FRANCOIS G
Humanitaire et sur la pente de l'anarchisme
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juin 2019

Calais et Grande-Synthe : 803 expulsions de camps de migrants en 10 mois !

L’Auberge des Migrants, en partenariat avec Human Rights Observers, Help Refugees, Refugee Info Bus, Refugee Women’s Centre, Utopia 56 et la Cabane juridique, publie aujourd’hui un nouveau rapport sur les expulsions de terrain à Calais et à Grande-Synthe.

FRANCOIS G
Humanitaire et sur la pente de l'anarchisme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À Calais, les expulsions ont lieu plusieurs fois par jour et s’accompagnent d’arrestations et de confiscations. Cet acharnement maintient les exilés, marginalisés et invisibilisés aux confins de la ville, dans une précarité extrême. La situation est tout aussi préoccupante à Grande-Synthe, où plusieurs grandes opérations de « mises à l’abri » ont eu lieu en 2018, en réalité des opérations de destruction de lieux de vie et de déplacement forcé de la population exilée. La fréquence des expulsions dans cette ville a également augmenté en 2019, visant des communautés souffrant déjà de carences graves d’accès à l’eau, à la nourriture et aux soins.

Le rapport est ici http://bit.ly/31KUaru

Au-delà des chiffres astronomiques que révèle ce rapport, celui-ci met en exergue les conséquences de cette politique sur les exilés eux-mêmes, témoignages à l’appui : arrestations arbitraires, pertes et destructions de biens personnels, épuisement physique et psychologique et dégradation générale des conditions de vie. Cette situation alarmante est ici présentée malgré la volonté des autorités de masquer ces faits en essayant d’empêcher toute observation d’opérations policières, parfois avec menaces et intimidations envers les observateurs sur le terrain. Ainsi, ce document démontre que la politique actuelle de lutte contre les « points de fixations » est un échec aussi bien à Calais qu’à Grande-Synthe, et constitue à terme à un traitement inhumain et dégradant envers les exilés, en violation de leurs droits les plus fondamentaux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois