La Marche Solidaire pour les Migrants Vintimille-Londres, arrive à Paris ce dimanche

Aggravation probable de la loi Asile et Immigration par le Sénat, affaire de l’Aquarius, changements de la politique italienne d’accueil, un mort de plus à Calais … l’appel à accueillir les marcheurs et marcheuses de la Marche Solidaire Vintimille-Londres prend encore plus de sens.

Ce dimanche 17 juin, en provenance de Villeneuve-Saint-Georges, les marcheuses et marcheurs seront au pont d’Austerlitz à 15h30 et place de la Bastille à 16 h. Ils seront accueillis par des centaines de personnes, citoyens engagés, membres d’associations et collectifs impliqués dans l’aide aux migrants. Le cortège partira ensuite en fanfare à 17 h vers la place de la République, pour de nouvelles prises de parole à partir de 18 h.
L’initiative a le soutien de la Ligue de l’Enseignement, de Réseau Education Sans Frontières, de S.O.S. Racisme, du Parti de Gauche, de nombreuses associations, comme la LDH, la Cimade, Emmaüs-France, et du parrainage des Etats Généraux des Migrations. Des personnalités seront présentes, notamment Lilian Thuram, Eric Coquerel, Cedric Herrou, Rokhaya Diallo, Marie-Christine Vergiat, Karima Delli, Yann Moix, Raphaël Glucksmann,...
Cette initiative vise aussi à montrer le désaccord des participants avec le projet de loi Asile et Immigration, qui passera en première lecture au Sénat à partir du 19 juin.


60 étapes, 1 400 km


La Marche Solidaire Vintimille-Londres est organisée par l’Auberge des Migrants, en lien avec la Roya Citoyenne et Utopia 56. Elle a le parrainage des Etats Généraux des Migrations. La Marche Solidaire est partie le 30 avril de Vintimille. Elle est désormais en Val-de-Marne et continue sa remontée vers le nord. Dans chacune des 45 villes-étapes, l’accueil a été chaleureux. Presque partout, un cortège a pu être organisé, avec une centaine à près de 2 000 personnes (Marseille), pour protester contre le blocage des frontières, contre le « délit de solidarité » et demander un véritable accueil des migrants.
1 200 marcheurs et marcheuses différents ont participé à au moins une étape, et parmi eux des réfugiés ou demandeurs d’asile (Iran, Pakistan, Afghanistan, Tchad…), ainsi que des citoyens de Suisse, Belgique, Espagne, Mexique, U.S.A., Grande-Bretagne….
Trois « comités d’accueil » du Front National se sont manifestés, aux Arcs-Draguignan, à Orange et à Bray-sur-Seine, sans incidents.
Dans la plupart des villes-étapes, les cortèges ont été autorisés, sauf à Lyon, Tarascon, Langres, Le Luc (83). La Marche Solidaire avait dû modifier son itinéraire du fait de réactions hostiles de certains maires, notamment Fontainebleau et Montereau. A l’inverse, certaines municipalités les ont officiellement accueillis, notamment à Martigues, Varennes, Villeneuve-Saint-Georges…
La Marche Solidaire repartira le jeudi 21 juin de la porte de La Chapelle à 9 h, pour Sarcelles, se terminera le 7 juillet par une marche de Gravelines à Calais, puis le 8 juillet à Londres.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.