François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

224 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2022

AFRICANOPHILIE : Une réponse à la « Poutinophilie » ou à la « Macroniphilie » ?

La « poutinophilie 1. 2. » : concept promu par les Occidentaux qui organise la bipolarisation de la lutte des Africains pour le retour à leur souveraineté. Au Mali, les résultats mitigés, voire l’échec sur le terrain, durant plus de 8 ans des opérations militaires françaises contre les terroristes-djihadistes, ont amené les dirigeants de la transition à rechercher des solutions alternatives.

François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Africanophilie: Une réponse a la «Poutinophilie» ou a la «Macroniphilie»...

SOMMAIRE 

  • LA « POUTINOPHILIE » OU FAIRE OUBLIER LA DEFENSE DES INTERETS DES AFRICAINS PAR DES DIRIGEANTS AFRICAINS
  • LES NOUVELLES AUTORITES DU MALI : NE PLUS DEFENDRE EN PRIORITE LA POSITION DES DIRIGEANTS NON AFRICAINS
  • BESOIN DE NETTOYER L’HUMILIATION DES DIRIGEANTS OCCIDENTAUX ENVERS LES AFRICAINS
  • « HOLLANDOPHILIE » OU « MACRONIPHILIE » EN AFRIQUE : UN VIOL DE L'IMAGINAIRE AFRICAIN
  • ATTENTION AUX REVENCHARDS VIA DES AFRICAINS ALIMENTAIRES
  • POUTINOPHILIE : C’EST RETARDER L’EMERGENCE DE LA SOUVERAINETÉ EN AFRIQUE

LA « POUTINOPHILIE » OU FAIRE OUBLIER LA DEFENSE DES INTERETS DES AFRICAINS PAR DES DIRIGEANTS AFRICAINS

La guerre civile entre l’Etat ukrainien et les régions séparatistes russophones d’Ukraine, depuis plus de huit (8) ans, a pris de nouvelles tournures dramatiques du fait du non-respect par les Occidentaux, organisés au sein de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), de respecter leur engagement avec la fédération de Russie.

L’Occident a choisi unilatéralement de s’élargir à l’est contrairement aux promesses et accords internationaux signés. La réalité mal informée est qu’il y a eu en Ukraine de la part des autorités occidentales, des installations de mini-bases militaires, d’armes de destruction massives biologiques et des opérations militaires conjointes considérées comme des menaces pour la Russie.

Mais il y a eu aussi le détournement des ventes d’hydrocarbures russes à l’Ukraine (pétrole, gaz) mais aussi d’autres produits comme les métaux rares, alors que ces échanges étaient destinés principalement au Peuple ukrainien, ce à des prix extrêmement bas, une forme de subvention dont personne ne parle.

Le détournement par certains dirigeants ukrainiens des hydrocarbures russes, vendus à des conditions, défiant toute concurrence, vers les pays occidentaux avec des substantielles marges ne peuvent pas être occultées dans les explications à donner à la volonté de Vladimir Poutine d’aller à la confrontation avec l’Occident.

Les mêmes occidentaux ont lâché l’Ukraine en refusant son adhésion à l’Union européenne et à l’OTAN.

Les mêmes occidentaux ont refusé de combattre et voir l’un des leurs mourir pour le Peuple ukrainien. Cela n’a d’ailleurs par échappé aux dirigeants ukrainiens qui l’ont fait remarquer et sont en train de revoir leur stratégie pour trouver un accord avec la Russie.

Mais ce sont ces mêmes dirigeants des pays occidentaux qui se sont empressés de financer avec les impôts du Peuple occidental, des armes pour soutenir l’armée ukrainienne. Personne n’a dit alors qu’une partie des russophones dans les territoires indépendants en Ukraine souffraient d’une quelconque « poutinophilie ».

Ce concept occidental de « poutinophilie » a pour objet de d’évacuer le fond du problème, à savoir la défense des intérêts des Africains par des dirigeants africains conscients des enjeux mondiaux, et patriotes au service de leur Peuple.

LES NOUVELLES AUTORITES DU MALI : NE PLUS DEFENDRE EN PRIORITE LA POSITION DES DIRIGEANTS NON AFRICAINS

En Afrique et au Mali en particulier, la France n’a pas jugé nécessaire d’envoyer des armes pour soutenir les Forces armées maliennes (FAMa) que ce soit les président français, François Hollande ou Emmanuel Macron. Alors face à une forme d’échec doublée d’une désinformation sur la réalité des combats contre le terrorisme-djihadiste sur le terrain, et des spéculations sur une volonté néocoloniale d’accéder à d’importantes richesses du sous-sol minier malien et des pays environnants, les nouvelles autorités du Mali issues de deux coups d’Etat ont choisi de défendre, en priorité, la position du Peuple malien et non plus celle des pays non Africains.

Pour ce faire, il fallait d’abord trouver une solution pour retrouver une souveraineté territoriale en ayant accès aux images satellitaires « vraies » sur le potentiel minier du Mali, et identifier les espaces contrôlés par les djihadistes-terroristes. Le partenaire choisi fut les autorités russes, qui comme tous les pays y compris la France, utilisent toutes les formes modernes de personnel militaire (public, privé, mercenaires, barbouzes, agents doubles, déclarés ou pas) pour opérer sur le terrain.

BESOIN DE NETTOYER L’HUMILIATION DES DIRIGEANTS OCCIDENTAUX ENVERS LES AFRICAINS

Aussi, lorsqu’une partie patriote des Africains finit par comprendre les enjeux de la souveraineté militaire, économique et minière de leur pays, et face à des humiliations répétées par le fait que l’Occident ne veut pas d’eux, ou plutôt ne choisit que les migrants qualifiés et rejette et renvoie les autres, c’est un besoin urgent de nettoyer cette humiliation qui a parcouru les esprits des Africains éclairés. Il n’y a donc pas de sentiment de rejet de l’Occident, surtout si l’on se réfère aux périodes de férocité blanche au cours des périodes coloniales et postcoloniales, mais bien un sentiment profond de refondation d’une Afrique indépendante et souveraine.

Mais, la transition malienne et celle des pays qui se sont engagées sur la voie de la refondation de leur souveraineté nationale et menant à une mutation de l’Afrique, ont besoin de partenaires fiables, sincères, non hypocrites. Ces nouveaux partenaires doivent surtout accepter, en contrepartie des objectifs et projets de type « gagnant-gagnant », d’être payés avec les moyens dont dispose l’Afrique.

Il s’agit des richesses minières et des paiements sous forme de compensations, ce qui limite les risques de change imposés par l’obligation de la convertibilité du Franc CFA contrôlé par le Trésor français, et permet surtout des échanges basés sur des formes de paiement par un système de compensation, moins usurier en comparaison du système des conditionnalités imposées par le monde occidental et les agences de Bretton-Woods et ses courroies de transmission en Afrique.

Alors, la « poutinophilie » n’existe pas, en dehors que quelques activistes qui oublient de défendre d’abord les intérêts du Peuple africain.

« HOLLANDOPHILIE » OU « MACRONIPHILIE » EN AFRIQUE : UN VIOL DE L’IMAGINAIRE AFRICAIN

Demain, le partenariat « gagnant-gagnant » va impliquer les pays comme la Chine, l’Inde, la Turquie et de nombreux pays arabes du Golfe. Est-ce que l’on va parler alors de « Xi Jinpingnophilie » ou alors de « chinophilie » en Afrique ?

Mais au demeurant, avec les résultats mitigés de la France au Sahel qui ne font pas oublier que c’est un certain Nicolas Sarkozy, ex-président français, qui a fait l’erreur stratégique de déstabiliser la Libye sur la base de l’utilisation abusive d’une décision du conseil de sécurité des Nations Unies, puis par vagues successives, l’ensemble du Sahel, se tirant ainsi une ou plusieurs balles dans les pieds de la France, compte tenu des retombées en termes de coûts négatifs (militaires, financiers, médiatiques) pour le Peuple français.

Alors soyons sérieux ! Qui a osé parler de « Hollandophilie » ou de « Macroniphilie » lorsque la France accumulait des succès au Mali ? Personne !!! Pourtant la position des Africains, le Peuple malien qui est sorti dans la rue massivement pour soutenir les nouvelles autorités maliennes apparaît comme une réponse à la « Macroniphilie ».

ATTENTION AUX REVENCHARDS VIA DES AFRICAINS ALIMENTAIRES

L’Afrique a toujours été indépendante en esprit et n’a agressé personne au cours de son histoire. Les Africains n’ont mis aucun peuple en esclavage avec un Code Noir dont certains dirigeants sont des descendants directs au sein de la Françafrique et ses vestiges déliquescents.

Au contraire, certains dirigeants africains et de nombreux Africaines et Africains, y compris dans la Diaspora, ont compris que les rapports de force géopolitique, géoéconomique et géostratégique, exigent de nouveaux partenariats stratégiques où l’Afrique gagne et nettoie ses humiliations subies en silence au cours des siècles passés, et des usurpations de matières premières au cours des décennies passées.

Ces partenariats concrets et « gagnants-gagnants » passent par des accords, d’abord aux plans militaires, économiques et médiatiques. Les dirigeants africains qui oublieront de s’assurer que ces trois dimensions sont prises en compte, seront aussi les premières victimes des révisionnistes néocoloniaux qui ne dormiront pas, car préparant, sans se cacher pour certains, leurs « revanches » … Il ne s’agit pas d’une hypothèse d’école, puisqu’au Mali comme ailleurs, il existe des bataillons d’Africains « alimentaires » qui sont prêts à vendre leur propre « grand-mère » pour briller aux yeux des puissances néocoloniales. C’est la « peau noire » cachée sous les « masques blancs » magistralement analysée dès 1962 par Frantz Fanon3. Alors attention aux formes de consensus mous des dirigeants africains, sources de confusions et de non-transparence et bien-sûr de corruption !

POUTINOPHILIE : C’EST RETARDER L’EMERGENCE DE LA SOUVERAINETÉ EN AFRIQUE

La « poutinophilie » est un concept trompeur qui tente de faire oublier les enjeux de rapports de forces, d’alliances et de souveraineté, indispensables pour la refondation de l’Afrique et du Mali en particulier. L’attirance pour la personne ou les formes autocratiques du leadership de Vladimir Poutine est un faux-débat. L’essentiel est qu’au cours du partenariat « gagnant-gagnant » avec l’Etat russe, les résultats attendus soient au rendez-vous. Il est vrai que ces résultats s’ils sont probants, remettraient en cause l’urgence de continuer à s’associer à ceux qui retardent les Africains et l’Afrique dans la reconquête de leur souveraineté et leur indépendance. YEA.

3 avril 2022

Dr. Yves Ekoué AMAÏZO

Directeur Afrocentricity Think Tank

© Afrocentricity Think Tank

NOTES

  1. Topana, E. (2022). « Les raisons de la “poutinophilie” en Afrique ». In dw.com/fr.Deutsche Welle. Emission l’Arbre à Palabre du 1 avril 2022. Débat. Accédé le 2 avril 2022. Voir  https://www.dw.com/fr/les-raisons-de-la-poutinopilie-en-afrique/av-61320221  ; Durée de l’audio : 38.30 mn 
  2. Kane, C. (2022). « Guerre en Ukraine : « La poutinophilie d’une partie des Africains relève d’abord d’un rejet de l’Occident ». Propos de Paul-Simon Handy sur le positionnement des Etats africains et des opinions publiques vis-à-vis de Moscou et de sa guerre en Ukraine. In lemonde.fr. 9 mars 2022. Accédé le 2 avril 2022. Voir https://www.lemonde.fr/afrique/article/2022/03/09/guerre-en-ukraine-la-poutinophilie-d-une-partie-des-africains-releve-d-abord-d-un-rejet-de-l-occident_6116806_3212.html  
  3. Fanon, F. (1962). “Peau noire, masques blancs ». Réédition 1975. Editions Points : Paris. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum