François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

220 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 janv. 2022

Togo: La trêve des légitimateurs

L’opposition politique au Togo peine à se départir de l’incompétence et la stérilité de son action ou son inaction, face à la dictature des Gnassingbé qui, de père en fils, se maintiennent au pouvoir depuis 55 ans. J-B Komi de « Révolution togolaise/Le Tour de Garde », fustige ces comportements. Il propose de réfléchir sur une possibilité d’union. Question : peut-on faire du neuf avec du vieux ?

François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La trêve des légitimateurs

Jean-Baptiste Komi, capture d'écran 2021-01-04-19:17

« L'expérience est une lanterne attachée dans le dos, qui n'éclaire que le chemin parcouru »

Confucius

Un acteur politique réclame une trêve aux manifestations d'humeur du peuple sur les réseaux sociaux. Cet accompagnateur stipendié de la dictature au Togo exige la trêve sans questionner l'origine du trouble. Sans blague !

Cynique M. Gogué fait de l'argument controuvé des « débordements » sur la toile l'origine des maux qui minent le Togo. Exit l'accablante inanité des manquements de l'opposition. Il s'exonère à bon compte des questions essentielles. Le peuple ne fait-il pas simplement le bilan des trente années de désastres que les leaders de l'opposition n'ont jamais voulu conduire ? Ne pointe-t-il pas justement la responsabilité des hommes qui ont fait profession de le représenter et qui ne lui ont apporté que trahison, ruine et désolation ?

Ce peuple fatigué de discours politiques lénifiants souhaite juste donner congé à leurs auteurs afin qu'un autre soleil se lève sur sa destinée de nation. Il s'agit d'une manifestation normale de ceux à qui vous devez des comptes. Le peuple n'est en rien responsable du délitement de la lutte contre la dictature. Le responsable est l'opposition castratrice qui par ses reculades et sa proverbiale compromission a ouvert le champ à l'ignominie d'une gouvernance sanguinaire. Le tribunal de l'histoire saura s'en rappeler.

Le peuple vous accorde volontiers la retraite M. Gogué, jamais la trêve. Somme toute, la trêve n'est que l'épilogue de la forfaiture que M. Gogué a contribué activement à commettre contre le peuple le 20 février 2020.

J'avais tracé le cheminement habituel de l'imposture électoraliste et mis au jour les étapes qui conduisent l'opposition togolaise à avaliser le crime et à proposer au peuple spolié de tourner la page. Le 15 décembre 2020 Révolution Togolaise / Le Tour de Garde : La Mort vous va si bien, j'écrivais ces lignes : « bonnes grâces de Paris tout va bien. C'est sur cette appartenance qu'il faut porter le regard et les coups du peuple.

Leur mission c'est trahir le peuple au profit de Paris. Depuis le discours de La Baule, c'est le rôle assigné aux oppositions factices des pays du pré carré dans le cadre conceptuel d'un multipartisme pléthorique pour une démocratie factice. L'objectif étant de fragmenter les pays africains pour la domination et le pillage.

Les peuples subjugués par la nouveauté n'ont pas vu le piège. Les leaders se sont multipliés à la tête de partis non viables, sans contenu idéologique, sans assise populaire, sans base électorale et presque toujours sans moyens. Le maître-mot devient l'alternance, de préférence avec l'appui de la France. L'alternative à une politique de maître à esclave n'est même pas envisagée. Vous chercherez en vain un parti politique qui a fait de la rupture des accords coloniaux l'idéologie de conquête du pouvoir. De même trouve-t-on rarement des regroupements qui bâtissent leur croissance sur la formation politique des militants. Il s'agit là pourtant d'une fonction essentielle des partis politiques.

Le parti politique au Togo est un centre de profit au bénéfice exclusif de son leader servi par des militants fanatisés et politiquement analphabètes. Le phénomène sectaire n'est pas loin. La violence verbale et les vaines rodomontades font office de discours politiques et de programmes de société. Demandez l'idéologie de ces partis et vous serez surpris qu'elle ne se résume qu'à la pensée du chef. Le programme ? vacuité et inconsistance. Pas un mot sur la monnaie, les bases militaires, les accords et contrats léonins qui asservissent le peuple. Le gourou cherche-t-il à conquérir le pouvoir et à l'exercer ? Il est permis d'en douter. Une cogestion occulte basée sur la cooptation est préférée à une réelle démocratie électorale. Le deal consiste à faire écran à toute opposition sérieuse contre de substantiels revenus. L'esbroufe, la compromission et le culte de la personnalité sont portés au pinacle de l'expression politique.

Le peuple, las de se faire berner sait qu'il ne doit plus confier sa destinée à des hommes politiques aussi médiocres. Il attend le discours de vérité qui lui parlera de Lui et de Sa liberté. Il a prouvé son goût inextinguible de la liberté et a fait si souvent l'amère expérience de la trahison de leaders défaillants. Les rares, de l'étoffe de Sylvanus Olympio, sont étouffés par la dictature avec le concours de l'opposition participationniste.

On feint de s'étonner de la léthargie du peuple qu'on a délibérément renoncé à former politiquement. Abreuvé de la part la plus débilitante des réseaux sociaux, le peuple observe, impavide, les voix qui s'élèvent pour porter sa souffrance et défendre son honneur s'éteindre dans des geôles assassines.

À présent, ce peuple sait bien discerner les vraies étoiles dans l'obscurité de sa souffrance. Il attend l'heure d'une union réelle pour son affranchissement sous la forme d'un sommet tripartite entre la DMK, le PNP et le CAR. L'union mort-née des lampions et des loupiotes autour de l'ANC n'a pour seul horizon que la conquête pour elle-même de strapontins de sénateurs. L'heure n'est plus aux sordides comptes d'apothicaires véreux.

Jean-Baptiste Komi

Révolution togolaise / Le Tour de Garde  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire