l’écrire depuis 1982 : Après le silence insupportable sur la question Casamançaise de Senghor, de Diouf, de Wade à Macky Sall le rêve d’en finir militairement avec le mouvement indépendantiste Casamançais a toujours engendré des cauchemars réels pour les populations et nos soldats en Casamance.

Il n’y a pas et n’aura pas de solution militaire à la question Casamançaise. Il ne peut y avoir qu’une solution politique démocratique dans une optique panafricaine en accord avec le MFDC né en mars 1947 après le congrès fondateur du RDA en octobre 1946 à Bamako bien avant le BDS, le BPS puis l’UPS de Senghor/Dia, le PDS et bien entendu son rejeton libéral APR/BBY de Macky Sall d’aujourd’hui.

Congrès fondateur du Rassemblement démocratique Africain, RDA, Bamako, octobre 1946 - Cinémathèque du Parti communiste Français

Alors comme le doyen Mamadou Dia nous invitons toutes les forces vives de notre pays d’Afrique le Sénégal qui doivent s’engager pour contribuer à une solution pacifique, démocratique, patriotique et panafricaine de cette crise nationale pluri décennale.

Nous présentons nos condoléances les plus attristées aux familles des soldats morts et aux populations meurtries de la Casamance depuis 1982.

Diagne Fodé Roland

30/01/22

fernentbirane@gmail.com  - Blog: http://fernent.blog4ever.com/articles

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement américaines
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière
L’arrêt « Roe v. Wade », qui a été abrogé par six voix pour et trois contre, avait fait, il y a 50 ans, de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. La décision de la Cour suprême n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne