FRANCOIS G
Humanitaire et sur la pente de l'anarchisme
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 déc. 2014

La visite du ministre, ou « coup de froid sur Calais »

FRANCOIS G
Humanitaire et sur la pente de l'anarchisme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le sinistre de l’intérieur, accompagné de la cosmétisée Natacha, mémaire de Calais, nous a fait l’horreur d’une visite.

Il a rencontré les commerçants : pas ceux qui vendent chaque semaine aux réfugiés des centaines de kilos de pâtes, d’oignons, de pommes de terre, de sauce tomate, des cartes SIM, des téléphones, des cigarettes ou des bougies, du Coca ou de la bière, non ; mais ceux qui se plaignent d’avoir perdu des clients.

Il a ensuite félicité les forces de l’ordre. Pas les services de santé, les urgences, la Permanence d'Accès aux Soins, qui soignent tant bien que mal les blessés, pas les bénévoles qui préparent et distribuent les repas, pas le Secours Catholique qui les habille, pas les Calaisiens qui se démènent pour trouver des tentes, des bâches, des couvertures. Pas tous ceux, donc, qui font que les Calaisiens échappent aux émeutes de morts-de-faim, aux agressions de morts-de-froid et aux suicides des morts-de-désespoir. Ceux qui préservent un ordre fragile.

Non, il est allé féliciter les « forces de l’ordre », celles qui travaillent pour les Anglais, qui gazent les réfugiés, qui les tapent, qui leur enlèvent leurs chaussures ou leur confisquent leur téléphone, celles qui cognent par colère de devoir perdre leurs nuits le long des grillages, ou par racisme bête et méchant. Celles qui veulent nous faire croire qu’en arrêtant et condamnant les petites mains qui ouvrent et ferment les camions, ils ont « démantelé des filières de clandestins ». Celles qui arrêtent arbitrairement, enferment, emmènent par avion des réfugiés à Nîmes, ou à Paris, pour les libérer deux jours plus tard. En fait, il est allé féliciter les forces qui créent du désordre et amplifient le désordre de la politique européenne  vis-à-vis des réfugiés.

Il a écouté deux vigiles qui disent avoir vu « quatre migrants entrainer une fillette » (VDN du 25 décembre). Il a prêté l’oreille à ceux qui affirment qu’il y a eu des « agressions sexuelles sur des lycéennes », alors que la seule agression répertoriée sur une lycéenne est le fait d’une personne de la mouvance d’extrême-droite « Sauvons Calais ».

Il a présenté son « accueil de jour », celui qui devait ouvrir en septembre, pour éloigner les réfugiés du centre ville, et qui ouvrira (peut-être) le 15 avril. Il a visité le bâtiment destiné à accueillir les réfugiés en cas de grand froid : il y a déjà les matelas, peut-être, quand il fera assez froid, y aura-t-il des radiants, des sacs de couchage, des toilettes et de l’eau ? Il a présenté les trois coups de bulldozer censés préparer un « accueil de jour provisoire », censés suffire aux associations qui préparent et distribuent les repas, supposés convaincre ces associations d’aller aux confins de Calais, à une heure et demie de marche de deux des principales jungles, distribuer l’unique repas chaud qu’elles confectionnent.

Il a proposé aux réfugiés de demander l’asile en France, sachant que ces demandeurs seront alors dispersés aux quatre coins de la France, que 85 % des demandes seront refusées et que dès lors, ces demandeurs seront expulsables. Il n’a pas fait le détail, il aurait pu avoir l’honnêteté, par exemple, d’informer les Soudanais que 100 % de leurs demandes seront refusées et qu’ils pourront être sans délais poussés dans un avion à destination de Khartoum et de ses geôles. Il aurait pu avoir l’honnêteté de dire aux Syriens et aux Afghans qu’ils devront faire la preuve, pour obtenir l’asile, qu’ils sont personnellement menacés ou que des membres de leurs familles ont été tués.Il aurait pu avoir l'honnêteté de dire à la majorité de ces demandeurs qu'ils seront expulsés vers l'Italie si par malchance on y a prélevé leurs empreintes digitales.

Il a parlé sécurité, arrestations, éloignement, expulsions, barrières… quand nous disons solidarité, humanité, respect des droits de l’Homme, liberté, égalité, fraternité. Et en plus il n’a même pas honte ! Et la rimelisée Natacha non plus. Et les hauts fonctionnaires chargés d’appliquer ses consignes non plus. Le degré zéro de l’humanité. La météo annonce 0° à partir de dimanche. Le froid est tombé sur Calais. Notre cœur est déjà glacé. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa