Calais et Grande-Synthe : 803 expulsions de camps de migrants en 10 mois !

L’Auberge des Migrants, en partenariat avec Human Rights Observers, Help Refugees, Refugee Info Bus, Refugee Women’s Centre, Utopia 56 et la Cabane juridique, publie aujourd’hui un nouveau rapport sur les expulsions de terrain à Calais et à Grande-Synthe.

À Calais, les expulsions ont lieu plusieurs fois par jour et s’accompagnent d’arrestations et de confiscations. Cet acharnement maintient les exilés, marginalisés et invisibilisés aux confins de la ville, dans une précarité extrême. La situation est tout aussi préoccupante à Grande-Synthe, où plusieurs grandes opérations de « mises à l’abri » ont eu lieu en 2018, en réalité des opérations de destruction de lieux de vie et de déplacement forcé de la population exilée. La fréquence des expulsions dans cette ville a également augmenté en 2019, visant des communautés souffrant déjà de carences graves d’accès à l’eau, à la nourriture et aux soins.

Le rapport est ici http://bit.ly/31KUaru

Au-delà des chiffres astronomiques que révèle ce rapport, celui-ci met en exergue les conséquences de cette politique sur les exilés eux-mêmes, témoignages à l’appui : arrestations arbitraires, pertes et destructions de biens personnels, épuisement physique et psychologique et dégradation générale des conditions de vie. Cette situation alarmante est ici présentée malgré la volonté des autorités de masquer ces faits en essayant d’empêcher toute observation d’opérations policières, parfois avec menaces et intimidations envers les observateurs sur le terrain. Ainsi, ce document démontre que la politique actuelle de lutte contre les « points de fixations » est un échec aussi bien à Calais qu’à Grande-Synthe, et constitue à terme à un traitement inhumain et dégradant envers les exilés, en violation de leurs droits les plus fondamentaux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.