François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

246 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2022

François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

Yves Ekoué Amaïzo : hommage au Professeur Nioussérê Kalala OMOTUNDE

Ceux qui pensent que les mythes africains sont incompatibles avec la « modernité » doivent lire les ouvrages du Pr Nioussérê Kalala OMOTUNDE décédé le 14 novembre à l’âge de 55 ans. Panafricaniste, écrivain, égyptologue, il enseignait à l'institut Africamaat de Paris et avait fondé l'institut d’Histoire Anyjart. Le Dr Yves Ekoué Amaïzo lui rend un vibrant hommage.

François FABREGAT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1
Le Professeur Jean-Philippe Nioussérê Kalala Omotunde

Hommage au Professeur, Nioussérê Kalala OMOTUNDE grand panafricaniste.

Que retenir de ses enseignements sur la Renaissance africaine ?

***

RADIO RADIO AVULETE – KANAL K

Edition spéciale. Samedi 19 novembre 2022

Journaliste : M. Sylvain AMOS.
Thème : Hommage au Feu Professeur Nioussérê Kalala OMOTUNDE, grand panafricaniste. Que retenir de ses enseignements sur la Renaissance africaine ?

Invités et Interview : 

  • Yves Ekoué AMAÏZO, Directeur Général de Afrocentricity Think Tank
  • Mme Akissi NGUESSAN, Membre de la Diaspora Aficaine de Belgique

M. Moïse ESSOH, Militant politique du parti Union des Populations du Cameroun (UPC) – Maniden au Cameroun

***

Sommaire

  • Qu’est-ce qui explique l’émoi international suscité par la disparition brutale de Kalala OMOTUNDÉ ? Vous qui l’avez connu, vos impressions ?
  • Est-ce que Kalala Omotundé peut-être réduit à la fonction de simple activiste ?
  • Pourriez-vous nous rappeler succinctement le parcours professionnel de Kalala Omotundé ?
  • On dit souvent qu’un savant ne meurt jamais. Comment la jeunesse africaine peut-elle perpétuer le rayonnement de l’œuvre scientifique et historique révolutionnaire de Kalala OMOTUNDÉ ?
  • Après cet émoi dans le monde noir, et plus particulièrement dans en Afrique et aux Antilles suite à la mort du Professeur Kalala Omotundé, pensez-vous que cela peut conduire les Panafricains à mieux s’organiser et à se soutenir face à l’impérialisme ?
  • Pourriez-vous nous éclairer sur ce mot « Kamite » ? De quoi parle-t-on exactement ?
  • Que faut-il retenir du Professeur Kalala Omotundé ?
  • Votre mot de fin, Dr. Amaïzo ?

***

Sylvain AMOS : Qu’est-ce qui explique l’émoi international suscité par la disparition brutale de Kalala OMOTUNDÉ ? Vous qui l’avez connu, vos impressions ?

Yves Ekoué AMAÏZO : Merci pour l’invitation. Permettez-moi d’abord de m’incliner devant la mémoire et l’esprit de Nioussérê Kalala Omotundé, un combattant hors pair contre l’usurpation de l’imaginaire, de l’histoire, de la vérité et de la justice envers le Peuple noir. Il est officiellement décédé à 55 ans le 14 novembre 2022 à 11h18 mn suite à une crise cardiaque. Toutefois, nous sommes nombreux à souhaiter et attendre les résultats de l’autopsie du corps pour s’assurer qu’il n’a pas été victime, comme les tous les grands combattants pour la souveraineté et l’indépendance des peuples noirs, d’une lâche liquidation. De nombreux colloques ensemble à Paris avec la maison d’éditions Menaibuc, ce depuis environ l’an 2000 ont permis de populariser la pensée africaine.

Faut-il rappeler que cette souveraineté et cette indépendance ne servent à rien si cela ne profite pas au mieux-être du Peuple africain, et l’amélioration de son bien-être quotidien !

S’il a renoncé à ses noms d’emprunt en référence à la marque de la violence occidentale sur son identité, les deux prénoms kamites choisis font référence à l’antériorité de la KMT, une civilisation noire qui a fait la promotion systématique de la paix.

En effet, Nioussérê fait référence à l’Egypte ancestrale comme le berceau de la connaissance et du savoir alors que Kalala rappelle l’arbre à palabre à savoir l’institution traditionnelle de résolution des conflits au Congo. La pensée et les valeurs africaines reposent sur le « vivre ensemble en paix ».

Kalala Omotundé était donc bien un homme de paix, contrairement à l’énergie débordante dont il faisait preuve lors de ses interventions musclées pour convaincre l’autre pour l’extirper de l’aliénation culturelle imposée de l’extérieur. Ce pacifiste rejetait le racisme et la violence sous toutes ses formes et était ouvert au débat sur les valeurs culturelles et cultuelles des tenants des cultures qui ont réduit les Noirs à de la marchandise commercialisable, parfois au nom d’un Dieu ségrégationniste.

C’est au cours de la transmission de ce savoir qu’il mit en valeur les vérités et mensonges sur le Peuple noir, l’aliénation culturelle et cultuelle qui s’en suivit, et bien sûr les conséquences politiques et économiques que sont l’esclavage, l’exploitation, l’usurpation et la soumission du Peuple noir. En cela, l’UNESCO a reconnu sa compétence et a bénéficié de ce savoir dans le cadre de missions ponctuelles en tant que consultant ou expert.

Illustration 2
Bibliographie du Professeur Nioussérê Kalala OMOTUNDE

S.A : Est-ce que Kalala Omotundé peut-être réduit à la fonction de simple activiste ?

YEA. Non, Plus qu’un activiste d’une cause juste pour le Peuple africain, Kalala Omotundé est un éveilleur de conscience. Kalala Omotundé a « réveillé » autant les Noirs que les Non-Noirs. C’est un démocrate. Il a popularisé des vérités historiques concernant le Peuple noir. L’histoire du Peuple noir remonte à l’origine des temps. Il n’est pas acceptable que ce soit ceux qui ont violé l’imaginaire des Noirs, et qui ont massacré le Peuple noir avec une férocité sans précédent, qui décident non seulement d’écrire l’histoire du Peuple Noir, et qui en profitent pour la travestir.

Comme nous, les Panafricanistes, ne pouvons accepter cela, il n’est pas étonnant qu’Omotundé, le Panafricaniste, se soit opposé à cette injustice, à cette usurpation, à ce mensonge, à ce travestissement de l’évolution du monde sans le Peuple noir.

Comment de grands égyptologues blancs peuvent-ils encore refuser de dire que le grand Pharaon Toutankhamon n’était « pas noir, mais foncé de peau, voire très bronzé ». Mais la vérité que l’archéologie est en train de démontrer c’est que le Pharaon Toutankhamon était bien Noir, un Africain. Alors imaginez que de nombreux écrits dont la Bible ou le Coran ne pourront pas faire l’économie d’oublier la mission et l’apport du Peuple Noir à l’humanité.

S.A : Pourriez-vous nous rappeler succinctement le parcours professionnel de Kalala Omotundé ?

YEA. Diplômé de l’Ecole de publicité de Paris, il a enseigné à l’Institut Africamaat à Paris dont il est le co-fondateur avec René Louis Etilé, Egyptologue, et Salomon Mézépo, Architecte et Fondateur des éditions Menaibuc. Il est membre fondateur de l’Institut d’Histoire Anyjart en Guadeloupe (voir https://www.anyjart.com/institut-dhistoire-anyjart). Kalala Omotundé rappelle à tous les ministres en charge de l’Education et du Savoir en Afrique et dans les pays d’accueil de la Diaspora africaine que nul ne peut ignorer sa propre histoire et passer son temps à aller apprendre celle des autres. Pire, l’autre « non-Noir » ne peut diffuser sa version de l’histoire du monde en s’assurant que cette vision non-afrocentriciste du monde, ne peut occulter l’histoire du monde fondée sur l’usurpation et la duplicité des autres peuples envers le Peuple noir.

Illustration 3
Bibliographie du Professeur Nioussérê Kalala OMOTUNDE

S.A : On dit souvent qu’un savant ne meurt jamais. Comment la jeunesse africaine peut-elle perpétuer le rayonnement de l’œuvre scientifique et historique révolutionnaire de Kalala OMOTUNDÉ ?

YEA. Kalala Omotundé n’était pas un homme, mais un esprit incarné, puis désincarné pour rejoindre ceux qui l’ont envoyé en mission : le Dieu créateur et les ancêtres africains. A ce titre, les morts ne sont pas morts pour le Peuple noir.

Nioussérê Kalala Omotundé est d’abord un homme de la connaissance qui travaillait sans relâche pour diffuser son savoir au plus grand nombre. Enseignant-chercheur, c’était un écrivain (voir https://a-free-can.com/Livres-OMOTUNDE) et un conférencier de talent qui ne manquait aucune occasion de rappeler le rôle historique et précurseur du Peuple noir, au point de le rappeler dans un livre, les « racines africaines de la civilisation européenne », publié aux Editions Menaibuc (www.menaibuc.com).

Pour faire court, le Noir sait d’où il vient. C’est plutôt le Blanc en tant qu’humain qui ne sait pas d’où il vient, à moins de reconnaître qu’un Blanc est d’abord un Noir. Le discours eurocentriste ou occidento-centriste doit rejoindre les musées archéologiques du Peuple noir. Ce n’est pas tant le manichéisme blanc-noir qui est en cause, mais bien l’opposition du bien et du mal.

Malheureusement, au cours des siècles, les valeurs fondant l’unicité du Peuple Noir, à savoir les principes de la Maât, à savoir en autres, la vérité, la justice, la solidarité, la rectitude et la dignité se sont perdus. C’est ainsi qu’Omotundé s’est assigné comme mission sur la terre de contribuer à l’instauration de la discipline manquante dans le circuit de formation du Peuple noir : Les Humanités classiques africaines où l’accent est mis sur l’histoire glorieuse du Peuple noir, notamment en Egypte ancestrale avec les Pharaons noirs. Les Humanités classiques kamites désignent les Antiquités négro-africaines pharaoniques couvrant les régions de la Nubie et de l’Egypte ancestrale. C’est le Professeur Cheikh Anta Diop qui le premier a conçu et promu le concept d’« Antiquités classiques africaines ».

S.A : Après cet émoi dans le monde noir, et plus particulièrement dans en Afrique et aux Antilles suite à la mort du Professeur Kalala Omotundé, pensez-vous que cela peut conduire les Panafricains à mieux s’organiser et à se soutenir face à l’impérialisme ?

YEA. Les Panafricains sont organisés. Ce qu’il faut dire, c’est que ceux qui sont « possédés » par les esprits d’Ifset, à savoir l’injustice, le désordre, le dévoiement, le mal, le chaos, ne dorment pas. La vigilance et la sécurité individuelles et collectives devront redevenir une priorité pour les Panafricanistes. L’impérialisme n’est qu’une fonction de l’injustice, de l’usurpation, de la prédation et de l’insécurité. Autrement dit, l’impérialisme est une fonction d’Ifset et de la falsification. Cela ne peut que s’opposer aux Peuples – noirs et non-noirs- qui ont pour mission de promouvoir les valeurs du Bien et de la Maât, principalement la vérité, la justice, la solidarité, l’ordre, l’équilibre du monde, l’équité, la paix et la dignité humaine pour tous.

En pratique, cela passe par l’exemplarité, ce qui n’est possible que par la confession négative qui fonde l’innocence. S’en éloigner n’est jamais sans conséquence sur la
réaction du Dieu unique créateur, que ce soit d’une part, aux plans individuel ou collectif, et d’autre part, dans les dimensions stratifiées des mondes du visible et de l’invisible.

De ce fait, les Panafricanistes doivent savoir que l’aliénation culturelle, cultuelle, économique, sociale, politique et environnementale a été mise en lumière et a trouvé un début de neutralisation par l’Enseignant-Chercheur-formateur Kalala Omotundé. Il a pu sensibiliser un grand nombre -noirs comme blancs-, et plus particulièrement la jeunesse, grâce à la diffusion de son savoir et ses connaissances via les réseaux sociaux, roulant ainsi dans la farine de manioc, les médias officiels et les télévisions de propagande.

S.A : Pourriez-vous nous éclairer sur ce mot « Kamite » ? De quoi parle-t-on exactement ?

YEA. Je rappelle que le terme Kamite ou Kémite fait référence aux Egyptiens de l’Afrique ancestrale, qui se désignaient par le terme « KMT » dit « Kamit » ou « Kemet » et qui signifie noir ou nègre sans péjoration. Les KMT ou Kamites nommaient leur pays KEMT ou KEMET, le pays des Noirs ou le pays noir. Avec la prise de conscience sur l’aliénation culturelle imposée aux Noirs, les Africains et afrodescendants, partout dans la Diaspora, prennent de plus en plus conscience leur véritable histoire qui leur a été soigneusement travestie et/ou cachée pendant très longtemps.

Aujourd’hui, le terme Kamite est un courant de pensée fondée sur l’afrocentricité où la population noire et les valeurs africaines héritées de la Maât sont replacées au centre de analyses et des prises de décision, mais aussi des positionnements politiques, sociaux, économiques, culturels, cultuels et environnementaux. Il va de soi que ce Panafricanisme afrocentrique entre souvent en contradiction de celui des agents politiques qui dirigent l’Afrique, dès lors que le mandat reçu du Peuple africain est usurpé.

La civilisation KMT est bien la première de l’histoire de l’humanité où l’écriture, les arts, les mathématiques, les premières techniques agraires, la métallurgie, l’architecture, le système des lois, le système d’organisation politique, la philosophie, etc. ont été inventés, n’en déplaise à certains falsificateurs de l’Histoire du Peuple noir.

S.A : Que faut-il retenir du Professeur Kalala Omotundé ?

YEA. Trop de choses, tellement il était dense, persuasif et combattant. Il faut retenir qu’il faut combattre comme lui l’Ifset, c’est-à-dire le Mal sous toutes ses déclinaisons. Mais, Kalala Omotundé, comme tous les patriotes panafricanistes, a rappelé l’urgence de réintroduire dans l’histoire africaine, l’Egypte noire pharaonique et l’existence des « Kamites/Kémites » afin de transmettre en filigrane les valeurs et la dignité africaine comme objet de l’Humanité. En ce faisant, il a contribué à lutter contre la marginalisation et l’exclusion systématique du Peuple noir de l’humanité.

Professeur Kalala Omotundé a aussi rappelé qu’il y a parmi ce Peuple noir des traîtres qui ont choisi, souvent pour des miettes alimentaires, de servir de courroies de transmission pour certains Sémites suprémacistes -ésotériques ou pas- en mal d’identité.

Les Panafricains devront donc aussi s’en méfier et organiser la sécurité et un réseau d’intelligence. Il y va de l’avenir de la palabre panafricaine au service du bien-être des populations et de la souveraineté et l’indépendance qui doit en découler.

Illustration 4
Bibliographie du Professeur Nioussérê Kalala OMOTUNDE

S.A : Votre mot de fin, Dr. Amaïzo ?

YEA. Le Dieu créateur unique des Africains ne peut qu’avoir confié cet « ancêtre angélisé » rang auquel a été vraisemblablement promu Kalala Omotundé, une autre mission, celle de veiller sur toutes et tous ceux qui ont pour mission de revaloriser la culture et les valeurs kamites.

Le Professeur Cheik Anta Diop a démontré scientifiquement, et sans contradiction à ce jour, que l’Egypte ancestrale des Pharaons noirs est bel et bien d’origine négro-africaine. Il suffit de relire ses deux ouvrages fondamentaux que sont « Nations nègres et cultures, tome 1 et tome 2 » et « Antériorité des civilisations nègres » pour se convaincre de l’ampleur de la falsification de l’histoire du Peuple noir par certains Non-Noirs. Il n’y a donc aucune usurpation ou falsification historique que le Peuple Noir soit appelé « les Kamites ».

Aussi, chaque panafricaine ou panafricain doit redoubler de vigilance en réajustant son logiciel culturel et cultuel en parvenant – individuellement et collectivement- à « penser par nous-même et pour nous-mêmes. En nous quittant prématurément, Kalala Omotundé le Kamite nous force discrètement à « re-penser » notre relation au monde visible et invisible en vue d’une Renaissance des valeurs et du Peuple africain.

La pratique de la solidarité entre les Africains et les personnes d’ascendance africaine, où qu’ils soient dans le monde, indépendamment de leurs origines ethniques, leurs appartenances religieuses, ou leurs apparences physiques, doit reprendre le dessus. En cela, la mémoire du Professeur Kalala Omotundé, ce digne fils, esprit et ancêtre de l’Afrique de la Vérité, de la Justice, et de la solidarité, aura été honoré. YEA.

19 novembre 2022

©Afrocentricity Think Tank

www.afrocentricity.info

Podcast: Play in new window | Download (Duration: 1:09:11 — 158.3MB)

Bibliographie du Professeur Nioussérê Kalala OMOTUNDE

Omotunde N. K., L'origine négro-africaine du savoir grec, Menaibuc, avril 2004, ISBN 2911372174

Omotunde N. K., La traite négrière européenne : vérité & mensonges, 171 p., Menaibuc, avril 2004, ISBN 2911372433

Omotunde N. K., Les racines africaines de la civilisation européenne, Menaibuc, octobre 2004, ISBN 291137228X

Omotunde N. K., Discours afrocentriste sur l'aliénation culturelle, Menaibuc, mars 2006, ISBN 2911372883

Omotunde N. K., Manuel d'études des humanités classiques africaines ; 88 p., Menaibuc, février 2007, ISBN 2353490115

Omotunde N. K., Histoire de l'esclavage : critique du discours eurocentriste, Menaibuc, avril 2008, ISBN 2353490433

Omotunde N. K., Hymnes et prières Kamits ; Menaibuc, septembre 2009, ISBN : 2353491162

Omotunde N. K., Qu’est-ce qu’être Kamit (e) ? ; Menaibuc, septembre 2010, ISBN : 2353491510

Omotunde N. K., Cosmogénèse kamite, tome 1 ; 192 p., Anyjart, 20 Juin 2015, ISBN : 979-10-95097-00-6

Omotunde N. K., L'épopée du roi Narmer ; 31 p., (Conte destiné aux enfants), Anyjart, 20 Juin 2015, ISBN-10 : 1095097024 ; ISBN-13 : 978-1095097021

Omotunde N. K., Prières et hymnes de nos ancêtres kamits ; 107 p., Anyjart, 20 Juin 2015, ISBN 13 : 979-10-95097-0-13 

Omotunde N. K., Initiation aux mathématiques africaines pour les enfants de 5 à 15 ans et + ; (Manuel d’initiation pour les enfants), 48 p., Anyjart, 10 août 2015, ISBN : 979-10-95097-04-4

Omotunde N. K., Cosmogénèse kamite, comprendre le grand livre céleste ; tome 2, 152 p., Anyjart, 15 septembre 2015, ISBN : 979-10-95097-05-1

Omotunde N. K., L’Afrique impériale : la thèse coloniale face à la vérité historique ; 124 p., Anyjart, 29 octobre 2015, ISBN : 979-10-95097-06-8

Omotunde N. K., La monnaie au temps des pharaons : une antériorité africaine, 138 p., Anyjart, 1 Janvier 2016, ISBN : 978-2-35682-325-0

Omotunde N. K., Cosmogénèse kamite, le mystère des divinités africaines transmuées en saints chrétiens ; tome 3, 308 p., Anyjart, 1 Juillet 2017, ISBN : 979-10-95097-10-5

Omotunde N. K., Cosmogénèse kamite ; fascicule, voir & comprendre ; 64 p., Anyjart, 1er octobre 2018, ISBN : 979-10-95097-13-6

Omotunde N. K., L’Afrique noire : initiatrice des législateurs de l’antiquité ; 124 p., Anyjart, 6 novembre 2018, ISBN : 979-10-95097-09-9

Omotunde N. K., Cosmogénèse kamite : Les enseignements de Shou, Tefnout, Geb & Nout ; Tome 4, 128 p., Anyjart, 1er janvier 2021, ISBN : 979-10-95097-20-4

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte