François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

227 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juin 2022

Afrique : Macky Sall, voix africaine du non-alignement entendue par Vladimir Poutine

Le Dr Yves Ekoué Amaïzo, Dr de Afrocentricity Think tank analyse les enjeux de la rencontre à Sotchi ce 3 juin 2022, entre Macky Sall, Pt en exercice de l’Union Africaine et Vladimir Poutine Pt de la Fédération de Russie et les possibles réactions des pays de l’Otan à l’égard de l’Afrique. Il suggère quelques pistes de réflexion assorties de propositions pour sortir l’Afrique de sa dépendance.

François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

MACKY SALL, LA VOIX AFRICAINE DU NON-ALIGNEMENT ENTENDUE PAR VLADIMIR POUTINE : ATTENTION À LA RÉACTION DES PAYS DE L’OTAN… 

Le non-alignement de l’Afrique difficilement accepté par les dirigeants du monde occidental

Vladimir Poutine, Président de la Fédération de Russie, a invité le Président en exercice de l’Afrique à Sotchi en Russie. Accompagné entre autres du Président de la Commission de l’Union Africaine, le Tchadien Moussa Faki et de Me Aissata Tall Sall, ministre sénégalaise des Affaires étrangères, les discussions n’ont pas pu éluder la question du « non-alignement » et d’une certaine « neutralité » des pays africains dans un conflit entre certains pays de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et la Fédération de Russie sur le sol Ukrainien.

SOMMAIRE

  1. REJOINDRE LE BLOC OCCIDENTAL COÛTE CHER À L’UKRAINE
  2. LE PRÉSIDENT DE L’UNION AFRICAINE VA DÉFENDRE LES INTÉRÊTS DES AFRICAINS EN RUSSIE, PAS POUR S’INGÉRER DANS UNE MÉDIATION NON SOLLICITÉE
  3. PRODUIRE ET TRANSFORMER LOCALEMENT POUR AVANCER VERS L’AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE EN AFRIQUE
  4. FAIRE ÉVOLUER LES INSTRUMENTS DE PAIEMENT ENTRE L’AFRIQUE ET LA RUSSIE : VERS LES TECHNOLOGIES DU « BLOCKCHAIN » ET LES « CRYPTOACTIFS »
  5. LE NON-ALIGNEMENT : LA FIN DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE ET LES PRESSIONS DE CERTAINS DIRIGEANTS OCCIDENTAUX ?
  6. LA LOI AMÉRICAINE HR 7311 PRIME SUR LE DROIT INTERNATIONAL ET LES INTÉRÊTS AFRICAINS ?

1. REJOINDRE LE BLOC OCCIDENTAL COÛTE CHER À L’UKRAINE

Les raisons sont multiples. Outre le non-respect des engagements de l’OTAN de ne pas s’élargir pour « encercler » la Fédération de Russie, il faut bien noter la guerre civile larvée entre les russophones et les ukrainiens pour le contrôle de territoires aujourd’hui classés comme ukrainiens, mais revendiqués par la Russie comme étant des territoires autonomes. Si en sous-main, cela a permis à de nombreux pays occidentaux d’utiliser l’argent des contribuables occidentaux pour justifier le financement des vendeurs d’armes, les sanctions occidentales apparaissent de plus en plus contreproductives, car réorganisant l’ancien monde interdépendant en un nouveau monde multipolaire, avec une tendance vers un monde sans les Occidentaux. Le paradoxe est que sur le plan militaire, la suprématie occidentale a été surclassée.

Sur le plan organisationnel et logistique, le système occidental s’est retrouvé bien dépendant des pays où la délocalisation était le droit commun.  De fait, le commerce mondial fonctionne sur la base des « relations internationales » et de moins en moins la base du « droit international ». Le Conseil de Sécurité des Nations Unies est bloqué dès qu’au moins un, voire deux pays (la Fédération de Russie et la Chine) font bloc pour neutraliser les initiatives occidentales qui ne prennent pas en compte les intérêts des pays non-occidentaux. Les responsables politiques d’Ukraine sont en train de s’en rendre compte, et pourraient avoir servi d’alibi pour des intérêts moins avouables des puissances privées et publiques occidentales utilisant le sol ukrainien pour empêcher une guerre sur le sol européen.

2. LE PRÉSIDENT DE L’UNION AFRICAINE VA DÉFENDRE LES INTÉRÊTS DES AFRICAINS EN RUSSIE, PAS POUR S’INGÉRER DANS UNE MÉDIATION NON SOLLICITÉE

C’est donc dans ce contexte qu’il faut comprendre la visite de la voix autorisée de l’Afrique pour rappeler que les Africains n’ont jamais agressé un autre continent dans leur histoire et qu’au contraire, c’est l’Occident qui devrait faire amende honorable sur ce sujet. A ce titre, l’adhésion des dirigeants africains collectivement aux principes de « non-alignement » et de « règlement pacifique des différends » servira de cadre global des discussions entre la Russie et l’Afrique.

Mais lorsque le circuit d’approvisionnement ne fonctionne plus entre l’Afrique et les pays en conflit à savoir la Russie et l’Ukraine, les dommages collatéraux sont nombreux.  Que ce soit pour le raffinage du pétrole, l’approvisionnement en céréales, en engrais, la fourniture d’équipements militaires ou civils, les images satellitaires fiables sur le sous-sol africain, notamment sur l’importance des métaux rares dont l’Union européenne est dépendante à 99 %, l’Afrique ne peut rester neutre.  Mais l’Afrique doit faire respecter son droit à son « non-alignement » dans un conflit dont les agresseurs explicites et implicites ne sont pas africains. Il n’est d’ailleurs pas question de venir recruter en Afrique des « tirailleurs sénégalais » pour aller faire une guerre qui ne concerne pas les Africains. En effet, des tentatives ont eu lieu de la part de certains opérateurs ukrainiens sur le sol africain, sénégalais en particulier. La réponse officielle fut un « non » catégorique.

Le problème est donc bien dans la désorganisation de la logistique et du circuit d’approvisionnement de l’Afrique qui par sa gouvernance passée a systématiquement choisi non pas l’autosuffisance alimentaire comme stratégie de long-terme pour sa sécurité alimentaire, mais la stratégie d’importation de produits à des coûts compétitifs, ce qui a enrichi quelques Africains proches des pouvoirs en place. Ces derniers ont ainsi, tant dans le domaine public que privé, passé en priorité seconde, la transformation des produits locaux pour servir les populations locales à des prix compétitifs.

3. PRODUIRE ET TRANSFORMER LOCALEMENT POUR AVANCER VERS L’AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE EN AFRIQUE

Macky Sall ne peut donc pas demander à Vladimir Poutine de faire des exceptions pour faciliter les acheminements de céréales, d’engrais et autres produits sans annoncer clairement, la stratégie des dirigeants africains pour la promotion et défiscalisation des importations d’équipements, de technologies et d’industries permettant de transformer localement les produits du sous-sol africain. L’engrais peut être produit en Afrique de manière écologique et permettre une réduction de la dépendance envers la Russie.  Les céréales locales comme l’igname, la patate douce, la banane plantain, etc. peuvent être utilisées pour offrir des farines nobles et se substituer au blé importé ou autres céréales importées.

Si Vladimir Poutine peut dans l’urgence « entendre » l’appel de l’Afrique pour obtenir une priorité et une exception dans l’acheminement de certains produits en provenant de la Fédération de Russie et d’Ukraine, notamment via les « territoires dits indépendants » et occupés de fait par la Russie, Macky Sall gagnerait aussi à exposer aux Africains un plan sur cinq ans de l’Union africaine sur l’import-substitution des principaux produits importés de Russie et d’Ukraine. Il n’est pas normal que ces importations ne soient même pas consommées dans le pays africain concerné, mais soient réexportés vers des pays voisins… La fermeture des frontières du Nigéria au sein de l’espace des 15 pays de la CEDEAO, il y a quelques mois ne doit pas disparaître des mémoires et peut mieux se comprendre… Alors qui sont ces opérateurs proches des pouvoirs africains qui profitaient de ces importations, neutralisant par la même occasion, le développement local et de proximité ? La sécurité alimentaire en Afrique et l’autosuffisance alimentaire, ne doivent pas servir de justification aux dirigeants africains pour aller quémander des aides internationales de céréales, même si en situation d’urgence, cela peut se comprendre.

4. FAIRE ÉVOLUER LES INSTRUMENTS DE PAIEMENT ENTRE L’AFRIQUE ET LA RUSSIE : VERS LES TECHNOLOGIES DU « BLOCKCHAIN » ET LES « CRYPTOACTIFS »

Par ailleurs, un accord doit pouvoir intervenir pour permettre de payer en Rouble, ou en des cryptoactifs et cryptomonnaies acceptées dans un cadre échappant au contrôle des puissances qui ont bloqué l’Afrique dans la dépendance. A ce titre, un transfert de savoir-faire dans les infrastructures énergétiques, militaires et de maîtrise des technologies du Blockchain de la Russie vers l’Afrique serait un apport non négligeable pour un saut qualitatif de l’Afrique vers son « non-alignement » du monde occidental, mais aussi des autres puissances émergentes.

La prise de conscience des enjeux mondiaux et leurs conséquences négatives sur les populations africaines risque de faire perdre le pouvoir à de nombreux dirigeants africains qui continuent à gérer dans la non-transparence les comptes publics, empêchant les oppositions constructives, notamment celle de la Diaspora africaine, de contribuer sans passer par la case des allégeances politiques aux pouvoirs en place.

Peut-être qu’à la différence des autorités chinoises qui traitent allégrement et ne font aucune différence entre les régimes corrompus, liberticides en Afrique, l’approche de la Russie pourrait s’avérer déterminante dans le saut qualitatif sur les instruments de paiement et de compensation entre les Etats africains qui ne souhaitent plus obtenir l’autorisation du monde occidental et ses organisations et institutions multilatérales et bilatérales pour choisir un partenaire commercial.

La requête de Macky Sall, au nom des dirigeants africains, pour faciliter les approvisionnements en provenance de Russie et d’Ukraine vers l’Afrique risque de se terminer par une priorité accrue pour les pays africains proches de la Fédération de Russie, surtout si les paiements et compensations reposent sur des arrangements avec une « monnaie marchandise digitalisée ». En effet certaines matières premières africaines risquent de connaître une évolution intéressante avec la digitalisation et la surveillance par les pairs au sein de la technologie des « blockchains ». La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations qui offre de hauts standards de transparence et de sécurité justement parce qu’elle fonctionne sans organe central de contrôle. Il s’agit pour des utilisateurs avertis, qui se sont organisés et connectés en réseau fermé ou ouvert, de partager des données sans intermédiaire, sans interférence d’anciennes puissances coloniales.

Macky Sall et Vladimir Poutine se rencontrent à Sotchi ce 3 juin 2022 (archive)

5. LE NON-ALIGNEMENT : LA FIN DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE ET LES PRESSIONS DE CERTAINS DIRIGEANTS OCCIDENTAUX ?

Alors, si la voie du non-alignement évolue en une stratégie d’indépendance collective des pays africains, alors oui, Macky Sall au nom de l’Union africaine, aura posé les jalons de la fin de la servitude volontaire pour l’Afrique. Le chemin sera long et semé d’embuches. Mais, les sanctions politiques occidentales envers la Russie risquent d’augmenter la dépendance du monde occidental envers les matières premières africaines. Dans un monde en compétition, les dirigeants africains ne peuvent plus fournir, à des prix bradés, les richesses africaines à des pays qui ont comme politiques étrangères, l’agression systématique et le changement du droit international en fonction de leurs intérêts particuliers.
Dans cette histoire, le Peuple africain, parfois naïf, sur les enjeux mondiaux, devra se réveiller dès lors qu’il va falloir choisir entre manger un pain avec la farine de blé importé, ou un pain avec la farine d’igname et/ou de patate douce africaine.

Lorsque le président en exercice de l’Union africaine se rendra au Ghana pour les besoins du sommet de la CEDEAO où le président ukrainien prendra part, il devrait faire goûter le pain à partir des céréales africaines au Président Volodymyr Zelenskyy. Il n’est pas question pour l’Afrique de se retrouver à brader son droit au non-alignement sur des décisions stratégiques de l’Ukraine de s’aligner sur le monde occidental.

6. LA LOI AMÉRICAINE HR 7311 PRIME-T-ELLE SUR LE DROIT INTERNATIONAL ET LES INTÉRÊTS AFRICAINS ?

Néanmoins, des menaces claires risquent de voir le jour dans les mois à venir avec l’institutionnalisation par les Etats-Unis de la Loi américaine HR 7311 du 27 avril 2022 et portant pour ce qui a été non-classifié à savoir : « la lutte contre les activités malignes de la Russie en Afrique ». Il y est question d’évaluer régulièrement l’influence et les activités de la Fédération de Russie en Afrique qui iraient contre les objectifs et intérêts des Etats-Unis en Afrique.

Autrement dit, les pays africains qui bénéficieraient des soutiens russes pourraient être considérés comme allant à l’encontre des intérêts américains, et voir ce qui reste de l’aide américaine en Afrique suspendu. Pire, les Etats-Unis pourraient unilatéralement déclarer que la Fédération de Russie et les gouvernements africains et leurs agents ou alliés sont à classer parmi des « malfaiteurs », voire des criminels ou mêmes des terroristes pour avoir fait jouer la concurrence et défendu le non-alignement.

Macky Sall gagnerait à clarifier ce point de toute urgence et à rendre publique la position africaine. Le plus tôt serait le mieux. YEA.

Dr. Yves Ekoué AMAÏZO

Directeur Afrocentricity Think Tank

3 juin 2022

© Afrocentricity Think Tank

Lire aussi :  https://www.dw.com/fr/macky-sall-en-russie-pour-parler-avec-vladimir-poutine/a-62002563  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone