François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

231 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 nov. 2021

François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

Togo Libérer les prisonniers politiques remobiliser l’opposition démocratique à terre

Le Pr Ayayi Togoata APEDO-AMAH, dénonce les querelles picrocholines de l'opposition politique togolaise dont le jeu stérile est contreproductif pour la défense des intérêts du peuple togolais qui subit de plein fouet une crise sociale très dure. Il suggère de fédérer les énergies dans une lutte commune pour la libération des nombreux prisonniers politiques qui peuplent les prisons du Togo.

François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La libération des prisonniers politiques pour remobiliser une opposition démocratique par terre

Le Professeur Ayayi Togoata Apedo-Amah

Trop, c'est trop. L'exercice de tout engagement politique contre le régime des Gnassingbé est devenu un véritable calvaire tant la répression est impitoyable.

Après le chef de parti Djimon Oré, vient le tour de Jean-Paul Oumolou, un responsable de la DMK, d'être embastillé. Dans une démocratie, on ne collectionne pas les prisonniers politiques qu'on exhibe comme des trophées ou des prises de guerre. Seuls les terroristes connaissent des privations de liberté. Tant que la justice sera à la botte du pouvoir usurpé, aucune décision de justice concernant un procès politique ne peut être crédible.

Si le pouvoir illégitime peut se permettre ces enlèvements d'opposants sans crainte de toute riposte politique, c'est le fait de la décomposition de cette frange de l'opposition qui a choisi délibérément et en toute irresponsabilité de s'autodétruire dans une guéguerre picrocholine. Cette bataille de chiffonniers dont on se demande si ce n'est pas le pouvoir qui en tire les ficelles, est un crime, une trahison vis-à-vis de la lutte de libération du peuple togolais. Les Togolais n'ont pas adhéré à ces partis pour qu'ils détruisent l'opposition démocratique, mais pour chasser la dictature militaire. Ce faisant, ils ont trahi leurs propres militants.

Au vu de la liste des prisonniers politiques qui s'étend et qui est une menace qui plane sur chaque défenseur de la liberté, il serait temps que les forces démocratiques mettent au pas les trublions en leur sein et relancent une mobilisation générale autour de la libération ici et maintenant sans condition de nos prisonniers politiques.

Tous ceux qui, aveuglés par la haine partisane, suivent des leaders sans honneur dont les arguments du débat politique s'enlisent dans la pornographie, les coups bas sous la ceinture, les calomnies grotesques, l'indignité et la vie privée, doivent se recycler ailleurs dans le domaine des ordures.

Cette opposition-là, dans laquelle les Togolais ne se reconnaissent plus, est devenue un sujet de honte. Comment peut-elle sacrifier ses propres prisonniers politiques au profit de l'autodestruction ? Après la présidentielle volée de février 2020, l'animosité, la jalousie, l'arrogance, les frustrations, le dénigrement systématique et les provocations entre la DMK et l'ANC ont délégitimé les leaders et les états-majors de ces deux camps devenus des ennemis mortels. Et Faure Gnassingbé, l'ont-ils oublié ou en ont-ils fait un démocrate ? La dictature militaire, appartient-elle au passé ? Quel scandale !

Certains partis politiques qui n'appartiennent pas à ces deux camps, au lieu de siffler la fin de la récréation, assistent au triste spectacle avec cynisme et délectation dans l'espoir de ravir le leadership sans combat en vainquant sans péril.

Que l'amour envers les combattants tombés au service du peuple togolais, serve de ralliement aux forces démocratiques pour chasser la dictature militaire !

Ayayi Togoata APEDO-AMAH

5 novembre 2021

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal — International
Lev Ponomarev : « La folie de Poutine progresse à mesure qu’il perd, puisqu’il ne sait pas perdre »
Lev Ponomarev, opposant à Vladimir Poutine, est un défenseur des droits, en exil pour avoir protesté contre l’invasion de l’Ukraine. Il dresse le tableau d’une Russie aussi accablée qu’accablante. Et raconte son expérience de demandeur d’asile en France.
par Antoine Perraud
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart