François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

180 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2021

Perquisition au domicile de Kpatcha Gnassingbé énième traumatisme pour la famille

Le quotidien Liberté relate l’encerclement et le bouclage dès l'aube imposé par les forces de l'ordre le samedi 30 octobre 2021, à plusieurs quartiers de Lomé de la zone de Kégué. Les populations ignorant les réels motifs de cet état de siège de plusieurs heures, soit une énième perquisition du domicile de Kpatcha Gnassingbé, ont subi dans certains cas des brutalités et intimidations.

François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

INOPINEE PERQUISITION AU DOMICILE DE KPATCHA GNASSINGBE

ENIEME TRAUMATISME PSYCHOLOGIQUE POUR LA FAMILLE DU DEPUTE DE LA KOZAH

Kpatcha Gnassingbé

Samedi 30 octobre 2021, de nombreux quartiers de Lomé dans la zone Kégué ont été encerclés dès l'aube par les forces de l'ordre. Les populations n'ont su en réalité ce qui se passait qui leur valait des heures durant cet état de siège avec brutalités et intimidations par endroits.

« J'avais rendez-vous très tôt dans la localité de Massohoin, je fus surpris par le déploiement massif des forces de l'ordre qui m'ont fouillé à chaque étape tout au long du parcours sans que je ne sache ce qui se passait en réalité », a confié un homme.

Une jeune femme surprise et en colère témoigne : « Je devrais aller au marché de Hédzranawoé, mais j'ai dû retourner à la maison ne supportant plus cette brutalité si coutumière chez les militaires togolais ».

Pour perquisitionner chez une seule personne, plusieurs quartiers sont assiégés. Selon les informations, un gendarme a été retrouvé mort à l'arrière-cour du domicile de l'ancien ministre de la défense, Kpatcha Gnassingbé lui-même en prison depuis bientôt 13 ans et hospitalisé depuis plus de 4 mois au pavillon militaire du CHU Tokoin. C'est la mort d'un gendarme qui a valu ce zèle des heures durant traumatisant d'une part les populations et de l'autre, la famille de Kpatcha Gnassingbé.

En effet, des gendarmes sont souvent détachés pour, dit-on, assurer la sécurité des lieux. Selon nos sources, « leur présence n'est pourtant pas indispensable. La plupart du temps, ça cause, ça joue, ça drague. La problématique de se passer de leur service est tout un dilemme dans le contexte particulier où tout est vu comme une insubordination pouvant exposer à une réelle insécurité ». Autrement dit, faut-il se passer de leur service ou ne pas ? Tel est le nœud gordien.

Le 30 octobre, dans la matinée, les forces de l'ordre font irruption au domicile de Kpatcha Gnassingbé pour une perquisition qui a duré près de 08 heures d'horloge. Chaque coin et recoin de la maison a été fouillé. Résultats des fouilles, quelques pétards et des jouets pour enfants emportés.

Pour rappel, Kpatcha Gnassingbé est accusé par le régime togolais d’avoir fomenté un coup d'état et condamné à 20 ans de réclusion criminelle. Mais la Cour de justice de la CEDEAO a battu en brèche le verdict de non droit de la justice dépendante du Togo. De plus, la détention arbitraire est attestée par le groupe de travail des Nations Unies mais le plus célèbre des détenus est toujours aux mains de ses ravisseurs depuis plus de 12 ans dans un état de santé préoccupant. C'est dans ce contexte que le décès de Sambiéni Naouma, Maréchal des logis a été signalé à son domicile. Comment est-il mort ? Aux autorités du pays de trouver les réponses même si la plupart des enquêtes ouvertes, n’ont jamais été fermées ni résolues. Une chose est indéniable, Kpatcha Gnassingbé n'a pas le don d'ubiquité pour se retrouver à son domicile et à son lieu d'hospitalisation au même moment ; au cas où on voudrait lui imputer un meurtre, dans un pays où les montages sont des jeux d'enfants.

Victime collatérale depuis le début de cette histoire digne d'une plaisanterie de mauvais goût, son frère jumeau Toyi Gnassingbé a vu également son domicile encerclé le même jour.

« Pourquoi tant de persécutions ? Qu'est-ce qu'un frère puisse commettre comme faute pour mériter ces traitements ? Le traumatiser sans épargner sa femme, ses enfants et ses proches ? » S'est interrogée, hébétée, une octogénaire commentant l'impressionnant déploiement observé samedi dernier.

En bientôt 13 ans de détention arbitraire, c'est la cinquième perquisition effectuée soit en moyenne une perquisition tous les deux ans. L’Etat du Togo, tout en ratifiant tous les protocoles et traités des Nations Unies, trouve toujours le moyen de rester au-dessus des décisions supra qui s'imposent à lui, comme la libération de Kpatcha Gnassingbé ou son évacuation sanitaire pour des motifs humanitaires pourtant évidents.

K.A.

Liberté

Source : Liberté 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk