A Calais, les autorités s’acharnent sur l’Auberge des Migrants

Le préfet du Pas-de-Calais envoie sa police éplucher les comptes de l’Auberge des Migrants, après avoir menacé, en vain, de fermer sa cuisine pour des raisons d’hygiène !

Au printemps dernier, le Préfet du Pas-de-Calais avait diligenté les contrôleurs de la DDPP (Direction Départementale de la Protection des Populations) pour inspecter la cuisine de l’Auberge des Migrants. Dans la foulée, le Préfet avait adressé à l’association une menace de fermeture si elle ne se mettait pas aux normes … les mêmes normes que les cantines scolaires ou les hôpitaux. La police avait même contrôlé la température des plats sur les lieux de distribution … « question de dignité pour les migrants » comme l’avait dit sans rire un policier muni de son thermomètre.

Eh bien, grâce surtout aux soutiens britanniques de Refugee Community Kitchen, l’Auberge a construit une cuisine respectant ces normes… bien qu’elle n’ait jamais eu de problème sanitaire depuis que ses bénévoles préparent et distribuent des repas, depuis 2008 donc ! Murs lavables, hottes aspirantes, frigos… un investissement de plus de 100 000 € ! Cette cuisine est opérationnelle depuis un mois.

Mais ce n’est pas terminé. Le président, la trésorière et la responsable de la comptabilité ont été convoqués deux fois au commissariat de Calais ces dernières semaines ! La police a obtenu la communication des relevés bancaires et les a épluchés ! Que cherchent les policiers ? Pour l’instant ces fins limiers, après quelques semaines de travail, ont trouvé : ils reprochent à l’association d’avoir payé un procès-verbal de 22 € pour une bénévole, jeune conductrice, qui avait oublié de disposer le A à l’arrière du fourgon qu’elle conduisait ! Ils épluchent maintenant les remboursements de frais aux adhérents, … des fois que l’Auberge ait indûment payé un timbre-poste pour un usage personnel ?

Il faut savoir que les autorités ont stoppé depuis deux ans les (modestes) subventions qu’elles versaient jusqu’en 2014… à l’exception du Département du Pas-de-Calais dans le cadre de l’aide alimentaire (2 % des ressources 2017 de l’Auberge quand même !). Non contentes de cela, elles épluchent ses comptes, peut-être pour dissuader l’association d’agir, ou pour jeter l’opprobre sur ses membres ?

Mais les comptes sont vérifiés par un expert-comptable et validés depuis deux ans par un commissaire aux comptes. Ils sont consultables par les adhérents, et les dirigeants bénévoles engagent leur responsabilité sur la tenue de ces comptes. En attendant que les policiers jettent l’éponge et s’attaquent … à la fraude fiscale par exemple, les bénévoles et les responsables se consolent en pensant que, décidément, l’Auberge et ses associations partenaires sont devenues, sans le vouloir pourtant, des gêneurs, pour un gouvernement qui mène, depuis maintenant une trentaine d’années, à Calais, une politique inefficace, coûteuse et inhumaine. Et, depuis Macron/Collomb, de plus en plus coûteuse et inhumaine, mais toujours aussi inefficace.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.